Langue française

  • Au moment de la naissance, le bébé a neuf mois d'existence. Il a déjà une histoire construite grâce à la relation que la mère a tissée avec lui dès sa conception. Le lien maternel, qui s'élabore tout au long de la grossesse, se compose d'élans d'amour fusionnel, mais aussi d'oublis et de rejets, parfois culpabilisants. De fait, le sentiment de plénitude et le bonheur proclamé cachent d'inévitables angoisses et des fantasmes qui sont, le plus souvent, refoulés.
    Toutes les femmes enceintes traversent des moments de doute, de désarroi et de refus. Repérer ces ambivalences, comprendre leur légitimité et leur fonction, permet de prévenir les accidents de la grossesse (fausse couche, accouchement prématuré, césarienne...), mais aussi nombre de troubles de la perception de soi et du comportement de l'enfant après la naissance - dont la boulimie et l'anorexie.
    S'appuyant sur de nombreux cas cliniques, cet ouvrage analyse la communication avec le foetus à chaque étape de l'attente, mois après mois, et se propose de favoriser la venue au monde du nourrisson tout comme celle de la femme au statut de mère, par la compréhension de ce qui se joue alors. Ainsi, nous dit Tamara Landau, si la préparation physique à l'accouchement est entrée dans les moeurs, il convient dorénavant de mieux prendre en considération la préparation psychologique.

  • Ne pouvoir vivre que dans l'ombre ou le désir de l'autre, éprouver le besoin de rester caché, d'être invisible - en ne supportant pas même d'exposer son corps aux regards - avoir le sentiment de n'être pas présent au monde, ou la conviction de n'être rien, constituent pour maints individus une véritable souffrance. Cet ensemble de troubles relatifs à l'identité, à l'mage de soi, dérive, selon Tamara Landau, d'une expérience originaire oubliée, celle d'une difficile, voire d'une impossible, naissance.

    Ayant observé la pathologie de l'enfant enclavé chez de nombreux patients - notamment à travers leurs dessins et sculptures - l'auteur introduit une passerelle entre la psychanalyse et les neurosciences et retrace, tant sur le plan biologique que fantasmatique, les différents stades de l'évolution dans le lien mère-enfant, depuis la vie intra-utérine jusqu'à la petite enfance. Les fantasmes « une vie pour deux », « un corps pour deux », décelables dans de nombreux comportements, révèlent la persistance inconsciente et très préjudiciable de cette relation fusionnelle.

  • C'est dans les traumatismes subis par le foetus, et la transmission intra-utérine des fantasmes de la mère et de la grand-mère, que Tamara Landau décèle les causes de l'anorexie et de la boulimie.
    La sensation de transparence, cette impression d'être sans corps que l'on retrouve dans ces pathologies alimentaires, reposent sur la difficulté de venir au monde. Anorexiques et boulimiques, par leur rapport singulier à la nourriture, éprouvent la nécessité tout à la fois de ne pas naître et de se faire exister. Car si manger est le moyen de prendre corps, cette incarnation les expose au risque de mourir.
    Ingurgitation ou privation, gavage ou diminution drastique des besoins constituent deux stratégies pour se maintenir entre la vie et la mort. Cet ouvrage passionnant sur ces étranges funambules, personnages d'un drame oublié qu'ils ne peuvent saisir, est né d'une longue écoute : clinique, il détaille avec minutie des parcours qui peu à peu nous font progresser dans la compréhension de comportements déconcertants et destructeurs; théorique, il propose une réflexion audacieuse, qui nous ramène en deçà de la naissance, et confronte sans cesse les intuitions aux dernières avancées de la science.
    Les analyses de Tamara Landau sur l'impossible naissance - contenues dans son précédent livre, L'Impossible naissance ou l'Enfant enclavé - se trouvent ainsi prolongées de façon magistrale.

  • Ne pouvoir vivre que dans l'ombre ou le désir de l'autre, éprouver le besoin de rester caché, d'être invisible - en ne supportant pas même d'exposer son corps aux regards - avoir le sentiment de n'être pas présent au monde, ou la conviction de n'être rien, constituent pour maints individus une véritable souffrance. Cet ensemble de troubles relatifs à l'identité, à l'mage de soi, dérive, selon Tamara Landau, d'une expérience originaire oubliée, celle d'une difficile, voire d'une impossible, naissance.

    Ayant observé la pathologie de l'enfant enclavé chez de nombreux patients - notamment à travers leurs dessins et sculptures - l'auteur introduit une passerelle entre la psychanalyse et les neurosciences et retrace, tant sur le plan biologique que fantasmatique, les différents stades de l'évolution dans le lien mère-enfant, depuis la vie intra-utérine jusqu'à la petite enfance. Les fantasmes « une vie pour deux », « un corps pour deux », décelables dans de nombreux comportements, révèlent la persistance inconsciente et très préjudiciable de cette relation fusionnelle.

empty