Revue europe n.1097-1098 ; septembre-octobre 2020 ; jacques ranciere ; andrei platonov Revue europe n.1097-1098 ; septembre-octobre 2020 ; jacques ranciere ; andrei platonov
Revue europe n.1097-1098 ; septembre-octobre 2020 ; jacques ranciere ; andrei platonov Revue europe n.1097-1098 ; septembre-octobre 2020 ; jacques ranciere ; andrei platonov

Revue europe n.1097-1098 ; septembre-octobre 2020 ; jacques ranciere ; andrei platonov

À propos

Élève de Louis Althusser à l'École normale supérieure au début des années soixante, Jacques Rancière fut l'un des jeunes philosophes qui participèrent au séminaire qui donna lieu à Lire le Capital (1965). Sa trajectoire intellectuelle le conduisit bientôt à se démarquer de son ancien professeur. Il fut l'un des animateurs du collectif « Révoltes logiques » et commença à explorer divers aspects et figures de l'émancipation ouvrière et des courants utopistes au XIXe siècle, comme en témoignent des ouvrages tels que La Nuit des prolétaires (1981) ou Le Maître ignorant (1987). Ces superbes parcours dans les archives du monde ouvrier font notamment ressortir une postulation de l'égalité des intelligences et une perception de l'émancipation comme processus ouvrant la perspective d'un monde commun, celui de citoyens à part entière de l'humanité. Penseur de l'égalité et de la démocratie, Jacques Rancière n'a cessé d'ouvrir le champ de sa réflexion en se défiant des frontières disciplinaires. Dans l'un de ses livres les plus décisifs, Aisthesis (2011), il expose quelques séquences de la naissance et du déploiement du régime esthétique de l'art et met en lumière la corrélation entre l'Art comme sphère autonome de production et d'expérience et l'Histoire comme concept de la vie collective. La réflexion sur le « partage du sensible » et les rapports qui s'établissent entre politique et esthétique est certainement l'un des apports les plus neufs et les plus féconds de Jacques Rancière. À la croisée de l'histoire, de la philosophie, de la politique, de la littérature et des arts, son oeuvre incisive se distingue aussi par sa qualité d'écriture et vivifie notre pouvoir de penser et d'espérer. Andreï Platonov (1899-1951) est l'un des plus grands écrivains russes de la période soviétique. Ingénieur agronome chargé de la bonification des terres, c'est avec ténacité qu'il se consacra pendant des années à un travail intense au sein d'une nature aride, indifférente et destructrice. Les héros de ses romans et de ses nouvelles ressentent la misère et la souffrance comme une deuxième peau et aspirent à soustraire la réalité humaine à toute oppression extérieure pour l'ouvrir au jeu de ses possibilités authentiques. Platonov qui pendant sa vie fut constamment soumis aux vexations des bureaucrates des sphères politiques et littéraires, ressentait la révolution comme un formidable événement moral et spirituel, plus encore que politique et économique, et il fit de la révolution la structure interne de sa mythologie poétique. L'écriture puissante et singulière de Platonov se montre apte à refléter dans sa luxuriance sans emphase le moindre tressaillement de la vie humaine dans son essentialité et du monde dans son infinitude. La tension entre l'homme et le monde est scandée par le rythme du temps, le cycle de la vie et la métrique du destin. C'est ce que Platonov appelle âme et c'est à la dialectique inépuisable de cette âme qu'il a offert une nouvelle voix de poésie.

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782351501108

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    384 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    424 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Revue

empty