• Le 16 octobre 2020, la décapitation de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie dans un collège de banlieue parisienne, a constitué un nouveau cap pour le contentieux terroriste islamiste en France, provoquant une sidération générale. Treize jours plus tard, trois personnes perdaient la vie dans une église à Nice et le Moyen-Orient s'embrasait jusqu'à livrer une guerre d'idées à la France et à son Président, pour blasphème. Ces événements ont confirmé pour l'auteure la nécessité de réhabiliter le coeur de ce que l'idéologie islamiste tend à détruire : le sens des mots, du langage et donc de notre humanité.
    Ce livre repense la crise de l'expression et du langage que l'idéologie salafo-jihadiste met en lumière depuis son apparition sur le territoire français. À partir de l'analyse de l'expression populaire « J'vous l'jure sur le Coran de la Mecque », l'auteure dévoile l'existence d'une béance, d'un trou identitaire. Son usage révèle une quête de référencement à une culture mal connue mais également la béance existante entre un individu et sa religion. Face à ce trou, des « entrepreneurs religieux », qu'ils soient Frères musulmans, salafistes, tablighis ou jihadistes, ont investi le champ laissé par ce qui n'a pas été inscrit dans le récit familial comme national. L'islamisme masque les trous présents dans l'islamité fracturée et mal représentée en France, dans l'arabité encore abimée par le passé colonial, mais témoigne aussi d'un désir d'existence dans un monde ordonnancé par les Autres. À défaut de pouvoir refermer le trou d'un passé meurtri, quelques propositions tentent de dépasser la logique de haine associée à la mémoire du monde arabo-musulman, pour reconstruire un espace où l'histoire et les mots se réconcilient.

  • Des Frères musulmans à l'EIIL, des Ouïghours indépendantistes de Chine aux islamistes d'Indonésie, mais aussi de France, d'Angleterre et des États-Unis, l'onde de choc islamiste fait parler d'elle dans le monde entier. Et si le terrorisme djihâdiste est au centre de toutes les préoccupations, l'islamisme ne saurait s'y réduire : depuis 2011, des groupes islamistes ont pris la direction d'États de manière démocratique (en Turquie, en Tunisie, au Maroc, brièvement en Égypte). En somme, qu'il soit politique, terroriste ou missionnaire, l'islamisme grandit, mais l'idée d'une internationale islamiste est bien une illusion. Prendre en compte cette pluralité est indispensable à la compréhension de ce phénomène. Anne-Clémentine Larroque explicite les origines et fondements des doctrines islamistes sunnites comme chiites et donne les bases nécessaires à toute réflexion sur le sujet. Elle nous montre surtout combien appréhender les islamismes d'aujourd'hui exige une étude géographiquement et politiquement ancrée de chaque mouvance.

  • Des Frères musulmans à l'EIIL, des Ouïghours indépendantistes de Chine aux islamistes d'Indonésie, mais aussi de France, d'Angleterre et des États-Unis, l'onde de choc islamiste fait parler d'elle dans le monde entier.
    Et si le terrorisme djihâdiste est au centre de toutes les préoccupations, l'islamisme ne saurait s'y réduire :
    Depuis 2011, des groupes islamistes ont pris la direction d'États de manière démocratique (en Turquie, en Tunisie, au Maroc, brièvement en Égypte).
    En somme, qu'il soit politique, terroriste ou missionnaire, l'islamisme grandit, mais l'idée d'une internationale islamiste est bien une illusion. Prendre en compte cette pluralité est indispensable à la compréhension de ce phénomène.
    Cet ouvrage explicite les origines et les fondements des doctrines islamistes sunnites comme chiites et donne les bases nécessaires à toute réflexion sur le sujet. Il montre surtout combien appréhender les islamismes d'aujourd'hui exige une étude géographiquement et politiquement ancrée de chaque mouvance.

  • Au Maroc, en Tunisie et en Égypte, l'islamisme politique s'est hissé au pouvoir depuis les printemps arabes de 2011. À travers une trentaine d'entretiens avec des acteurs et des observateurs de ces trois pays musulmans, Anne-Clémentine Larroque montre les rapprochements, les rapports de force et finalement les ruptures entre les partis islamistes et les groupes plus radicaux - des salafistes aux djihadistes.
    Si d'aucuns voient une stratégie dissimulée de la part des islamistes élus d'arriver au même résultat que les djihadistes - l'instauration d'un califat mondial -, la réalité paraît plus complexe. L'expérience du pouvoir amène les islamistes marocains et tunisiens à se réformer à mesure qu'ils doivent s'extraire, au sens propre comme au sens figuré, de l'action djihadiste. En Égypte, c'est l'inverse :
    Les forces politiques en place ont tenu à amalgamer les deux tendances.
    Il est donc aujourd'hui essentiel de saisir le nouveau sens que revêt la distinction entre islamisme politique et activisme djihadiste en vue d'appréhender la complexité des logiques auxquelles ces différents groupes - des Frères musulmans jusqu'aux djihadistes - obéissent.

  • Une ré exion innovante à la croisée des disciplines :Une approche diachronique pour développer la démarche ré exiveUne structure claire pour faciliter la mise en oeuvre des programmes  (enjeux > fondements > axe > cours)Des mises en activités originales pour inciter l'élève à prendre  la parole et se documenterDes repères et références pour étayer l'analyse : contextes,  frises, biographies...

  • Sortir du Bataclan est un projet né de la volonté de trois amis d'une trentaine d'années souhaitant revenir, raconter et dépasser les événements vécus par les rescapés du Bataclan, mais aussi par toute une génération de Français, le 13 novembre 2015.

    L'idée est de croiser le témoignage de Charles Nadaud, professeur d'histoire, victime et témoin du Bataclan avec l'analyse et la mise en perspective de son amie Anne-Clémentine, analyste en géopolitique des islamismes. Les réflexions et la coordination de Jean-Baptiste Guégan, professeurformateur en histoirege´ographie et journaliste, ont enfin permis au rescapé et à l'analyste de faire converger leur récit.

empty