La Joie De Lire

  • Quelque part sur terre, un enfant ouvre un livre.
    Ailleurs, au même instant... une poire tombe par terre... un poisson mange un autre poisson...

  • Sur la banquise le pingouin grelotte. Comment se réchauffer par des froids aussi polaires ? L'écharpe ne suffit pas, faire un feu n'est pas une très bonne idée. Seuls les bras, heu les ailes !, d'un autre pingouin, réussiront à dégeler le corps et le coeur de l'animal.
    Un album doux comme une peluche qui fera fondre petits et grands.

  • Avec ce nouvel album, Paloma Valdivia continue de tracer en douceur son chemin et nous parle une fois de plus des choses simples de la vie. En l'occurrence cette fois-ci de l'amour indéfectible d'une mère pour son enfant qui, un jour ou l'autre, quitte le nid pour devenir ce qu'il a décidé d'être. Parfois une toute autre personne. Mais quoi qu'il devienne, une mère gardera toujours pour son enfant cet amour des premières années, malgré le temps qui passe et qui nous change irrémédiablement.

  • Dans cet album, T omo Miura met en scène une petite fille espiègle et extrêmement touchante qui imagine ce que serait sa vie si elle avait une petite soeur.
    Voire plusieurs petites soeurs. Voire plein, plein de petites soeurs... C'est sûr ce serait beaucoup plus amusant, elle partagerait les gâteaux faits par maman ; sa couverture aussi, pour la sieste ; elles feraient toutes ensemble de longues farandoles et toutes sortes de bêtises...
    Mais malheureusement, elle n'a pas de soeur. Enfin, ce n'est pas vraiment un problème...
    Au moins elle a sa maman pour elle toute seule !!!
    Une histoire pour les petits, tendre et drôle, sur le partage, le rêve, l'imagination...

  • La mort du Perroquet, qui se noie pour avoir été trop curieux, rend tout le monde malheureux, la petite fille dont les larmes émeuvent l'orange, qui en perd sa peau, le feu qui s'éteint de honte, la fenêtre, le vent. Leur tristesse est si grande qu'elle finit par toucher le ciel. Comment faire revenir la joie ? Une légende brésilienne sur la mort et la résurrection mise en mot par le grand poète Eduardo Galeano. Un texte simple mais profond, illustré par les sculptures sur bois d'une naïve beauté de Antonio Santos. Technique : photos de sculptures sur bois.

  • Le monde se divise en deux : il y a ceux d'en haut et ceux d'en bas. Ceux d'en haut sont égaux avec ceux d'en bas et inversement mais, ceux d'en haut pensent que ceux d'en bas sont différents et ceux d'en bas pensent que ceux d'en haut le sont aussi. Un album simple et original qui parle avec humour de l'autre, celui que l'on ne connaît pas, qui intrigue et fascine. Les images sont coupées en deux avec dans la partie supérieure des personnages sur leurs pieds et dans la partie inférieure des personnages la tête en bas. Les scènes sont symétriques mais pas tout à fait identiques car, que l'on soit d'en haut ou d'en bas, nous ne sommes ni tout à fait les mêmes ni tout à fait autres, égaux dans nos différences, ce qui fait la richesse de ce monde..

  • Vive le vent ! est l'histoire (sans texte) d'un curieux personnage taciturne, que l'on devine accaparé par ses pensées, et qui se promène sur la plage avec son chien. Soudain une tempête de vent se lève. Tout d'abord agacé l'homme court après son chapeau qui s'envole avant d'être lui-même soulevé dans les airs et de s'offrir une balade sur les ailes du vent. Une balade qui lui redonnera le sourire. Un livre poétique dont les illustrations naïves, dans les tons ocre et vert, donnent furieusement envie d'une balade au bord de l'océan en hiver.

  • C'est comme ça, il y a ceux qui partent et ceux qui arrivent, certains sont annoncés, d'autres non. Ceux qui restent pleurent ceux qui partent, et se réjouissent pour ceux qui arrivent. Et même si ceux qui partent ne savent pas où ils vont et ceux qui arrivent ne savent pas non plus ce qui va leur arriver, c'est comme ça, c'est la vie !
    Une belle fable sur la vie et la mort, tout en poésie comme sait le faire Paloma Valdivia qui nous avait déjà régalé avec « Ceux d'en haut et ceux d'en bas ».
    Les couleurs chaudes et les drôles de personnages de l'illustratrice mettent ce thème universel du cycle de la vie à la portée des petits. Un plaisir des yeux et de l'esprit !

  • Un petit garçon laisse son esprit vagabonder, et s'interroge sur la façon dont il est perçu par son entourage. Pour son chien, il est le maître, mais son professeur le considère comme son élève ; les élèves le voient comme leur copain arabe, alors que pour les Arabes, il est un petit Français. Serait-ce alors la couleur qui détermine la nationalité ? Pourtant, des Français sont noirs, jaunes, blancs... Tout est question de point de vue.
    Le thème de la nationalité porté par le texte plein de bon sens d'Antoine Guillopé, et les collages délicats de Géraldine Alibeu.

  • Pendant du titre J'ai bien le droit , cet ouvrage rappelle aux enfants qu'ils ont aussi des devoirs.
    Si chaque enfant a le droit de vivre dans sa famille, il doit savoir écouter les adultes qui s'occupent de lui et leur obéir, ou encore participer à la vie quotidienne de la maison. Manger et boire sont un droit, mais il faut veiller à ne pas gaspiller l'eau ou la nourriture.
    Chaque devoir est rehaussé par une illustration aux couleurs acidulées, tendres ou soutenues, selon la tonalité du texte. Des phrases s'intercalent dynamiquement entre l'énoncé des devoirs, apportant une forme de témoignage direct de la part des enfants : " Je prends soin de mes affaires ", " J'écoute quand les autres parlent ", " Je défends les plus faibles ". Réalisé à l'initiative de la Délégation de la petite enfance de la Ville de Genève, cet outil synthétique et clair rappelle aux parents comme aux éducateurs les devoirs élémentaires de ces petites personnes.

  • Le livre : Les enfants et les adolescents de moins de dix-huit ans ont des droits, garantis par la Convention des Nations unies de 1989. Parmi ceux-ci : le droit de vivre avec sa famille, de manger, de jouer, d'apprendre, d'être protégé ou d'exprimer son opinion. Chaque droit est ici rehaussé par une illustration aux couleurs acidulées, tendres ou soutenues, selon la tonalité du texte. Des phrases s'intercalent dynamiquement entre l'énoncé des droits, apportant une forme de témoignage direct de la part des enfants : " Moi, j'ai un coin rien que pour moi ", " Moi, j'ai besoin qu'on m'explique les choses ", " Moi, je peux dire Non ". Réalisé à l'initiative de la Délégation de la petite enfance de la Ville de Genève, cet outil synthétique et clair rappelle aux parents comme aux éducateurs la place et le respect qui sont dus à ces petites personnes.

  • Quand il fait nuit, tous les chats sont gris, dit-on. Mais pas pour les enfants qui aiment les histoires et qui préfèrent penser que la nuit fourmille d'aventures fabuleuses. Et quand Wolf Erlbruch se met au service de leur imagination, il y a de quoi rêver!

  • Magda, lutin rouge à l'expression attentive, découpe des mots dans les journaux et les range dans des boîtes de couleurs et de tailles différentes, comme le sont les mots eux-mêmes. Son classement est très personnel : les mots furieux, les tendres, les tristes.
    Chacun aura sa boîte. De temps en temps, Magda les renverse pour que les mots se mélangent et lui racontent d'autres histoires, qu'il reste au lecteur à imaginer.
    Constanza Bravo donne à chaque thème une ambiance colorée, lumineuse et sensible. Ses illustrations, association de collages et d'aquarelles, sont emplies de poésie, d'humour et de fantaisie. Elles jouent avec la typographie et le mouvement. A lire comme une comptine.

  • Il existe beaucoup d'êtres vivants : les terrestres, les aquatiques et ceux qui savent voler. Si tous les oiseaux construisent des nids pour leurs oeufs, chacun a sa méthode et ses préférences : en hauteur ou près du sol, bien caché, pour un ou plusieurs petits. Et même si souvent leur nid est bien pauvre, il est à leurs yeux le plus beau du monde! Un message simple qui vaut aussi pour les humains.
    Une belle leçon, poétique et philosophique, joliment mise en images par Natalia Colombo, ses couleurs riches et vives, sa palette contrastée et son trait enfantin.

  • Selma

    Jutta Bauer

    Selma est un mouton très occupé. Entre ses petits, ses copines et le renard, les journées passent vite. On lui demande un jour ce qu'elle ferait si elle avait plus de temps ou plus d'argent, sa réponse est inattendue... L'histoire de Selma est à lire comme une fable, parabole du bonheur, qui est parfois plus proche qu'on ne le croit.

  • Après « Drôle de coloriage » inspiré de l'encyclopédie d'Adrienne Barman et « Milton joue » inspiré des livres d'Haydé, La Joie de lire publie un nouveau cahier d'activités basé sur les livres pour petits de Constanze v. Kitzing. Jeux, coloriages... il y en a pour tous les goûts ! Les enfants devront par exemple aider le petit ver de terre à retrouver son chemin, dessiner une araignée au milieu de sa toile, compléter la girafe au bout de son cou ou encore peindre sa propre famille et sa maison. Un joli cahier pour prolonger le plaisir de la lecture...

  • Comme dans son précédent livre Mais qui va là ?, l'illustratrice cherche à stimuler l'imagination et le sens de l'observation des tout-petits. Une première image représente en gros plan un bout de l'habitat d'un animal. L'enfant doit deviner qui vit là ? Un serpent ? Une abeille ? Un hippocampe ? Le second dessin donne la réponse. Le petit lecteur retrouvera ici avec délice l'univers enfantin, chaleureux et ludique, de C. Kitzing, ses couleurs chaudes et ses lignes douces.

  • Dans la même veine que les aventures du petit lion facétieux de Cache-cache, l'illustratrice cherche ici à stimuler l'imagination et le sens de l'observation des tout-petits.
    Une première image représente en gros plan un bout du pelage d'un animal. L'enfant doit deviner de qui il s'agit ? Un tigre ? Un Dalmatien ? Une coccinelle ? Le second dessin donne la réponse. Des peintures aux couleurs chaudes et aux lignes douces, marque de fabrique de C.V.Kitzing.

  • Un petit lion s'amuse à pourchasser les animaux de la savane. Pas facile de mettre la patte dessus, surtout quand ceux-ci sont les as du camouflage ! Les oreilles du lièvre dépassent à peine des herbes hautes, la grenouille se fond avec le lit de la rivière et l'oiseau ne fait qu'un avec l'arbre. Mais le lionceau sait lui aussi se cacher. Saura-t-il les attraper ?
    Cache-cache est une invitation à chercher des animaux dans l'image, en suivant un lion joueur dont on aperçoit de temps à autre les moustaches ou la patte. Le texte court et facile incite joyeusement à participer à cette chasse folâtre. Par-delà le simple jeu d'observation, Constanze Kitzing offre de magnifiques tableaux, aux couleurs chaudes et aux curieux effets visuels qui étonneront les jeunes lecteurs.

  • Comme dans ses précédents livres, l'illustratrice cherche à stimuler l'imagination et le sens de l'observation des tout-petits. Une première image représente en gros plan un morceau d'animal. L'enfant doit deviner qui c'est ? Un éléphant ? Un chat ? Un rhinocéros ? Une grenouille ? Le second dessin donne la réponse. Le petit lecteur retrouvera ici avec délice l'univers enfantin, chaleureux et ludique, de C. Kitzing, ses couleurs chaudes et ses lignes douces.

  • La question de l'égalité hommes/femmes est une vaste question. On le sait, les injustices demeurent, particulièrement dans l'égalité des chances et celle des salaires. Qu'en est-il de l'éducation des enfants à ce sujet ? Devons-nous induire, par nos métiers ou par nos livres, des comportements auprès des enfants ? La construction de l'identité sexuelle est beaucoup plus complexe qu'on imagine. Ce livre est une « anti réponse » à ce sujet.

  • Astrophysique

    Sara/

    " Les éléments de la matière voltigent invisibles à travers l'éternité du temps ", Lucrèce.

empty