Bord De L'eau

  • Comment les acteurs, dans le cadre de leur travail, défi - nissent et perçoivent la rationalité économique et quelle place occupe-t-elle dans le rapport au travail ? À partir de deux univers opposés a priori, le secteur de l'industrie automobile et l'hôpital public, cette recherche tente de comprendre ce que l'économie fait au travail.
    Elle appréhende la rationalité économique comme une composante de l'activité et analyse comment les acteurs l'intègrent, s'en arrangent ou la contestent. Les deux univers retenus proposent différentes facettes de la rationalité économique, tour à tour perçue comme une entrave au travail, elle abime l'activité ; comme une de ses composantes qui ne saurait supplanter les règles de l'art et les savoirs faire ; et enfi n comme une dimension morale qui permet de mettre fi n à l'activité, elle fi xe les limites entre ce qui est raisonnable et ce qui ne l'est pas. Ces trois manières d'éprouver la rationalité économique se combinent plus qu'elles ne s'opposent.
    Elles viennent d'abord rappeler que le rapport au travail n'est pas seulement donné par les éléments objectifs de la situation. Il est aussi le fruit de l'action des acteurs capables de rendre compte de ce qu'ils font. L'économie joue comme un révélateur. Elle anime et active en permanence la distance subjective qu'éprouvent les individus avec les organisations. C'est un de ses paradoxes, plus elle abime le travail, plus elle lui donne de la valeur. Elle le contrarie et le bride souvent, tout en lui donnant en même temps un sens pluriel et une fi - nalité collective. En s'imposant d'abord comme une contrainte, elle donne au travail tout son sens et toute sa dimension expressive. Elle entretient l'utopie du travail tout en le menaçant.

  • Les auteurs ont choisi une forme totalement inédite pour parler de politique : le conte...
    " A l'ère glaciaire du sarkozysme, les loups étaient des prédateurs. Ils vivaient et chassaient en meutes organisées. La hiérarchie y était stricte. La meute était dirigée par un mâle alpha et une femelle alpha... " Ce petit livre nous raconte une grande histoire. Celle d'une méthode pour accéder au pouvoir, cruelle et violente, faite d'allégeances et de hurlements : les loups côtoient toutes sortes de renards, parfois en connivence, et les chiens (comme les brebis) doivent se contenter des restes du banquet des loups.
    Parmi les loups dominants, le loup alpha règne sur la meute et sur tous les autres animaux. Cet ouvrage - qui peut être lu de 7 à 97 ans - marque une nouvelle manière de " parler politique ", et dessine les contours d'une nouvelle République où les hommes et les femmes, enfin, se tiendront debout.

empty