Pourquoi la rentabilité économique tue le travail

Pourquoi la rentabilité économique tue le travail

À propos

Comment les acteurs, dans le cadre de leur travail, défi - nissent et perçoivent la rationalité économique et quelle place occupe-t-elle dans le rapport au travail ? À partir de deux univers opposés a priori, le secteur de l'industrie automobile et l'hôpital public, cette recherche tente de comprendre ce que l'économie fait au travail.
Elle appréhende la rationalité économique comme une composante de l'activité et analyse comment les acteurs l'intègrent, s'en arrangent ou la contestent. Les deux univers retenus proposent différentes facettes de la rationalité économique, tour à tour perçue comme une entrave au travail, elle abime l'activité ; comme une de ses composantes qui ne saurait supplanter les règles de l'art et les savoirs faire ; et enfi n comme une dimension morale qui permet de mettre fi n à l'activité, elle fi xe les limites entre ce qui est raisonnable et ce qui ne l'est pas. Ces trois manières d'éprouver la rationalité économique se combinent plus qu'elles ne s'opposent.
Elles viennent d'abord rappeler que le rapport au travail n'est pas seulement donné par les éléments objectifs de la situation. Il est aussi le fruit de l'action des acteurs capables de rendre compte de ce qu'ils font. L'économie joue comme un révélateur. Elle anime et active en permanence la distance subjective qu'éprouvent les individus avec les organisations. C'est un de ses paradoxes, plus elle abime le travail, plus elle lui donne de la valeur. Elle le contrarie et le bride souvent, tout en lui donnant en même temps un sens pluriel et une fi - nalité collective. En s'imposant d'abord comme une contrainte, elle donne au travail tout son sens et toute sa dimension expressive. Elle entretient l'utopie du travail tout en le menaçant.



Rayons : Entreprise, économie & droit > Sciences économiques > Economie publique > Economie des institutions

  • EAN

    9782356876188

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    216 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    700 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Olivier Cousin

Olivier Cousin est né en 1972 dans le Finistère-Nord. La poésie
s'immisce toujours dans ses romans (notamment L'Ombre des tableaux et Les
Enchaînés de Landouzan, Liv' Éditions) comme des airs de roman s'infiltrent
souvent dans sa poésie (Puiser aux mondes, Rêves de pierre, éd. Label LN).

empty