• A la fin des années 1950, quand Tahiti n'était reliée au monde que par quelques liaisons maritimes, la vie semblait immuable, simple, sereine, encore empreinte de traditions, peu marquée de différences sociales.
    Mais dans la décennie suivante, tout bascule, avec l'ouverture de l'aéroport de Faaa, avec l'implantation du centre d'expérimentations nucléaires du Pacifique. À propos de l'historique de l'Hôtel Tahiti, construit en 1960, Paule Laudon raconte Papeete d'avant les bouleversements. Les souvenirs des témoins de cette belle époque revivent, accompagnés de nombreuses images, vieilles photos issues de collections privées et de celles des premiers journaux et magazines.

  • Des atolls de Polynésie française jusqu'en Chine, la route de la perle s'étire : Mangareva, Marutea sud, Aukena, Nengo Nengo, Anuanuraro, Fakarava, Papeete, Tokyo, Hong Kong, Paris, Londres, San Francisco, New York, Qatar, Abou Dhabi, Dubaï, Sydney, Shanghai.
    L'histoire de ces lieux racontée dans ce livre encadre celle d'un homme et de son clan originaire du petit village de Qing Xi, dans la province de Guangdong au sud de la Chine d'où son père migra à Tahiti en 1904, en passant par Hong Kong où sa mère naquit, où il fait, de nos jours, un retour aux sources.
    Cet homme est Wan Fui Yin, né à Papeete en 1934, citoyen français sous le nom de Firmin Robert Wan, connu dans le monde entier sous celui de Robert Wan.
    Il a tracé cette route de la perle, il a bâti un empire autour d'elle. La Perle ! Il avait trente-neuf ans quand il s'y est intéressé. Ce fut sa chance, aime-t-il dire. Sa passion.
    L'homme d'affaires qu'il était, autodidacte, parti de rien, ayant réussi grâce à ses qualités exceptionnelles, ses valeurs essentielles et confucéennes, s'est lancé dans l'aventure. Et il en est devenu le leader mondial, honoré par le puissant GIA, Gemological Institute of America ou le fabuleux JNA, Jewellery News Asia... célébré par la France ou la diaspora chinoise...
    Il est riche de ses entreprises, holding, sociétés, musée et boutiques, de ses terres, ses fermes sur les lagons -dont il tient à protéger l'écosystème-, ses maisons, ses collections... et il continue à entreprendre.
    Il est riche de sa triple culture, chinoise, française, polynésienne, que sa soif de se cultiver entretient. Il continue à apprendre.
    La perle a exacerbé sa puissance de travail, exalté son goût de la perfection.
    Elle a changé sa vie - et celle de ses îles- mais pas sa philosophie, sa sagesse orientale.
    Il fonce, va plus loin, prend des risques, mais il sait attendre. Calme, serein, opiniâtre, il reste maître de lui et rebondit plus haut en cas d'échec.
    L'amour prime sur tout, dont celui de la famille, lié au respect des gens et de la nature, à la jouissance de la douceur de vivre, de la beauté du monde dont celle de la perle, la femme, l'art... ou du sport, évasion et discipline...
    Et sa générosité sa simplicité, son honnêteté, son humour, caractérisent Robert Wan, homme d'honneur, gentilhomme entrepreneur, businessman moderne.

  • L'hommage d'une fille à sa mère et à sa ville.
    Ce livre fait revivre Hélène Barale, exceptionnelle, volcanique, intransigeante, qui prônait les valeurs ancestrales et l'amour du travail jusqu'à l'excès, qui pétillait de bon sens, d'humour, de réparties fulgurantes... Il raconte sa vie qui fut rude, simple, et vraie avec les plus modestes comme avec les plus grands de ce monde ; son célèbre restaurant, lieu magique, temple des traditions niçoises, musée d'art populaire, à la folle ambiance ; son quartier de Riquier et le " petit peuple " d'antan ; et Nice, sa ville, à laquelle elle voua un véritable culte, depuis la cité accueillant ses parents à la Belle Epoque jusqu'à Nissa la Bella qui lui rendit un si vibrant hommage en 2006.

  • Hélène Barale, une institution, la mémoire de Nice, une femme d'exception... Dans son restaurant du 39 rue Beaumont, lieu insolite et véritable musée d'art populaire, elle offrait chaque soir les spécialités qui ont fait sa notoriété internationale. Sur un gros cahier d'écolier, Hélène a écrit ses cent six recettes qu'on lui demanda tant de fois. A tous, elle répondait que la cuisine est une histoire d'amour et qu'il faut utiliser les meilleurs produits. Elle-même n'employait que des ingrédients frais, achetés auprès des petits paysans et pêcheurs des environs. Plats lumineux respirant la Méditerranée et les collines verdoyantes, sa pissaladière et ses raviolis sont devenus immortels, au même titre que ses farcis et sa tarte aux blettes.

  • Ouvrage de référence de la cuisine niçoise, ce recueil des 106 recettes d'Hélène Barale reprend tous les plats qu'elle a servis durant sa longue carrière dans le fameux restaurant du 39, rue Beaumont. Plus de 30000 exemplaires ont été vendus depuis juin 2006 ; et voici aujourd'hui la 9e édition, entièrement refondue, au prix très doux de 14,90 € qui devrait conquérir un nouveau public.

empty