Roberto Innocenti

  • Rose Blanche est allemande. Un jour, la jolie petite ville où elle habite est envahie par des hommes en uniforme et des chars qui sentent le mazout. Personne ne lui explique mais Rose Blanche comprend qu'il se passe quelque chose de grave. Lorsqu'elle suit un camion rempli d'enfants jusqu'à un endroit où ils sont gardés prisonniers, affamés derrière des fils barbelés, Rose Blanche s'engage, sans s'en rendre compte, en faveur de l'humanité.

  • «Mon bateau et moi, nous avons fait le tour du monde. Je vais vous raconter notre histoire.» Au moment où son navire, le «Clementine», va sombrer et terminer son voyage au fond de l'océan, un capitaine nous raconte la traversée de sa vie à bord de ce bateau qui est devenu sa maison, son pays. Sur toutes les mers du globe, dans la guerre et dans la paix, on reconnaît à travers le destin du «Clementine» les grands événements qui ont marqué le XXe siècle.

  • Une femme raconte comment elle a été lancée hors d'un train en route vers un camp de la mort nazi en 1944, comment elle a été élevée par quelqu'un qui a risqué sa propre vie pour elle et comment elle a trouvé une certaine paix au sein de sa propre famille.
    Déjà publié sous le titre L'Étoile d'Erika il y a des années, D'eux jugeait important de faire revivre ce grand livre avec un tout nouveau graphisme et une toute nouvelle traduction de Christiane Duchesne.

  • Un illustrateur, qui n'est autre que Roberto Innocenti, part à la recherche de son imagination perdue et se retrouve devant une étrange auberge battue par les flots. Les clients ont tous quelque chose de particulier et, en même temps, un petit air qui nous est familier : un marin à la jambe de bois, une frêle jeune fille qui semble cacher une queue de poisson sous ses dentelles, un aviateur dont l'avion s'est écrasé dans les dunes, un chevalier à la triste figure... Il s'agit bien sûr de quelques-uns des plus célèbres héros littéraires de notre enfance. Tous semblent en quête d'une partie d'eux-mêmes.

  • Sur le linteau de la porte, une date gravée : 1656. L'année de la construction. Une année de peste. La Maison est bâtie de pierre et de bois. Au fil du temps, ses fenêtres se sont mises à voir et son toît à entendre. Elle a vu des feuilles grandir, des arbres tomber, entendu des rires et le son du canon. Elle a connu bien des familles, des tempêtes, des marteaux et des scies, des deuils et enfin l'abandon.
    Puis un jour, à nouveau, des enfants se sont aventurés dans son ombre, à la recherche de champigons et de châtaignes et une vie nouvelle lui a été donnée à l'aube d'un âge moderne.
    Vue de sa vieille colline, ceci est son histoire du XXe siècle.

  • Le soir de Noël, Marie s'endort, entourée de ses cadeaux. Elle a couché Casse-Noisette, le pantin de bois, dans un lit de poupée. Mais, lorsque sonne le douzième coup de minuit, les jouets s'animent! Casse-Noisette se prépare à affronter le terrible Roi des Rats pour sauver une princesse victime d'une affreuse malédiction. Marie, qui assiste au combat, se retrouve entraînée dans une aventure incroyable et périlleuse...

  • C'est la veille de Noël, les rues sont animées et chacun prépare joyeusement le réveillon. Le vieux Scrooge, avare et solitaire, est furieux. Il refuse l'invitation de son neveu et s'enferme chez lui. C'est alors que le fantôme de son ancien associé lui apparaît, suivi bientôt de trois autres spectres, plus inquiétants les uns que les autres. Scrooge est entraîné malgré lui dans un fabuleux voyage à travers le temps. «J'ai tenté, à travers ce petit livre plein de fantômes, de donner forme à une Idée qui ne doit en aucun cas fâcher mes lecteurs, ni les monter les uns contre les autres, ou contre la saison, ou contre moi-même. Qu'elle hante agréablement leurs maisons, et que personne ne souhaite jamais la faire disparaître.» Charles Dickens

  • Les plus grands contes de tous les pays interprétés par les meilleurs illustrateurs contemporains.

    « Il était une fois »... Cette phrase annonçant des mondes magiques de fées, d'ogres ou de nains, nous l'avons tous en mémoire et en songe. Les contes habitent notre enfance et notre âge mûr. Ils nous offrent des récits palpitants. Ils n'imposent aucune morale mais dessinent, pour nos imaginations ravies, un univers précieux de symboles et de repères psychologiques. Ils nous enrichissent en profondeur, pour toute la vie.

    Voilà pourquoi nous rééditons aujourd'hui une anthologie des plus grands textes - parmi lesquels ceux de Grimm, Perrault et Andersen. Leur langue est limpide et leur illustration est confiée aux meilleurs artistes d'Europe et d'Amérique : André François, Seymour Chwast, Heinz Edelmann, Monique Félix, Marcel Imsand, Etienne Delessert, Rita Marshall, Georges Lemoine, John Howe, Roberto Innocenti et Sarah Moon. Elle renouvelle totalement le genre : c'est une extraordinaire porte ouverte sur l'art contemporain.

    Les illustrations de Roberto Innocenti et Etienne Delessert ont été réalisées à l'origine en grand format et ce n'est que justice de rendre hommage au grand talent de ces artistes en réimprimant ces albums au format réel.

  • Rose Blanche habite une petite ville d'Allemagne avec des rues étroites, des fontaines, des maisons hautes et des pigeons. Un jour, des camions chargés de militaires envahissent les rues. Rose ne comprend pas ce qui se passe. Elle ne veut pas que des gens souffrent. Cette belle innocence lui coûtera la vie...
    Une histoire tissée dans les trames de l'holocauste, qui nous interpelle tous.
    Rose Blanche a reçu huit prix internationaux.

  • Roberto Innocenti nous livre, dans un entretien vivant et spontané, les souvenirs et étapes fondatrices de sa carrière et de sa vie : Sa petite enfance marquée par la brutalité de la guerre, les rues de Florence, son goût pour le dessin et son premier prix venu d'une école inconnue du Chili, Pinocchio , sa toute première lecture. Puis la disparition de sa jeunesse sous les flots de l'Arno lors de la grande crue de 1966, ses premiers pas comme graphiste sans le sou, et enfin, la genèse et la reconnaissance internationale de son oeuvre : la rencontre d'Étienne Delessert, sa Cendrillon des années folles, Rose Blanche, Pinocchio toujours, la Maison, sa Petite fille en rouge, et le prix Andersen reçu en 2008. « Il faut toujours partir d'une idée, pour donner au livre une raison de naître. » C'est sans doute cette volonté affirmée qui donne à l'oeuvre de Roberto Innocenti autant de force.

  • Pinocchio longs to be a real boy and the Blue Fairy promises to grant his wish if he can prove that he is brave, loyal and honest. But Pinocchio loves having fun and he's easily tempted into making the wrong choices. Before long he is drawn into a series of magical and frightening adventures, will he ever learn the difference between good and bad?

empty