Lignes De Vie D'Un Peuple

  • Petit pays arabe bordé par la Méditerranée et passerelle procheorientale, le Liban est célèbre pour sa mosaïque religieuse. On y appartient à un pays, une communauté, un territoire géographique, une famille. Quinze ans de guerre (1975-1990), ainsi que les occupations et interventions étrangères, y ont laissé de profondes meurtrissures. La violence est trop souvent revenue, tout comme les crises politiques. La société, pourtant, ne cesse d'aller de l'avant : l'inventivité s'exprime au quotidien, la solidarité s'organise face aux inégalités sociales, et l'humour résonne comme un paratonnerre.

    Laure Stephan est partie à la rencontre de ce peuple et nous rapporte ses conversations avec une architecte engagée dans la sauvegarde du patrimoine, un reporter pourfendeur de la corruption, des tatoueurs, des danseurs, un entrepreneur social, une éditrice qui n'a pas froid aux yeux, ou encore une réfugiée palestinienne décidée à mettre à l'honneur la cuisine de son peuple.

    Ces tranches de vie nous confirment aussi que, malgré les divisions et les tensions, les Libanais partagent le sentiment d'un destin en commun.

  • Dans l'imaginaire populaire, quand on parle de la Belgique, on pense aux moules, aux frites, à la bière, à Jacques Brel ou à Stromae. Les Belges bénéficient d'une image sympathique, teintée de surréalisme. Pourtant, sous une apparente bonhomie, le royaume est un territoire fracturé, traversé par des soubresauts identitaires, politiques et économiques. Vivre dans un pays divisé en communautés pousse chacun à évoluer dans sa langue, dans ses symboles et... dans sa bulle.
    C'est par de nombreux témoignages et rencontres de Belges, connus ou non, que Jérémy Audouard montre un facette inconnue de la Belgique. On retrouve de grands noms de la culture comme Philippe Geluck, Jean Quatremer, In Koli Jean Bofane ; de la télé avec Jean Libon, créateur de Strip-Tease ; ou encore de l'astrophysicien Mickaël Gillon.
    Et comment parler de la Belgique sans évoquer la bière, c'est chose faite avec un reportage dans la brasserie Brussels Beer Project.

  • Jadis grand empire, le Cambodge est marqué dans sa chair par son histoire tragique. De 1975 à 1979, l'utopie meurtrière du régime Khmer rouge emporte près du quart de la population.
    Quarante ans après, le royaume renaît de ses cendres entre nécessité de se confronter au passé et désir de bondir vers l'avenir. Dans ce pays de terre et d'eau, peuplé de génies, la vie s'apprécie toujours dans l'instant présent. Mais derrière leur légendaire sourire, les Cambodgiens sont aussi un peuple fier et résistant. Dans une société dominée par la même figure politique depuis près de trente-cinq ans, où toute contestation est réprimée, ils s'élèvent pour dénoncer le népotisme, sauver une vallée menacée ou exprimer leur créativité. Ethnologue, pêcheur, gangster repenti, milliardaire, youtubeur, danseuse de ballet se racontent ici.

  • On a beaucoup écrit sur les Japonais et leur pays singulier. Les Japonais font d'ailleurs l'objet de nombreuses idées reçues. Celle de leur homogénéité ethnique et sociale est la plus répandue. Il n'y aurait pas de classes ni d'écarts trop importants de richesses au Japon.
    Les Japonais se disent uniformes ? Ils sont en vérité d'une infinie diversité.
    On dit du Japon qu'il manque de place ? L'île d'Hokkaido est sept fois plus vaste que l'Ile-de-France et pourtant deux fois moins peuplée...

    Cet ouvrage part à la rencontre de vingt-trois personnes, hommes, femmes, couples très divers, comme autant de figures types d'un peuple que l'on croit, à tort, homogène.
    Il y a Kotaro, un salaryman "new generation" de PwC Japan ; Ka-kun, le manager d'un bar gay à Tokyo ; Nana-san, l'auto-entrepreneuse divorcée de Kyoto ; Monsieur Yoshida, expert atomique post-Fukushima ; Madame Jitsuo, descendant de la discrète communauté des chrétiens de l'archipel Gotoune ou encore le Professeur Hosono qui cherche à promouvoir de nouveaux modèles d'organisation des communautés locales, solidaires et autonomes : les smart communities...
    L'auteur ne cherche pas ici à montrer l'étendue du chemin qui nous sépare des Japonais, mais les moyens, nombreux, de partir les rencontrer. Et si ce livre donne la parole à une poignée d'entre eux, il appelle irrésistiblement l'expérience irremplaçable de la découverte par soi-même...

  • Tout voyageur est frappé, lors de son arrivée au royaume de Thaïlande, de constater l'apparente liberté dont jouissent les Thaïlandais - pourtant sous le joug d'une dictature militaire. Les coups d'Etat ici se produisent sans violence ; l'autoritarisme y serait-il plus doux qu'ailleurs ? Dostoïevski disait qu'une société devait être jugée à l'aune de ses prisons : les prisons thaïlandaises regorgent de prisonniers de conscience, victimes de la terrible loi de lèse-majesté, l'une des plus sévères au monde. Derrière son vernis pastel de carte postale et la bonhomie légendaire de ses 67 millions d'habitants se découvre la réalité de la misère, des bordels, de la drogue et de la corruption.
    Autour de Bangkok la mégalopole qui se dresse, folle, en écrans géants et en super-centres commerciaux, la Thaïlande rurale continue à cultiver, le dos courbé sous un soleil de plomb, ses rizières en escalier. Ces deux Thaïlande qui se font face, l'une rurale, l'autre urbaine, l'une forcée à une économie de subsistance, l'autre ultra-consumériste, l'une à la peau tannée par les rayons du jour, l'autre d'une blancheur poudrée, n'en sont pas moins unies par un impétueux sentiment national. La khwampenthai (« Thainess »), puissant ciment idéologique, définit les contours de l'identité nationale grâce au motto « Nation, Religion, Monarchie ».

  • Entre terre et mer, nouvelles technologies et coiffes bigoudènes, world music et élevages de cochons, la Bretagne est indubitablement terre de contrastes. C'est aussi une région dont les habitants ne manquent ni d'audace ni de créativité. À travers une sélection - forcément subjective - de portraits témoignant de la diversité des talents qui irriguent la péninsule, c'est de cette Bretagne dont il est ici question, insolite et généreuse, ouverte et forte d'une identité affirmée. Où l'on découvre les rythmes du « kan ha beatbox » et le goût des sushis d'Armorique, l'ingéniosité des sextoys connectés comme le retour du transport à la voile ou les success stories de la « Breizh Valley ».

    25 portraits hauts en couleurs « racontent » un territoire, un peuple à la fois familiers et invisibles.

  • Les Coréens sont un peuple durci par le feu : les générations les plus âgées ont connu l'épouvantable colonisation japonaise, la dévastatrice guerre de Corée, une division dont les ravages se font toujours sentir, la misère noire de l'après-guerre, et enfin un développement au pas de charge qui a brisé les anciens liens familiaux et communautaires, sans en créer de nouveaux. Pourtant, la Corée garde un optimisme, un entrain, et une endurance qui forcent l'admiration.
    Leur fort confucianisme les a rendus hypersensibles à la hiérarchie, au regard d'autrui, à l'importance du statut social. Ce qui explique aussi la nécessité de relâcher la pression : ils aiment boire, faire la fête, chanter et s'enivrer - comme tout le monde. Ils sont un peuple épris de spiritualité : bouddhisme, catholicisme, et protestantisme évangélique cohabitent sans trop de heurts - souvent au sein d'une même famille - le tout sur fond des croyances chamaniques toujours très vivantes même si cachées, et constitutives de l'identité coréenne. Autant d'aspirations spirituelles profondes qui coexistent paradoxalement avec un puissant matérialisme.

  • Prenez une carte du monde. Repérez la Méditerranée et essayez d'en tracer le centre. La Sicile est le nombril de cette mer-carrefour, centre historique de la planète. À la croisée des mondes, colonisés depuis plus de 3 000 ans, les Siciliens oscillent entre rationalisme occidental et tentations du désert.

    Parmi ceux que l'on rencontrera : Rosa Cassata est présidente d'un mouvement indépendantiste sicilien ; Salvatore Lupo est l'auteur d'une monumentale Histoire de la mafia ; « Pasquale », le gamin du film Respiro, nous livre une tranche de vie d'un Sicilien exilé en France ; et U Zi' Peppe, depuis Lampedusa, nous raconte comment de terre d'émigration la Sicile est devenue terre d'immigration.

  • La Nouvelle-Calédonie, archipel isolé, est constituée de la Grande Terre, de l'île des Pins et des îles Loyauté. Elle se situe en plein océan Pacifique, à 22 000 km de la France, entre Australie, Nouvelle-Zélande, Fidji et Vanuatu. La question de l'identité est au coeur du quotidien de ce territoire où cohabitent des héritages multiples (kabyles, japonais, javanais, wallisiens, vanuatais, martiniquais, zoreilles). Comment la culture Kanak a-t-elle vécu cette cohabitation ? : qui est né là et qui ne l'est pas ? Qui a le droit de vote et qui ne l'a pas ? Qui a le droit de travailler et qui ne peut pas ? A qui appartient la terre ?

    Les années qui viennent sont cruciales avec les 3 référendums d'autodétermination prévus de 2018 à 2020 : projet unique en son genre, le Destin commun (devenu un nom propre) est à l'oeuvre et porte en lui la valeur fraternelle de partage et de pardon née de la poignée de main échangée en 1988 par Jean-Marie Tjibaou (figure politique du nationalisme kanak) et Jacques Lafleur (homme politique français). La question de ce que serait l'avenir de cette petite nation indépendante, coincée entre les ambitions des puissances autralienne et chinoise est donc capitale.

    L'enjeu principal de cette enquête est de donner la parole à tous les acteurs de cette société complexe.

  • Pays longtemps mystérieux, mélange complexe entre tradition et hyper modernité, l'Inde du XXIe millénaire reste toujours difficile à cerner. Les changements accélérés et dramatiques tant au plan social, économique que politique ont fait surgir de nouveaux acteurs, jeunes entrepreneurs, ingénieurs, artistes, femmes célibataires vivant seules. Mais ont-ils pour autant fait disparaître ce qui a caractérisé l'Inde depuis des siècles : une société de castes, le respect des traditions, l'impact des religions sur l'organisation sociale. ? Comment appréhender cette « New India » ?

    Ce livre propose de découvrir les parcours de vie et les points de vue de quelques Indiens d'aujourd'hui. Par leur liberté de pensée, leurs projets novateurs, leur volonté de transformer leur société, ils nous dévoilent une Inde inattendue, loin des clichés que véhiculent encore tant la presse à sensation que les agences de tourisme. Quelques éléments d'un immense pays qui est loin d'avoir livré tous ses secrets.

  • Par vocation, Marseille est d'ici et d'ailleurs. C'est un lieu de passage, de rupture, fait de mouvements brusques et de communautés disparates. Pour décrypter ce « peuple » insaisissable, les auteurs ont choisi une grille, celle du tarot marseillais avec ses 22 figures, incarnées ici par 22 personnalités emblématiques : « Le Pape » Diouf (ancien président de l'OM), « L'Empereur » Robert Vigouroux (ancien maire) ou encore « Le Soleil » Sophie Le Saint (présentatrice de JT)... Leur récit rendra-t-il compte avec justesse des disparités et des similitudes entre tous ces gens qui font Marseille ? Bien sûr que non. Il aurait fallu pour cela interviewer chacun des 860 000 habitants qui la composent ! Ces pages sont une entrée en matière. Pour le reste, le plus simple est d'aller à Marseille, à leur rencontre.

  • Bout de terre gagné sur les flots de la mer du Nord par la seule pugnacité de ses habitants, les Pays-Bas représentent un modèle unique à plus d'un titre...
    Méconnus, les Néerlandais sont pourtant omniprésents dans notre quotidien (Unilever, Philips, Hema...) et ont su mener leur pays parmi les principales puissances économiques européennes et mondiales.

    Forts de leur riche passé, les Pays-Bas offrent aujourd'hui l'image d'un pays prospère, innovant et dynamique mais aussi contradictoire. Chantres des libertés individuelles, pour qui ni le sexe ni les drogues ne sont tabous, les Néerlandais ont pourtant inventé l'émission Big Brother.

    Avec une image de bien-être et de prospérité, se dessine ici un royaume construit envers et contre tout, bien au-delà de ses clichés de bon aloi, oscillant entre moulins, tulipes, drogues et prostitutions.

  • Exubérants, chaleureux, parfois même jusqu'à l'excès, les Argentins sont des êtres passionnés et passionnants, profondément attachants. Cette nation constituée en majeure partie d'immigrés européens surprend par son histoire et son identité complexe : d'une région à l'autre d'un immense pays, les traditions et coutumes témoignent d'un métissage unique en Amérique latine. Entre la figure traditionnelle du « gaucho », le réveil des communautés indigènes déshéritées et les signes évidents d'un fort héritage italien, nombreux sont les éléments composant la « mosaïque » culturelle argentine.

    Et pourtant... ces particularismes hérités à la fois du Vieux et du Nouveau Continent n'empêchent pas un fort sentiment d'union nationale : les Argentins se montrent souvent patriotes et même chauvins, mais brillent par leur humour et leur sens de l'autodérision. L'Argentine est donc un immense paradoxe, et sa société pleine d'ambivalences : pays du tango, d'infinies richesses naturelles, de la psychanalyse, de Che Guevara, du football, d'érudition littéraire, mais aussi d'incessantes crises économiques, l'Argentine est un paysage de grandeurs et décadences, une nation en éternelle réinvention.

  • LIGNES DE VIE D'UN PEUPLE Conçue par les ateliers henry dougier (fondateur des éditions Autrement), cette collection « raconte » les peuples aujourd'hui, trop souvent invisibles. Elle met en scène leurs valeurs, leurs interrogations, leurs créations, leurs passions partagées dans une grande enquête tissée d'histoires fortes, révélatrices de leur culture profonde.

    LES UKRAINIENS Les Ukrainiens, qui sont-ils ?. Oukraïna signi?e « aux con?ns », et les Ukrainiens sont par conséquent « ceux des con?ns », rendus presque éphémères par la puissance du maelström géopolitique ac- tuel. Si l'Ukraine fait la Une, les Ukrainiens, eux, plus rarement : un reportage à chaud, produit dans l'instant, n'offre que rarement au lecteur la possibilité de saisir l'esprit d'une nation en devenir, résultat d'un passé complexe et lointain.
    Il est temps de ramener les Ukrainiens « des con?ns » au centre du récit. C'est l'objet de ce livre : amener le lecteur à une connaissance des Ukrainiens détachée de la fébrilité actuelle. Découvrir ce peuple « du sud », chaleureux, émotif, prêt à faire la fête, malgré une identité ?oue, un territoire malmené par l'histoire, un manque d'as- surance exacerbé par les fractures identitaires, sociales et géogra- phiques, et dont la crise actuelle ne fait que dramatiser les enjeux.

  • Qui croirait, à la vue de ces Paraguayens d'une hospitalité sans faille, aimant la vie au jour le jour, que ce peuple porte une histoire si invraisemblable que, selon les termes même de son grand écrivain, roa Bastos, on la croirait inventée si elle n'était objectivement réelle ? Car leur pays a été le théâtre d'une des plus grandes utopies de l'humanité tout comme des plus abominables drames. Gagnez leur confiance, entrez dans leur monde, celui de l'attachement à une nature exubérante, à une langue originale, le guarani, qui est aussi un mode de vivre et de penser. Lâchez prise et vous découvrirez, au-delà du kitsch d'un folklore conventionnel, l'originalité profonde d'un peuple qui, dans sa trajectoire perpétuellement mouvementée, affronte aujourd'hui la mondialisation.

  • Quand on évoque les Arméniens, on pense Aznavour, chrétiens d'Orient, montagnes et mont Ararat, églises et monastères, génocide, contentieux avec la Turquie, problèmes avec l'Azerbaïdjan, et conflit du Karabagh. Mais l'on se rend vite compte des limites de nos connaissances. De ce peuple, que nous croyions connaître, nous n'avons en réalité qu'une perception réduite et embrouillée.
    Écrit par une spécialiste de l'Arménie, tant de sa mémoire que de son actualité, ce livre a l'intérêt d'exposer avec clarté et originalité la situation présente du peuple arménien, d'en révéler franchement les diverses facettes, les débats qui l'animent, les combats qu'il mène, et les nombreux défis, souvent graves, auxquels il a à faire face. Faisant écho à la commémoration du centenaire du Génocide de 1915, ce livre est indispensable à ceux que son destin ne laisse pas indifférents.

    PRÉSENTATION.
    Sèda Mavian est journaliste, correspondante à Erevan en Arménie des Nouvelles d'Arménie Magazine (Nam), le principal mensuel arménien de France. Historienne de formation, elle a collaboré à L'Histoire du peuple Arménien sous la direction de Gérard Dédéyan (Privat, 2006) et est l'auteur d'un essai intitulé « Ma mémoire du Génocide », paru dans La Règle du Jeu (n°49, mai 2012, Paris).

  • Prise en étau entre la Russie et la Chine, la Mongolie cherche à consolider son indépendance, acquise après 1990.
    Entre l'accroissement des tensions géopolitiques et la richesse en matières premières de son sous-sol, les convoitises de ses deux puissants voisins ne cessent de s'attiser. Misant sur ses ressources considérables, le pays du ciel bleu met en oeuvre une stratégie de désenclavement pour poursuivre son développement économique rapide et consolider sa jeune démocratie. Dans ce pays, aux paysages qui semblent infinis, chaque Mongol cultive la liberté comme un art de vivre hérité du nomadisme pastoral.
    Cet attachement à la liberté se retrouve partout, à chaque échelon de la société, à chaque moment de la vie : autant chez les femmes, véritable pilier de la société, que chez les hommes, qu'ils soient ministres, artistes, éleveurs, sportifs. Ce livre part à leur rencontre et rend compte de ce profond attachement. Les Mongols forment un peuple fier et rebelle, un peuple d'hommes libres. Mais sauront-ils préserver cette indépendance face aux appétits de leurs voisins ? Et sauront-ils garantir l'équilibre social et environnemental déjà mis à mal ?

  • Peuple tissé en archipel, les Guadeloupéens partagent un destin issu des bouleversements d'une histoire comptable d'inhumanité et d'humanité :
    La traite, l'esclavage, la colonisation, la départementalisation, les résistances à l'inexorable. Qu'en est-il aujourd'hui de ce grand charivari de l'histoire ? Ici où tant d'autres peuples sont venus rejoindre les premiers Amérindiens : Européens, Africains, Indiens, Syro-Libanais, diasporas caribéenne, haïtienne et dominicaine.
    « Les îles de Guadeloupe » : un archipel où la nature gouverne bien plus sûrement que les hommes, sur cet arc antillais, tellurique, cyclonique, volcanique, à l'étroit entre océan Atlantique et mer des Caraïbes.
    Peuple planté entre son ici-dans, la Fwans au loin et tous les autres là-bas, les Guadeloupéens sont porteurs d'une richesse culturelle exceptionnelle qui rayonne dans et par le monde entier à travers littérature, oraliture, musiques et art de vivre créole. Un bilinguisme où le français et le créole se doucinent et se heurtent avec loqans et vitalité.
    Ici, des parcours singuliers se racontent, se livrent, se distinguent, se reconnaissent avec un sens inouï de l'équilibre dans tous les déséquilibres, en leurs femmes piliers, potomitan, en leur jardin créole, en leur désirs de s'affirmer, en Peyi, en mémoire et en actes, tels qu'en eux-mêmes. Aucune éternité ne les fige.

  • Un grand silence règne sur le Pays des Neiges. Victimes de l'agression de leur puissant voisin depuis plus d'un demi-siècle, les Tibétains ont été contraints de fuir leur pays ou d'accepter de se soumettre. Déracinés dans leur pays d'accueil (Inde, Bhoutan, France...) ou réduits aux humiliations et à la dilution de leur identité sur leurs terres ancestrales, les Tibétains ne cessent pourtant de lutter contre le déni de leurs droits économiques, sociaux et culturels, et pour le respect de leur liberté religieuse.
    Les récits et points de vue d'exilés et d'habitants du Haut Plateau, ainsi que les réflexions de chercheurs tibétains et d'éminents tibétologues, témoignent dans ce livre des souffrances du peuple tibétain, mais aussi de ses espoirs.

  • Bienvenue au pays des superlatifs. Au Brésil, tout est « o maior do mundo », « le plus grand du monde » : c'est « le plus grand pays catholique du monde » où a lieu le « plus grand carnaval du monde » et qui abrite le « plus grand stade de football du monde ». Et bien sûr, « Dieu est brésilien ». Mais si l'on va au-delà de ces quelques clichés, qu'est ce qui rassemble les brésiliens ? Le football et la langue portugaise ; sans aucun doute mais après.
    Dans un pays avec un taux de 26 homicides pour 100 000 habitants, où se côtoient Noirs, Indiens, métis et Blancs, comment la population peut-elle être si diverse et si raciste à la fois?
    Septième puissance économique mondiale, grenier du monde, réservoir de la biodiversité, arbitre international, le Brésil est-il aujourd'hui un « pays émergent » ou « émergé » ? C'est à toutes ces questions que se proposent de répondre Les Brésiliens qui raconte le vécu aujourd'hui de ce pays immense, grand comme seize fois la France et qui ne cesse de nous impressionner. En effet, être Brésilien, c'est à la fois une façon d'être, de vivre, de croire, de se mélanger et d'incarner une histoire marquée par des contradictions et des rapports de force.

  • Si le conflit israélo-palestinien est largement couvert par les médias, la société israélienne reste assez méconnue du public francophone.
    Ce livre invite à découvrir un peuple pluriel et complexe, un état où s'amalgament des rescapés de la shoah, des immigrants originaires d'horizons très différents, des juifs de stricte observance, des juifs libéraux, des juifs laïcs, des juifs athées voire agnostiques, des chrétiens aux multiples facettes, des musulmans sunnites - des citoyens qui rejettent l'autorité de l'état, et d'autres qui s'en accommodent tant que leurs intérêts sont préservés.
    Dans ce pays laïc, mais empreint de religiosité, dans cet état démocratique, mais tenté par l'autoritarisme, les Israéliens se dotent d'une culture originale et développent une créativité à toute épreuve, tout en revendiquant le droit à la normalité dans un environnement hostile.
    Ce livre est un voyage au sein d'un peuple-mosaïque dans un état moderne. Un portrait réaliste et attachant des Israéliens aujourd'hui.

  • Souvent citée comme modèle, la Norvège est de plus en plus enviée, mais n'apparaît pas sans contradictions. Européenne, mais en dehors de l'UE. Grandiose par sa nature, mais faiblement peuplée.
    Pays de tolérance et de paix, mais aussi important exportateur d'armes.
    Peu connus sur la scène internationale en dehors des peintures d'Edvard Munch, des pièces de théâtre de Henrik Ibsen ou de la musique d'Edvard Grieg, les Norvégiens fascinent d'autant plus.
    Qui les auraient imaginés en cuisiniers d'excellence ?
    En champion du monde d'échecs ? En nouveau Zidane ?
    Et avant tout en « Arabes aux yeux bleus » - riches à outrance par leur pétrole, dictant leurs conditions aux compagnies pétrolières peu habituées à ce genre d'exigences ? Plus insupportable encore pour les Latins, ce sont les Norvégiennes qui font la loi.
    La Norvège est un royaume, et les femmes en sont souveraines.

  • Que savons-nous de la vie réelle des chinois, de ce 1,3 milliard d'habitants grands oubliés de l'histoire contemporaine ? Considérés comme de simples administrés, les Chinois restent sous la coupe d'un État fort, omniprésent. Surveillés par un régime appuyé sur un parti unique, habile mais sclérosé, ils n'en finissent pourtant pas de se dresser face à celui-ci, et n'ont de voix au chapitre que s'ils révoltent.

    Les jeunes Chinois, aujourd'hui 200 millions, forment une génération complexe, prise en étau entre pressions sociales et financières et la volonté de bouleverser l'ordre établi. C'est précisément à cette jeunesse que ce livre donne la parole. La génération de demain qui tient le destin de son pays entre ses mains. Une jeunesse fantasque et prude, attachante et irritante, traditionnelle et obsédée par la nouveauté. Bref, profondément contradictoire et fascinante.

  • Il existe une âme lettone si puissante qu'elle semble transcender le triple éclatement apparemment constitutif de ce peuple.

    Les Lettons courageux et cléments ? Le premier éclatement, historique, semble le prouver : après une période d'alternance entre soumission à la Russie, velléités d'indépendances, indépendance acquise et perdue, la Lettonie acquière son indépendance définitive en 1990, il y a tout juste vingt-sept ans. L'exemple de Marina Kostenecka, écrivain et engagée pour l'indépendance de la Lettonie est évocateur. Elle se décrit comme « passeuse entre les lettons et la communauté russe » et marque la cohabitation des russes et des lettons en Lettonie du sceau de la confiance mutuelle et du pacifisme.

    Les Lettons ouverts d'esprit ? Assurément. Le second éclatement constitutif de ce peuple est géographique. De par leur histoire, les Lettons ont été déportés, poussés à l'exil ou démis de leur liberté de mouvements. Aujourd'hui, ils partent d'eux-mêmes mais reviennent. Vaira Vike-Freiberga, ancienne présidente de la Lettonie en est la preuve vivante. Après cinquante-quatre années par monts et par vaux, elle rentre et est élue.

    Les Lettons fidèles ? Très certainement. Fidèles à leurs traditions ancestrales, fidèle à la nature restée quasiment vierge, point focal de leur civilisation et de leurs traditions, portée aux nues comme le dieu d'une religion païenne. L'agriculture écologique et biologique, n'est pas une question, c'est une évidence, en témoigne Janis Sietinsons, apiculteur biologique.

    Ainsi, Les Lettons semblent détenir la capacité de jouer des contradictions, avec finesse et nuance, ... sans incohérence.

empty