Simon Hureau

  • L'oasis

    Simon Hureau

    • Dargaud
    • 12 Juin 2020

    Quelque part entre les "Souvenirs entomologiques" de Jean-Henri Fabre et l'émission « Silence, ça pousse » sur France 5, Simon Hureau raconte par le menu comment il a peu à peu redonné vie à son jardin abandonné à la friche par son ancien propriétaire. Sans connaissances particulières sur le sujet, l'auteur, avec beaucoup de recherches, de passion et d'huile de coude, parvient à recréer à partir d'un no-man's land une véritable oasis de biodiversité, et témoigne ainsi des capacités de résilience de la nature, pour peu qu'on lui file un coup de main. Un livre d'autodidacte érudit, passionné et passionnant.

  • Direction, Magnat l'Étrange, petit village de la Creuse où Martial espère retrouver la trace d'un ami de son aïeul. Mais depuis quelque temps, les nuits, aux abords du camp militaire de la Courtine, sont anormalement riches en phénomènes étranges.
    Inutile de préciser que l'arrivée de Martial et les explications de ses motivations toutes personnelles laissent songeurs les habitants du village...

  • égratignures

    Simon Hureau

    Simon Hureau livre dans Égratignures sept récits d'enfance, d'ici et d'ailleurs, d'hier et d'aujourd'hui. Que l'histoire se déroule en France au XIXe siècle ou dans un pays oriental à l'époque contemporaine, le regard de l'auteur est juste et attachant. On se laisse embarquer par ces histoires courtes, frappées d'une douce naïveté qui fait remonter en nous une douce nostalgie de notre propre enfance...

  • Acte 1 : Simon met aux enchères un " massacre " (trophée de chasse) trouvé par son amie Louise dans des affaires léguées à son grand-père par un ami cambodgien. La mise en vente de ce massacre déclenche les hostilités entre deux collectionneurs qui s'arrachent l'antiquité à des sommes astronomiques. Le vainqueur, le collectionneur Limul Goma, invite Simon à passer le voir. Il lui explique que le trophée est celui d'un kouprey, animal mythique cambodgien dont la race est aujourd'hui éteinte.

    Acte 2 (antérieur) : Limul Goma fait la rencontre (suite à un tuyau d'un de ses " informateurs ") d'un très vieil homme ayant vécu au Cambodge et qui s'accuse d'être à l'origine des malheurs de ce pays, d'un massacre au sens le plus habituel et le plus sinistre du terme. Il était venu s'installer en Indochine française, après la grande guerre, dégoûté par les tueries auxquelles il avait survécu. Très solitaire, il se mêle tout de même à quelques activités avec les autres colons, notamment des parties de chasse où il se refuse à tuer le moindre animal.

    Un jour, pourtant, afin de sauver un enfant qu'il pense chargé par un kouprey, il tue l'animal mythique. De là viendraient tous les malheurs à suivre.

  • En 1757, au coeur de Paris, Charles-Henri Sanson est effondré : exécuteur des hautes oeuvres de son état, il ne se remet pas du cauchemar qu'il a vécu la veille, lors de l'interminable supplice du malheureux Damiens, auteur d'une éraflure sur la personne du Roi, et condamné pour régicide. Car c'est devant une foule compacte que le jeune Sanson fait montre de son inexpérience et de ses multiples maladresses: le feu de soufre ne prend pas, son oncle intoxiqué par la fumée doit lui céder sa très peu enviable place aux tenailles, le corps refuse de céder lors de l'écartèlement . Sur la place de Grève, le bon peuple assiste, les uns enthousiastes ou fascinés, les autres furieux et révoltés, à cette exécution hors normes, pleine de sang et de rebondissements, tandis que les nobles, du haut de leurs appartements loués à prix d'or, marient le plaisir du libertinage à celui de contempler cette boucherie publique. Une histoire d'autant plus édifiante qu'elle est historique. Et que Charles-Henri Sanson deviendra lui-même, quelques années, plus tard le véritable régicide officiel, celui-là même qui guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette.

  • Tout doit disparaître

    Simon Hureau

    Récit, dessin et couleurs de Simon Hureau

  • Au début des grandes vacances, alors qu'ils maraudent quelques prunes, deux frères découvrent une grande bâtisse abandonnée, point d'entrée d'une gigantesque galerie de pièces et d'étages, tout aussi abandonnés. Mais ce terrain de jeu qui les fascine est déjà le territoire d'une bande d'enfants de leur âge. Après avoir réussi une épreuve d'initiation, les deux frères deviennent membres de la principauté des mille fenêtres, menée de main de fer par la redoutable « princesse ». Cette oeuvre, passée inaperçue lors de sa parution aux éditions Delcourt, trouve sa juste place dans la collection La Malle aux Images, avec sa nouvelle livrée de couleurs !

  • Simon Hureau aime les chemins de traverse. Les lecteurs de Kompilasi Komikus ou de Palaces savent déjà que le bougre, carnet en main, reste rarement sur les itinéraires touristiques mais aime s'échapper pour voir ce qui se cache derrière le décor, le mode de vie des personnes demeurant là, ainsi que mille détails drôles ou sordides qui échappent généralement aux yeux de ses congénères.

    Absorbé par ce qu'il observe, il ne peut éviter certaines galères, le plus souvent drôles pour le lecteur, comme lorsqu'il est entré par inadvertance dans un terrain militaire et s'est retrouvé arrêté, son carnet de dessins confisqué !

    La série Mille Parages devrait accueillir trois recueils de récits de voyage : l'un sur la Chine, l'autre sur l'Indonésie et, pour commencer, une compilation de périples effectués « ici et ailleurs », certains sous les tropiques et d'autres tout près de chez lui en Touraine.

    Mais, ici ou ailleurs, la magie de son dessin, de son sens de l'observation et de sa narration nous emporte.

  • En 1757, dans la jolie ville de Paris, Charles-Henri Masson est effondré : bourreau de son état, il ne se remet pas du cauchemar qu'il a vécu la veille. Alors qu'il devait torturer et mettre à mort Damiens, un présumé régicide, les événements se sont ligués contre lui : son oncle intoxiqué par la fumée lui cède la peu enviable place pour officier aux tenailles et surtout l'écartèlement par les chevaux tourne à la catastrophe, le corps refusant de céder.

    Sur la place, le bon peuple, assiste, enthousiaste pour la plupart, à cette exécution pleine de sang et de rebondissements. Les nobles, du haut de leur appartement, marient le plaisir du libertinage à celui de contempler ce spectacle des plus gores.

    Une histoire d'autant plus édifiante qu'elle est historique. Et que Damiens deviendra quelques années plus tard le véritable régicide, celui qui guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette.

  • Créé à l'initiative du festival de bande dessinée et de musique « Les Courants » à Amboise et Saint-Ouen-les-Vignes, Au gré des courants rassemble plus d'une centaine de dessins croqués à Amboise et ses environs. Divisé en quatre parties distinctes (Amboise, Le Clos Lucé, Saint-Ouen-les-vignes et l'Île d'Or), ce carnet de pérégrination permet de découvrir - ou redécouvrir - ces lieux, leurs trésors cachés et un peu de ce qui fait leur âme.
    Au fusain ou à l'aquarelle, à la craie ou à l'encre de Chine, les dessins de Simon Hureau donnent vie aux bâtiments et aux statues et fourmillent de détails et d'annotations poétiques.
    Un bel album généreux qui nous permet d'ouvrir les yeux sur les beautés du patrimoine français.

  • Colombe et la horde

    Simon Hureau


    Une chronique sociale autour de plusieurs amis. Il y a Colombe qui mène une vie simple auprès de sa mère adoptive, Suzanne, sa collègue et amie, Edmond un jeune collégien complexé qui nourrit de précoces sentiments pour Colombe. Et Etienne qui fait partie du scandaleux Chass'Foune Club. Tous ces protagonistes sont là pour jouer le rôle qui leur a été imparti.


  • Filandreux, n'est pas loin de ce que l'on pourrait appeler un vieux grincheux. Il résiste à tout, au temps, aux modes, aux courants d'air. Filandreux est bavard, d'une mauvaise foi exemplaire, il est un peu cynique, un peu méchant. Un vieux con. Ou un truc approchant.
    De grandes déclarations en combines sournoises, Filandreux traîne se carcasse dans la ville qu'il déteste, vaticinant, tançant, critiquant sans répit. Et pourtant, on s'attache à ce grabataire encore assez vert du ciboulot, un genre de Pépé Malin dont on aurait changé les obsessions... Car chez Filandreux, tout est prétexte à récrimination : la société, les jeunes, les vieux, les artistes, les clochards... Seuls trouvent grâce à ses yeux les quelques arbres qu'il croise, aussi déplacés que lui dans cette jungle urbaine... et les jolies pépées qui croisent parfois son chemin.
    Cet album est constitué d'une série d'histoires courtes, recueil du pire et du meilleur de ce bon vieux Filandreux. Cette vieille canaille de Filandreux.

  • Palaces

    Simon Hureau

    Le Cambodge accueille Simon, l'observe et s'amuse de l'inadaptation de cet SDF. Inconscient, Simon risque sa vie. Il dort au bord des rivières infestées de crocodiles, s'enveloppe dans de douteux sacs de ciment, dort dans les temples avec les âmes errantes des crimes de Pol Pot, etc.


  • Suite de«Palaces», cet album raconte la suite du voyage de l'auteur au Cambodge. Cette fois-ci, il s'est fait volé ses papiers et est obligé de rester plus longtemps que prévu. Il en profite donc pour continuer à visiter le pays...


  • Au début des vacances d'été, deux frères découvrent une grande bâtisse abandonnée. Mais ce terrain de jeu qui les fascine est déjà le territoire d'une bande d'enfants de leur âge. Après avoir réussi l'épreuve d'initiation, les deux
    frères deviennent membres de la confrérie de "L'Empire des Hauts Murs", qui leur fera passer un été extraordinaire...

  • Didier est très contrarié. Sandrine, son épouse, le trompe avec leur meilleur ami, Éric. Cela fait au moins un an que cela dure, depuis les vacances passées. Le boucher ne supporte plus les mensonges de sa femme, ni les moindres propos de son ancien ami. Pour assouvir sa vengeance, Didier organise les vacances des deux couples sur l'île de Noirmoutier. Le cocu magnifique prend les choses en main, empêchant par tous les moyens les deux amants de se retrouver ensemble. Il s'arrange même pour se retrouver seul à seul avec Éric, bien décidé à se débarrasser de lui, grâce à une méthode trouvée dans un classique de la bande dessinée franco-belge.

  • Les Himbas constituent un peuple premier qui, bien qu'en contact avec la civilisation occidentale, a décidé de conserver son mode de vie.
    Solenn Bardet les connaît très bien, puisqu'à peine majeure, il y a 20 ans, elle est allée vivre avec eux, se faisant même adopter par une famille himba.
    En 2015, elle convainc Simon Hureau de la suivre dans son prochain périple en Namibie. Pour Solenn, les objectifs de ce voyage sont multiples : se rendre sur la tombe de son défunt père, présenter sa fille Zélie à sa famille himba et à ses amies et résoudre des conflits entre clans qui paralysent l'avancement des projets de l'association Kovahimba...
    Sur cette terre aride où rien n'est simple, organiser une simple réunion demande patience et persévérance. Aux côtés de Solenn, Simon Hureau et le lecteur découvrent la beauté, l'étrangeté de ce pays et de ses habitants.
    Dépaysant, instructif, magique...

  • Du décalage horaire à la barrière de la langue, de la découverte insolite de décors somptueux à la rencontre de talents émergents de la bande dessinée indonésienne, cet ouvrage emporte le lecteur dans l'immersion totale qu'ont vécu quatre talentueux auteurs de la Boîte à Bulles (J. Alessandra, C. Baloup, S. Hureau et S.-Moizie).
    Avec l'humour et le style qui leur est propre, chacun dévoile une facette de son séjour, loin du chemin touristique.
    Un album vivant et coloré qui invite à découvrir ce pays lointain qu'est l'Indonésie.

  • En décembre 2013, Emmanuel Prost et Vincent Henry se sont rendus dans le sud du Nigéria - principalement dans les zones de Port Harcourt et Lagos - dans le but d'effectuer un reportage sur trois cas d'urgence portés par Amnesty International :
    - la pollution de la baie de Bodo (pays Ogoni) ;
    - les évictions forcées de Port Harcourt ;
    - les évictions forcées de Lagos.
    Avec la complicité de différentes ONG présentes sur place, ils se sont rendus sur les différents sites en question et ont rencontré de nombreuses personnes impactées par ces drames.
    La zone est réputée peu sûre, même si Boka Haram sévit plus au Nord... Pourtant, après quelques hésitations, les deux globetrotters blancs ont décidé de délaisser les taxis officiels et de se mêler davantage à la population locale. Une immersion qui leur a permis de faire d'autres rencontres, plus inattendues et d'apprécier pleinement la culture locale.
    Dans un pays surtout connu pour ses champs de pétrole, sa corruption, la pollution, la violence, les entraves aux droits de l'Homme, Vincent et Emmanuel ont découvert et ont été conquis par la richesse humaine et culturelle, la tolérance et l'hospitalité de ceux qu'ils ont rencontrés...

empty