Puf

  • Le monde fou d'aujourd'hui manque d'inhibition nous dit Olivier Houdé. Il en faut pour inhiber nos biais cognitifs, les illusions des faux-savoirs sur Internet, les fureurs sacrées qui dictent le terrorisme, les comportements égocentrés qui nous conduisent à détruire la planète, les biais statistiques géants de l'intelligence artificielle... Pour toutes ces inhibitions utiles à notre survie, nous disposons à l'avant du cerveau de l'outil idéal : le cortex préfrontal. Mais nous l'utilisons peu et mal. C'est dès l'enfance et à l'école qu'il faut éduquer cette inhibition positive, source de nouveauté et d'intelligence.

  • Le concept de projection en psychologie fut « inventé » par L. K. Frank dans un article publié en 1939 dans le Journal of Psychology et les tests projectifs sont devenus un des instruments les plus précieux de la méthode clinique en psychologie et en psychanalyse. Cet ouvrage présente un tableau d'ensemble des tests projectifs dont les deux principaux, taches d'encre de Rorschach et histoires à inventer du TAT, sont largement expliqués, tant sur la méthode de passation que sur l'interprétation. La classification systématique des autres tests projectifs est accompagnée d'une notice sur chacun d'eux.
    Régulièrement remis à jour depuis sa première publication en 1961, au fur et à mesure des nombreuses avancées dans le domaine de la projection en psychologie, ce manuel est la référence obligée de tous les psychologues travaillant sur les tests de personnalité, que ce soit dans le cadre d'un suivi thérapeutique ou celui de conseil en orientation professionnelle. Une théorie psychodynamique de la personnalité est proposée comme modèle de réfé- Pagination : 350 pages rence du fonctionnement psychique.

  • L'Année Psychologique/Topics in Cognitive Psychology est une revue internationale de recherche fondamentale en psychologie.

    Elle publie des travaux relevant de différentes sous-disciplines de la psychologie cognitive dont en particulier la psychologie expérimentale, la psychologie du développement, la psychologie sociale, la neuropsychologie, et l'histoire de la psychologie.

    La tendance actuelle d'une collaboration plus étroite entre la psychologie cognitive et les neurosciences a conduit la revue à publier également des recherches dans le domaine des neurosciences cognitives.

  • Préface, XIII Avertissement, XXI Chapitre 1. - De l'objet de la linguistique, 1 1. La linguistique comme branche de la psychologie cognitive, 1 1.1. Quatre questions fondamentales, 1 1.2. Accès à la langue interne, 2 2. Propriétés élémentaires de la langue interne, 4 2.1. Ambiguïté structurale, 4 2.2. Computations syntaxiques, 5 2.3. Jugements d'acceptabilité, 6 2.4. Relations de coréférence, 6 2.5. Ambiguïtés de portée, 7 3. Modules de la langue interne, 8 Résumé du chapitre 1, 9 Chapitre 2. - De la faculté de langage, 11 1. Langue interne et acquisition, 11 1.1. Un savoir sans apprentissage, 11 1.2. Apprentissage, 12 2. Langue interne et faculté de langage, 14 2.1. La grammaire universelle, 14 2.2. Faculté de langage, 14 2.3. Maturation de la faculté de langage, 15 3. Savoir linguistique et performance langagière, 17 3.1. Savoir vs utiliser, 17 3.2. Aspects analysables de la performance, 18 3.2.1. Indexicaux, 18 - 3.2.2. Inférence, interprétation et pragmatique, 18 Résumé du chapitre 2, 19 Références commentées pour les chapitres 1 et 2, 19 Chapitre 3. - Structures syntaxiques constituants, 23 1. Structures de constituants, 23 1.1. Ambiguïté syntaxique, 23 1.2. Analyse en constituants, 23 1.3. Hiérarchies structurales, 24 2. Nature psychologique des structures syntaxiques, 25 3. Constituants majeurs et têtes, 26 3.1. Une lacune des analyses traditionnelles, 26 3.2. Têtes et syntagmes, 26 3.2.1. Projections, 26 - 3.2.2. Relations de domination, 27 - 3.2.3. Projections minimales, maximales et intermédiaires, 28 4. Projections lexicales et projections fonctionnelles, 29 4.1. Catégories fonctionnelles, 29 4.2. Projections fonctionnelles, 30 Résumé du chapitre 3, 31 Références commentées, 32 Chapitre 4. - Structures syntaxiques la phrase, 35 1. Introduction. La phrase : une catégorie exocentrique ternaire ?, 35 2. La phrase : structure hiérarchique, 36 2.1. Structure plate ou structure hiérarchisée ?, 36 2.2. Arguments pour une structure hiérarchisée, 37 2.2.1. Déplacements, 37 - 2.2.2. Expressions idiomatiques, 38 2.2.3. Questions partielles, 38 - 2.2.4. Questions multiples, 39 2.3. Syntagme verbal, 40 3. Tête de la phrase, 40 3.1. Inflexion, 40 3.1.1. Position, 40 - 3.1.2. Réalisation de l'inflexion, 41 3.2. Complémenteur, 42 3.2.1. Propriétés de sélection, 42 - 3.2.2. Réalisations du complémenteur, 42 Résumé du chapitre 4, 43 Références commentées, 44 Chapitre 5. - Lexique et représentations syntaxiques, 47 1. Introduction : lexique et syntaxe, 47 2. Le lexique mental, 47 2.1. Entrées lexicales, 47 2.1.1. Analyse des items lexicaux, 47 - 2.1.2. Rôles thématiques, 48 - 2.1.3. Nature et nombre des rôles thématiques, 49 - 2.1.4. Aspect lexical, 50 2.2. Propriétés sémantiques et sous-catégorisation syntaxique, 51 2.3. Régularités vs idiosyncrasies lexicales, 53 Résumé du chapitre 5, 54 Chapitre 6. - L'interface lexique-syntaxe, 57 1. Principe de projection et critère thématique, 57 1.1. Expressions référentielles et explétifs, 57 1.2. Relations lexique-syntaxe, 58 1.3. Contraintes sur l'interface lexique-syntaxe, 59 1.3.1. Violations du critère thématique, 59 - 1.3.2. Un critère thématique biunivoque ?, 60 - 1.3.3. Critère thématique et positions thématiques, 60 2. Rôles thématiques et positions thématiques, 61 3. Positions thématiques, 62 3.1. Position-Q externe, 62 3.1.1. Position sujet, 62 - 3.1.2. Position sujet des petites propositions, 63 3.2. Positions-Q internes, 63 Résumé du chapitre 6, 64 Références commentées pour les chapitres 5 et 6, 65 Chapitre 7. - Représentations et computations syntaxiques, 69 1. Introduction. Niveaux de représentation syntaxiques, 69 2. De D-structure à S-structure, 70 2.1. Déplacements d'une position argumentale à une positon argurnentale, 70 2.1.1. Une analyse classique, 70 - 2.1.2. Déplacement de D-structure à S-structure, 70 - 2.1.3. Chaînes et traces, 71 - 2.1.4. Une définition unifiée des positions-G externes, 71 2.2. Déplacements d'une position argumentale à une position non argumentale, 73 2.3. Déplacements de têtes, 73 3. D-structure, S-structure et catégories vides, 74 4. Du lexique à la D-structure, 75 Résumé du chapitre 7, 76 Références commentées, 77 Chapitre 8. - Structures syntaxiques et coréférence la théorie du liage, 79 1. Introduction : syntaxe de la coréférence, 79 2. Théorie du liage, 80 2.1. Structure syntaxique vs ordre linéaire, 80 2.2. Domaine syntaxique, c-commande et principe C, 80 2.2.1. Dom

  • La thse soutenue dans ce livre est que le dveloppement de la rationalit ne peut se rduire la substitution majorante de structures nouvelles, comme le pensait Jean Piaget, mais que se dvelopper, c'est aussi et souvent inhiber une structure concurrente. L'histoire du concept d'inhibition est longue et diverse et semble connatre aujourd'hui un souffle nouveau en psychologie cognitive.

  • Créée en 1894 par Henry Beaunis et Alfred Binet, L'Année psychologique fut l'une des toutes premières revues au monde consacrée exclusivement à la psychologie scientifique. Elle publie des travaux relevant de différentes sousdisciplines de la psychologie cognitive dont en particulier la psychologie expérimentale, la psychologie du développement, la psychologie sociale, la neuropsychologie, et l'histoire de la psychologie.

  • Créée en 1894 par Henry Beaunis et Alfred Binet, L'Année psychologique - Topics in Cognitive Psychology fut l'une des toutes premières revues au monde consacrée exclusivement à la psychologie scientifique. Elle publie des travaux relevant de différentes sousdisciplines de la psychologie cognitive dont en particulier la psychologie expérimentale, la psychologie du développement, la psychologie sociale, la neuropsychologie, et l'histoire de la psychologie. La revue est devenue bilingue (français/anglais) en 2014.

  • Memoire et conscience

    Pascal Jouhet

    • Puf
    • 1 Septembre 1993

    Depuis toujours, la mmoire au sens strict, philosophique, est consciente, d'o la ncessit d'aborder le problme de ce qu'est la conscience et de la faon dont elle particularise tout un pan des phnomnes mnsiques.

  • Peut-on, dans la communication, opposer une expression spontanée des émotions reposant sur des structures cérébrales primitives et des modes plus contrôlés de comportement, sous la dépendance de structures néocorticales ? Existe-t-il une compréhension intuitive d'autrui, laquelle serait supposée dépendre de l'hémisphère droit, séparée des processus rationnels dont l'hémisphère gauche serait le siège ? Le langage n'est-il qu'une forme élaborée de mouvement, ou bien voit-on dans les gestes et la parole deux manières distinctes de traduire une pensée 7 Acceptera-t-on l'idée que «tout est langage» ou préférera-t-on l'image du fonctionnement mental comme agencement complexe de processus multiples, que l'analyse permet d'identifier ? Voilà quelques questions parmi d'autres abordées dans cet ouvrage à la lumière des données recueillies en neuropsychologie cognitive dans l'étude de la communication humaine.

empty