J'écris à quelqu'un J'écris à quelqu'un
J'écris à quelqu'un
J'écris à quelqu'un

À propos

J'écris à quelqu'un marque le retour à la littérature d'André Bernold, plus de vingt ans après la parution en 1992 de L'amitié de Beckett, l'un des plus émouvants témoignages sur l'écrivain irlandais.

Vivre semblait l'avoir conduit à un silence qu'il ne voulait ou ne pouvait rompre. Il continuait d'écrire pourtant, des lettres, à quelques-uns mais à travers chacun à quelqu'un de plus indéfini, et c'est à l'un des destinataires de celles-ci, Jean-Pierre Ferrini, que ce livre doit d'exister.

Trésor d'auto-observation sévère, il est aussi et surtout un exercice de mémoire et d'admiration où les amitiés d'une vie (Beckett bien sûr, Derrida, Deleuze, Cioran, le musicien hongrois Györgi Kurtàg, l'artiste Simon Hantaï...) côtoient les fixes du ciel d'André Bernold (Saint-Simon, Spinoza, Retz, le logicien Kurt Gödel, Bach, omniprésent).



Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782849754436

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Pierre Ferrini

Jean-Pierre Ferrini est né le 23 mai 1963 à Besançon. En 2003, il publie aux édi-
tions Hermann son premier livre, Dante et Beckett. Dans le même temps paraît
chez Monologue éditeur un recueil de poésie, ... ses difficultés infinies. Avec Bonjour
monsieur Courbet (Gallimard, 2007) et Le pays de Pavese (Gallimard, 2009), il a
tenté d'adopter la forme de l'autoportrait pour explorer les lieux de son enfance et
de sa généalogie. Tout en poursuivant un travail critique (sur Dante, la littérature
italienne ou sur Beckett), ce versant de sa recherche le conduit de plus en plus vers
les bords d'une écriture fictionnelle qu'il interroge notamment dans L'Expérience singulière de la lecture
(HEAD, 2007) ou dans un bref « roman », Un voyage en Italie (Arléa, 2013).

empty