Pu De Grenoble

  • Notre monde est envahi de théories du complot. Comment les sciences permettent-elles de s'y retrouver entre vrai et faux complots, rationalité et irrationalité ?
    De nos jours, chaque événement majeur (attentat terroriste, pandémie, mort de célébrité, etc.) donne lieu à des théories alternatives à la version officielle, les théories du complot, qui se diffusent à la vitesse instantanée d'Internet.
    À la lumière de nombreuses études scientifiques, ce livre explore les raisons qui font que tous, nous pouvons être attirés par ce genre de récit, et pourquoi certains y croient plus que d'autres. L'auteur analyse les conséquences de ce phénomène, puis propose des pistes pour lutter contre la prolifération des théories complotistes.

  • « Oh, David, tu fais un boulot cool... tu te balades... tu glandes... Tu fais ta ronde ? T'es au boulot, là ? » Éducateur de rue : voilà un métier mal connu, souvent mal jugé, et pourtant indispensable. À travers de nombreux entretiens, l'auteure effectue une analyse fine de ce métier atypique, spécialisé dans la prévention de la délinquance, mettant des mots sur ce qu'ils font, extrayant les compétences de leur pratique et tordant le cou aux idées reçues sur cette profession : loin des clichés classiques avec jugements à l'emporte-pièce, tout ici est décortiqué, déconstruit avec approfondissement. À partir des situations exposées et des témoignages retranscrits, l'auteur pose un regard psychosocial sur les phénomènes vécus dans la rue afin de mieux appréhender ce qui s'y joue. Cet ouvrage est avant tout une réflexion sur la méthodologie du travail de l'éducateur dans la rue et porte sur les savoir-faire, compétences et stratégies utilisés par ces professionnels de prévention spécialisée.

  • Pourquoi la recherche est-elle un enjeu dans la l'autonomie de l'université ? Après trente ans de combat pour construire un couple universitérecherche fort, Jean-Marc Monteil prend la plume pour défendre sa vision.
    Eloignée des universités étrangères et notamment des universités allemandes qui font une place centrale à la recherche scientifique, l'Université française a éprouvé longtemps de grandes difficultés à construire une indépendance stratégique, alors même que son désir d'autonomie ne date pas d'hier.
    Dans ses rapports directs ou indirects avec la recherche, avec ses partenaires et avec les territoires, des grandes écoles aux organismes de recherche, la voie de l'université est demeurée étroite.
    Dans cet ouvrage, l'auteur, témoin engagé au long cours, décrit la marche de l'université dans la quête de son autonomie. Par de courtes incursions derrière le décor de ses trente dernières années et, en notant les défis scientifiques, économiques et sociaux de nos sociétés, il s'attache, en lui donnant toute sa place, à souligner la liberté et la responsabilité de l'Université pour les relever.

  • Pourquoi la plupart des patients pris en charge dans des dispositifs de soin par la parole DSP (dont font partie les psychothérapies modernes) guérissent-ils de leurs maux alors que la plupart de ces dispositifs pratiquent des types de soins qui semblent très éloignés les uns des autres ?
    Dans quelle mesure la psychothérapie est-elle un moyen d'aider à guérir ? Quel est le pouvoir de la parole dans le processus de guérison ? Depuis Freud et Lacan, de nombreux avis contradictoires se sont échangés sur le sujet, et nul ne sait aujourd'hui trancher concrètement sur cette question. Ce livre apporte sa contribution au débat.

  • Dans un contexte de scandales sanitaires, de contestation de la médecine classique et du système hospitalier, face aux dérives thérapeutiques parfois sectaires, à la « mercantilisation » du soin, au non-respect éthique, et à la désinformation du patient, Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin tentent de définir ce que doit être une bonne pratique soignante.
     Leur livre fournit une panoplie d'outils méthodologiques pour identifier les pièges rhétoriques, de raisonnements et d'interprétation, afin de distinguer science et pseudoscience dans le domaine du soin.
     Il pose des questions éthiques et politiques, et fait des propositions concrètes pour que les thérapeutes soient en mesure de proposer des options de soin débarrassées d'intérêts idéologiques, financiers, politiques ou commerciaux, à des patients qui pourront ensuite faire leur choix, librement et en connaissance de cause.

  • Essai critique sur l'emprise du paranormal, qualifié de pseudosciences, dans toutes les sphères de notre société.
     Il cherche à répondre à trois objectifs :
    - élucider le problème de l'attirance pour le paranormal et les pseudosciences, - montrer comment le climat socioculturel et l'éducation contribuent à la promotion des pseudosciences, - présenter une trentaine de procédés utilisés par les promoteurs des pseudosciences pour justifier leurs approches.

  • Fasse au taux de suicide qui ne cesse d'augmenter, aux dépressions qui touchent de plus en plus de personnes, à la violence de plus en plus marquée chez les jeunes enfants, la santé publique porte un intérêt croissant à la santé mentale. Les programmes de prévention fleurissent au prétexte de l'amélioration du bien-être de la population. Mais qu'en est-il exactement de cette bienveillance ?
     L'auteur propose dans cet ouvrage une analyse critique des dispositifs de prévention de santé publique. D'une part, parce qu'ils prétendent définir les bons comportements et les bonnes méthodes notamment dans le domaine de la parentalité (formation aux bonnes pratiques parentales) et d'autre part parce qu'ils sont systématiquement élaborés dans l'urgence, pour demain, alors qu'il s'agit avant tout de pratiques à mettre en place sur plusieurs générations.
     L'auteur croise trois points de vue disciplinaires complémentaires : statistiques, sociologiques et épistémologiques, une première !

  • Gestes techniques et formation : un point de vue didactique Nouv.

    Les gestes techniques constituent une part importante du quotidien de nombreux professionnels. Comment s'apprennent-ils ?
    Après une étude approfondie de la notion du geste technique, l'ouvrage analyse ses deux modalités principales de formation : la transmission sur le lieu de travail et la simulation.
    Puis il expose les fondements théoriques et méthodologiques d'une approche didactique de la formation aux gestes techniques. Contrairement aux deux modalités principales qui reposent sur une volonté d'inscrire l'apprentissage dans un contexte le plus proche possible du travail réel, cette approche invite à ne pas confondre la situation de travail et la situation de formation.
    L'auteur montre l'intérêt de la développer en formation professionnelle parce que moins coûteuse et tout aussi efficace.

  • Cet ouvrage instaure un véritable débat sur le système d'évaluation des chercheurs et enseignants-chercheurs qui prédomine actuellement en France et à l'international : celui de la bibliométrie.
     Les auteurs abordent le sujet par de nombreux questionnements pour mettre en évidence les limites et les effets parfois « malsains » que ce système peut engendrer.

  • Cet ouvrage traite principalement de la neuro-imagerie et de ses relations avec la psychologie.
     Il donne des éléments de réponse à une question très médiatisée actuellement concernant le rôle de l'imagerie cérébrale dans l'observation de la pensée.

empty