Puf

  • Compris la conscience), jusqu?à cette phase de transition constituée par l?adolescence, qui marque l?insertion de l?individu dans la société adulte. La croissance mentale est indissociable de la croissance physique. »

  • « S'il apparaît tellement malaisé de définir la maladie et la santé psychologiques, n'est-ce pas parce qu'on s'efforce en vain de leur appliquer massivement des concepts destinés également à la médecine somatique ? Par-delà la pathologie mentale et la pathologie organique, il y a une pathologie générale et abstraite qui les domine l'une et l'autre, leur imposant, comme autant de préjugés, les mêmes concepts et leur indiquant les mêmes méthodes comme autant de postulats. Nous voudrions montrer que la racine de la pathologie mentale ne doit pas être cherchée dans une quelconque «métapathologie», mais dans un certain rapport, historiquement situé, de l'homme à l'homme fou et à l'homme vrai. »

  • " Les débuts de l'analyse des enfants remontent à plus de vingt ans, avec celle du "petit Hans" par le fondateur de la psychanalyse. Cette première analyse d'un enfant par Freud avait une haute portée scientifique. Sa réussite chez un enfant de moins de cinq ans prouvait la possibilité d'appliquer, même aux jeunes enfants, les méthodes de la psychanalyse. Surtout, elle confirmait en tous points la réalité, jusque là fort discutée, de ces pulsions infantiles que Freud avait découvertes chez l'adulte.
    " Ce livre, l'aboutissement des premiers travaux de Melanie Klein, est devenu un classique de l'analyse d'enfants. L'auteur y expose la technique de l'analyse par le jeu, créée à Berlin au début des années 1920. " Son concept de l'identification projective comme sa technique d'interprétation sexuelle très précoce des jeux de l'enfant, ont fait d'elle une créatrice particulièrement originale. Elle a exercé une influence considérable sur l'évolution du mouvement psychanalytique.
    " (A de Mijolla)

  • Comment s'y retrouver parmi la diversité des théories et méthodes élaborées en clinique de l'adulte ? Hystérie, schizophrénie, phobie, paranoïa... Comment identifier les principales psychopathologies ?
    Fondé sur une approche de la psychopathologie adossée au modèle psychanalytique du fonctionnement psychique, ce manuel permet à l'étudiant de comprendre les grandes organisations psychopathologiques (névroses, fonctionnements limites, psychoses). Au-delà de l'approche psychiatrique contemporaine, les auteurs privilégient l'articulation entre l'observation clinique au plus près des expressions symptomatiques et l'exploration de l'ensemble du fonctionnement psychique au sein duquel seront saisis leur place, leurs fonctions et leurs sens.

  • Loin des particularismes d'école, ce dictionnaire couvre l'ensemble de la psychologie et s'ouvre aux disciplines voisines, en donnant une définition concise de chaque concept et idée essentiels. Outre sa fonction d'apprentissage, son ambition est de susciter chez les enseignants et cliniciens d'aujourd'hui une réflexion critique sur les mots employés et les concepts qu'ils recouvrent.
    Publié sous la direction de Roland Doron, professeur émérite à l'Université de Paris V, et de Françoise Parot, professeur à l'Université de Paris V.
    Comité de rédaction : Didier Anzieu, Jean-Paul Bronckart, Michel Le Moal, Claude Lévy-Leboyer, Gabriel Moser, Marc Richelle, Daniel Widlöcher.

  • " Quelles sont les représentations du monde que se donnent spontanément les enfants au cours de leur développement intellectuel ? [...] Quels sont les plans de réalité sur laquelle se meut cette pensée ? Autrement dit, l'enfant a-t-il comme nous la croyance à un monde réel et distingue-t-il cette croyance des diverses fictions de son jeu ou de son imagination ? ".
    Issu de plusieurs années d'examen clinique et théorique, ce livre étudie la façon dont l'enfant distingue le monde extérieur d'un monde interne ou subjectif et la coupure qu'il établit entre le moi et la réalité subjective.

  • Dans ce manuel sont expliqués concrètement l'importance et le rôle de la formation du futur psychologue clinicien. Les différents chapitres sont rédigés par des enseignants, eux-mêmes praticiens, sachant associer pratique et théorie, expérience professionnelle et concepts. Le manuel indispensable à tous les futurs psychologues cliniciens en formation.
    Ouvrage dirigé par Colette Chiland, professeur émérite de psychologie clinique à l'université René Descartes - Paris V, avec la collaboration de Marie-France Castarède, Anne Ledoux, Michel Ledoux, Béatrice Marbeau-Cleirens.

  • La méthode de Daniel Lagache s'appuie sur une synthèse originale entre la technique psychanalytique, les tests de caractère et les données de la psychologie expérimentale. Il insiste sur " les convergences remarquables " entre psychologie expérimentale et psychologie clinique, sur " le mutuel appui " que se prêtent l'expérimentation et la clinique dans cette discipline, dont " la psychanalyse est une forme de psychologie clinique et de psychothérapie que spécifie notamment l'étude du transfert ".

  • La collection " Le fil rouge - Psychanalyse ", dirigée par Christian David, psychanalyste, Paul Denis, psychanalyste et Michel de M'Uzan, membre de la Société Psychanalytique de Paris, ancien directeur de l'Institut de Psychanalyse, a pour objectif de publier des travaux originaux, français et étrangers, dans le domaine de la psychanalyse.
    Série : Psychanalyse et psychiatrie de l'enfant La collection " Le fil rouge - Psychanalyse et psychiatrie de l'enfant ", dirigée par Gilbert Diatkine, psychanalyste, Bernard Golse, pédopsychiatre et psychanalyste, et Philippe Jeammet, professeur de pédopsychiatrie, a pour objectif de publier des travaux originaux, français et étrangers, dans le domaine de la psychanalyse et de la psychiatrie de l'enfant.

  • Grand entretien Régis Debray. En route pour une « joyeuse Apocalypse » L'empire américain modèle le monde, constate Régis Debray dans son nouvel essai Civilisation. Comment nous sommes tous devenus américains (Gallimard). La civilisation européenne a néanmoins une carte à jouer.

    Dossier : Que reste-t-il du communisme ?
    > Le vitrail de la révolution russe par Michel Onfray Les derniers régimes communistes semblent voués à s'éteindre, mais qu'en est-il de l'idéologie ? Pour Michel Onfray, la vision fantasmée et idéalisée de la révolution russe fait partie de notre imaginaire collectif.

    > Comment le Parti communiste conserve-t-il son emprise sur la Chine ? Par Jean- Luc Domenach Si la Chine s'est ouverte à l'économie du marché, le Parti communiste n'a rien perdu de son pouvoir.

    > Entretien avec Stéphane Courtois : « Les régimes communistes disparaissent. Pas la nomenklatura » Après la chute du mur de Berlin, on a cru à l'évanouissement de la doctrine communiste. La réalité est plus complexe, explique Stéphane Courtois, l'auteur du très remarqué Livre noir du communisme (1997).

    > Bonnes feuilles : Tous coupables ? par Thierry Wolton Thierry Wolton publie le troisième et dernier tome de son Histoire mondiale du communisme. Il y dénonce ceux qui ont permis au totalitarisme de prospérer : intellectuels, responsables politiques et même grands patrons capitalistes.

    > Le révolution russe est-elle encore une référence pour les gauches radicales ? Par Didier Leschi La France insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon qui porte les couleurs communistes, n'est pas l'héritière de la révolution d'Octobre ni du léninisme. Ses références sont ailleurs, analyse Didier Leschi.

    Et aussi Marylie Markovitch, Veronika Dorman, Eryck de Rubercy, Franz-Olivier Giesbert, Aurélien Bernier et Olivier Cariguel.

    Littérature > Inédit. Mazarine Pingeot : « Le même et l'autre, brève histoire de la rencontre » Dans un texte sur le sexe et la transcendance, Mazarine Pingeot rappelle que rencontrer ce n'est pas répéter ; rencontrer, c'est répondre.

  • Dans ce volume, le premier d'une trilogie, l'auteur examine les processus qui sous-tendent la relation de l'enfant à sa mère. L'attachement chez le petit de l'homme est considéré comme un shème de comportement instinctif ayant pour fonction primordiale de protéger l'enfant des dangers. Son importance est donc équivalente à celle des schèmes aboutissant à la nutrition ou à la reproduction.

    Table des matières Préface Remerciements Première partie. - La tâche 1. Le point de vue 2. Des observations à expliquer Deuxième partie. - Le comportement instinctif 3. Le comportement instinctif : autre modèle possible 4. L'environnement d'adaptétude évolutionniste de l'homme 5. Les systèmes de comportement médiateurs du comportement instinctif 6. La causalité du comportement instinctif 7. L'évaluation et la sélection : sentiment et émotion 8. La fonction du comportement instinctif 9. Les changements dans le comportement au cours du cycle de la vie 10. L'ontogenèse du comportement instinctif Troisième partie. - Le comportement d'attachement 11. Le lien de l'enfant à sa mère : le comportement d'attachement 12. Nature et fonction du comportement d'attachement 13. Le comportement d'attachement : une approche par systèmes de régulation Quatrième partie. - L'ontogenèse de l'attachement humain 14. Les débuts du comportement d'attachement 15. Focaliser sur une figure 16. Les schèmes d'attachement et les conditions y concourant 17. L'organisation du comportement d'attachement et ses développements ultérieurs Appendice. - Le lien de l'enfant à sa mère : une revue de la littérature psychanalytique Bibliographie Index

  • Le monde fou d'aujourd'hui manque d'inhibition nous dit Olivier Houdé. Il en faut pour inhiber nos biais cognitifs, les illusions des faux-savoirs sur Internet, les fureurs sacrées qui dictent le terrorisme, les comportements égocentrés qui nous conduisent à détruire la planète, les biais statistiques géants de l'intelligence artificielle... Pour toutes ces inhibitions utiles à notre survie, nous disposons à l'avant du cerveau de l'outil idéal : le cortex préfrontal. Mais nous l'utilisons peu et mal. C'est dès l'enfance et à l'école qu'il faut éduquer cette inhibition positive, source de nouveauté et d'intelligence.

  • Cet ouvrage fondateur d'une discipline est publié pour la première fois en format poche et regroupe les textes essentiels d'une science aidant à comprendre les implications de la psychologie à l'échelle de la société. Ce manuel en explore les thèmes majeurs, en dresse une brève histoire et établit un bilan des conclusions auxquelles ont abouti les recherches contemporaines.

  • "La solitude a deux visages : elle peut être une mortelle conseillère mais, lorsqu'on l'apprivoise, elle peut devenir une amie extrêmement précieuse. Peut-on apprivoiser la solitude ? Peut-on parvenir à ce qu'elle devienne un authentique moyen de communication avec soi-même et avec autrui ? Dans ce livre, j'aimerais montrer comment l'expérience de la solitude peut être vécue et se transformer au cours de l'expérience psychanalytique et comment se développe le passage d'un sentiment parfois hostile et désespérant de solitude vers une solitude apprivoisée".

  • Le concept de projection en psychologie fut « inventé » par L. K. Frank dans un article publié en 1939 dans le Journal of Psychology et les tests projectifs sont devenus un des instruments les plus précieux de la méthode clinique en psychologie et en psychanalyse. Cet ouvrage présente un tableau d'ensemble des tests projectifs dont les deux principaux, taches d'encre de Rorschach et histoires à inventer du TAT, sont largement expliqués, tant sur la méthode de passation que sur l'interprétation. La classification systématique des autres tests projectifs est accompagnée d'une notice sur chacun d'eux.
    Régulièrement remis à jour depuis sa première publication en 1961, au fur et à mesure des nombreuses avancées dans le domaine de la projection en psychologie, ce manuel est la référence obligée de tous les psychologues travaillant sur les tests de personnalité, que ce soit dans le cadre d'un suivi thérapeutique ou celui de conseil en orientation professionnelle. Une théorie psychodynamique de la personnalité est proposée comme modèle de réfé- Pagination : 350 pages rence du fonctionnement psychique.

  • « Avec chaque étape, les rapports changent, et il ne faut pas cesser de savoir en découvrir l'unité, malgré leur complexité croissante. Mais pourquoi et comment cette succession de l'union organique pour le foetus, de l'union parasitaire pour le nourrisson, de l'union grégaire plus tard, sans parler des suivantes ? Pendant le règne de chacune, il y a transformation manifeste ou latente. Sous l'influence des possibilités que réaliseront les suivantes, l'équilibre se modifie et sa rupture marquera l'avènement d'une autre période. C'est à saisir les signes et le sens des changements qui préparent l'une de ces périodes, celle qui débute avec les premières réactions de personnalité, que cette étude s'est attachée. »

  • Dans ce second volume d'Attachement et perte, John Bowlby poursuit son travail sur l'importance de la relation parentale et le rôle qu'elle joue dans la santé mentale. Il étudie la séparation et l'angoisse concomitante : la peur d'une séparation imminente ou imaginée, la peur induite par les menaces parentales de séparation et l'inversion de la relation parent-enfant. John Bowlby réexamine les situations qui causent en nous un sentiment de peur et les compare à des observations du même ordre chez les animaux. Il conclut en montrant que la peur est suscitée le plus souvent par des situations inoffensives en soi mais qui servent à signaler l'accroissement du risque de danger.

  • Les enfants surdoués sont mal adaptés, trop intelligents pour une vie simple et épanouie. Beaucoup échouent à l'école, sombrent dans la dépression, ou développent une image d'eux-mêmes dévalorisante. Sensibles et pleins d'humour, passionnés et logiques, ils utilisent leur cerveau démesuré pour résoudre des problèmes insolubles au commun des mortels. Tout cela, parents et enseignants, ou simplement utilisateurs d'Internet et lecteurs des sites d'informations psychologiques, nous le "savons" bien, ce sont même des lieux communs mais est-ce pour autant la vérité ? Pour y répondre, il faudra plonger dans la psychologie et y découvrir un monde complexe, grouillant de découvertes et d'hypothèses fascinantes sur nos enfants doués.
    Passant en revue une série d'idées reçues sur les enfants précoces qui se révèlent parfois justes et parfois totalement fausses, cet ouvrage vous amènera sans doute à adopter une vue plus nuancée et optimiste de la précocité intellectuelle. Être surdoué peut être un fardeau, mais c'est aussi avant tout une vraie chance à saisir.

  • « En somme ce que je propose pour l'analyse des différences qu'on observe entre individus, c'est de dépasser les modèles classiques de deux facteurs (hérédité-milieu selon Galton) en ajoutant un troisième facteur, le couple, qui constitue un micro-milieu de tout autre nature que l'environnement. Ma contribution est d'avoir reconnu ce troisième facteur, de l'avoir plus ou moins rigoureusement évalué en certains aspects privilégiés du développement psychique. » En s'intéressant aux jumeaux, René Zazzo a cherché à formaliser une psychologie générale du couple, susceptible de nous éclairer sur la genèse de la personnalité, du moi dans ses rapports avec l'autre. Ce travail original, qu'il était le seul psychologue en France à poursuivre, a mis en évidence ce qu'il a nommé l'effet-de-couple : la personnalité se forme et se transforme dans et par le couple et chacun des partenaires crée ses rôles en fonction des rôles de l'autre.

  • «Mêlé aux choses par ses actes, sa sensibilité, ses désirs, l'enfant doit apprendre à se les opposer comme des objets ayant une existence indépendante de la sienne, des modalités qui ne varient pas avec ses propres variations subjectives, une durée qui ne soit pas liée à celle de ses perceptions présentes. Pour s'en donner la représentation, il doit réduire par degrés son union avec elles. Ce détachement a ses niveaux, qui pourraient être comparés à ceux qui ont été décrits, dans sa vie affective, à l'égard de lui-même et des êtres qui appartiennent de façon plus ou moins proches à son intimité.
    Autant de fixations, dans les deux cas, qu'il lui faut dépasser tour à tour et vers lesquelles il peut lui arriver de rétrograder. Comme le premier objet de sa libido est son propre moi, celui de ses premières représentations reste mêlé et comme assimilé à ce qu'elles ont de plus subjectif. Puis se succèdent des objets, personnes ou choses, à l'existence desquelles il faut que la sienne devienne de plus en plus étrangère.
    Ainsi s'étagent les plans qui le mènent du pur intuitionnisme à l'image d'autrui ou du réel.»

empty