Léa Bertin-Hugault

  • Journal irrégulier: il y a de l'oxymore dans ce titre, mais à la façon imprévisible et non systématique des perles baroques. C'est en poésie que ce journal se dit: une sorte d'inventaire primesautier des jours, dans cependant la tenue d'un souci profond, celui d'être au monde avec justesse, d'un moment à l'autre, selon la même précarité attentive et détachée. Sans doute peut-on trouver quelque chose de Prévert ici, mais avec la teneur métaphysique en plus: quelque chose d'un Michaux acceptant de sourire.

    Les recueils où l'humour le dispute à la tendresse ne sont pas fréquents: ceux où le lyrisme ne remonte pour le lecteur que l'alternance amusée d'une angoisse feutrée et d'une manière de rigolade, qui veut prendre les choses à la légère parce que précisément elles sont graves. Telle est l'élégance de ce recueil plein de charme à la lumière dominée par l'humour, que soulignent les illustrations de Léa Bertin-Hugault.

empty