La Ville Brule

  • En 1755 paraît un petit ouvrage anonyme intitulé Code de la nature, ou le véritable esprit de ses lois (de tout temps négligé ou méconnu). Ce texte, rédigé par un mystérieux Morelly, attaque violemment la morale dominante et l'institution religieuse et se conclut par un plan de législation destiné à assurer le bonheur de l'humanité sur la base de l'abolition de la propriété privée. Personne avant Morelly n'avait osé quitter le terrain de la narration fabuleuse pour affirmer la nécessité de révolutionner aussi radicalement le vieux monde. Ce cri d'indignation et ces propositions utopiques seront vraisemblablement lus et médités par Rousseau ; ils seront entendus et compris de Babeuf et de ses camarades, combattants acharnés de l'égalité ; ils seront repris par les socialistes français au cours du XIXe siècle. Stéphanie Roza nous invite aujourd'hui à redécouvrir ce texte fondateur étonnant et son auteur, Étienne-Gabriel Morelly. Oublié de la grande histoire littéraire et philosophique, ce dernier prend pourtant place dans la cohorte historique de ceux qui ne se résolvent pas à s'incliner devant la force des choses.

  • Le profit, le travail productif, la rente : ces trois piliers de l'accumulation capitaliste sont au coeur de trois courts essais clairs et pédagogiques qui sont autant d'occasion de faire le point sur les débats actuels et d'en signaler les enjeux politiques et théoriques, sans positions doctrinaires a priori, mais fournissant des outils d'analyse.

  • L'antifascisme démocratique, né d'une émotion collective, surgit en France en 1934-1935, et cette expérience marque la scène politique française pour plusieurs décennies.
    Les auteurs font ici le choix de resserrer l'analyse sur la séquence 1934-1936, et de placer les acteurs au coeur de leur analyse. Une lecture à hauteur d'homme où il s'agit d'abord de questionner une émotion (l'antifascisme) avant de s'intéresser à son évolution politique.
    Le propos des auteurs n'est pas l'actualité, mais il s'en nourrit. Il s'agit en effet ici de faire partager la première expérience de l'antifascisme de masse pour mieux faire comprendre ses potentialités et ses difficultés.
    Cet ouvrage portant sur un thème toujours d'actualité est susceptible d'intéresser de nombreux lecteurs.

  • Depuis les années 1930, les sociologues du travail se demandent pourquoi les ouvriers ne travaillent pas plus... Michael Burawoy se demande quant à lui pourquoi les ouvriers travaillent aussi dur, et ce qui les fait consentir à leur propre exploitation.
    Pour tenter de répondre à ces questions, il a travaillé près d'une année à la chaîne d'une usine de moteurs de la banlieue de Chicago. Aux antipodes d'une vision patronale de la sociologie du travail, Produire le consentement mêle descriptions ethnographiques et théorie du procès de travail capitaliste. Michael Burawoy y analyse le procès de production comme un jeu dont les travailleurs élaborent eux-mêmes les règles, et montre que cet ensemble de pratiques informelles construisant un espace de travail en partie contrôlé par les ouvriers, loin d'atténuer l'exploitation, la renforce.
    Produire le consentement, qui s'est imposé comme un classique de la sociologie du travail depuis sa parution en 1979, n'avait jamais été traduit en français.

  • Les religions, loin d'être des facteurs de lien social et de pacifi cation des moeurs suscitent des confl its, favorisent les violences sectaires et meurtrières, et alimentent l'obscurantisme en refusant les grandes découvertes scientifi ques qui contredisent leur conception du monde et de l'homme. Enfi n, elles ont constamment soutenu les pires régimes d'oppression politique et sociale.
    Si la philosophie des Lumières en a fait le procès en son temps, le contexte intellectuel actuel leur est favorable, cet aveuglement laissant libre cours à un retour en arrière stupéfi ant. Yvon Quiniou, conscient d'aller contre l'air du temps, se livre ici à une imparable et salutaire critique des religions.
    Un ouvrage polémique qui suscitera à n'en pas douter de nombreux débats...
    />

  • Entre histoire, mémoire et projet politique, ce texte de 1828 raconte l'histoire d'une société secrète post-révolutionnaire qui conspira pour instaurer l'égalité réelle entre les hommes et la communauté des biens.
    La réédition de ce texte classique, mais épuisé, est proposée par trois des meilleurs spécialistes français de la période.
    C'est également la toute première édition scientifi que réellement complète de ce texte fondateur, puisqu'elle comprend :
    - une biographie détaillée de Philippe Buonarroti - un nouvel appareil de notes - des notices biographiques de tous les acteurs cités dans le texte - une chronologie - une postface sur la réception de l'oeuvre - une bibliographie complète.

  • Dans les semaines qui suivent la publication du Manifeste du Parti communiste , la police prussienne interpelle et arrête les membres du Comité central de la Ligue des communistes (l'ancêtre du Parti communiste). Leur procès a lieu en octobre 1852; sept d'entre eux sont condamnés à des peines allant de trois à six ans de forteresse. Immédiatement après le verdict, la Ligue est o¡ ciellement dissoute.
    Un texte rare de Karl Marx à plus d'un titre: d'une part parce qu'il est quasiment inédit, et d'autre part parce qu'il nous donne à voir un Karl Marx journaliste qui, entre histoire et philosophie, entre théorie et pratique, raconte et met en perspective cet épisode fondateur de la constitution du mouvement ouvrier.

  • « Mon objectif est de vous permettre de lire l'ouvrage de Karl Marx intitulé Le Capital, livre 1 , et de le lire dans les mots mêmes de son auteur. » C'est par ces mots que David Harvey invite le lecteur à le suivre à travers un voyage singulier - mais éclairant et indispensable. Pour y parvenir, il tient la main du lecteur et, ligne après ligne, lui permet de se jouer des abstractions et des concepts forgés par Marx. Cet ouvrage s'adressant à tous les lecteurs potentiel du Capital élucide et démystifi e ces concepts réputés diº ciles et abstraits au fi l d'une lecture originale - et parfois critique - de ce livre fondamental qui a changé l'histoire de la pensée économique. Pour lire Le Capital est le seul ouvrage proposant une lecture grand public et non dogmatique du Capita l.

empty