Pu De Grenoble

  • Chaque jour sont portés à notre connaissance des faits de délinquance commis par des mineurs. L'accroissement de la gravité des faits, comme la jeunesse de plus en plus grande de leurs auteurs préoccupent les responsables politiques et sociaux. Beaucoup d'adultes, mais aussi d'adolescents ou d'enfants, s'estiment de plus en plus menacés. L'objectif principal de cet ouvrage est d'apporter un éclairage et de nourrir la réflexion sur ce problème important de la vie sociale.
     Cette nouvelle édition fait le point depuis la dernière édition publiée en 2002, étoffe son analyse face aux comportements délinquants et évoquent différents modes de traitement psychologique destinés aux mineurs délinquants.

  • - Cet ouvrage présente les techniques d'associations verbales (ou associations d'idées) et les applications qui peuvent en être faites dans le champ des sciences sociales.
    - Construit comme une boîte à outils, il a pour but de donner accès à l'ensemble de ces techniques afin que les ensei- gnants-chercheurs en sciences humaines et sociales puissent les utiliser dans le cadre de leur discipline.
    - Dans cet objectif il s'appui sur de nombreux exemples : les questions de mémoire collective (anthropologie), de mentalité (histoire) ou encore d'imaginaire (sociologie).
    - Le livre intéressera aussi bien le psychologue, le sociologue, l'historien, le géographe que le spécialiste en sciences de l'édu- cation.

  • Ce livre propose une approche théorique originale du processus d'apprentissage, et étudie comment celui-ci peut être impacté par les phénomènes de comparaison interpersonnelle, le sentiment de compétence, la valorisation ou la motivation.
     Il puise sa spécificité dans l'articulation de divers domaines jusqu'ici séparés : performance et connaissance, relations interpersonnelles, comparaison sociale et explications de sens commun.
     Il présente une théorie originale des relations d'influence qui s'installent entre les individus dans des situations mettant en jeu leurs connaissances et leur sentiment subjectif de compétence.
     Il offre des conclusions passionnantes pour le personnel de l'enseignement, et pour tous ceux qui travaillent à améliorer l'acquisition des connaissances dans un milieu éducatif.

  • Le fait d'écouter de la musique classique nous rend-il plus intelligent? Cette croyance, connue sous le nom d'effet Mozart, s'est répandue à travers les Etats-Unis dans les années 1990. Issu d'une série d'expériences scientifiques remises en question ultérieurement, l'effet Mozart est devenu un véritable phénomène de société et a suscité un intérêt populaire sans précédent, comme en témoignent l'apparition de nombreux articles de presse, de jouets didactiques pour enfants, de CD de musique classique, et même des initiatives de législation. L'auteur explore les facteurs favorisant l'émergence, la diffusion et le déclin de cette croyance populaire en analysant les discours de centaines d'articles de la presse écrite. Il documente les transformations de contenu qui sont survenues et qui ont contribué à la création d'une légende scientifique. Le cas de l'effet Mozart est intégré à une réflexion de synthèse sur les différentes formes de croyances populaires, comme les représentations sociales, les rumeurs, les légendes urbaines et les théories du complot.

  • Ce livre est d'abord et avant tout un livre sur l'école.
     S'appuyant sur la science, son objectif principal est de livrer quelques repères pour enseigner et apprendre à l'école avec, comme point de mire, la réussite des élèves.

  • Quel parent, éducateur, enseignant peut dire que l'adolescence est une période facile à traverser ? Si certains jeunes passent sans encombre cette phase, pour d'autres, les difficultés se révèlent plus sérieuses.
     Une réflexion d'ensemble s'impose au sujet de ces troubles, quels que soit leurs moyens d'expression : pensée, conduite suicidaire, comportement alimentaire, l'hyperactivité, délinquance ou violence.
     Des spécialistes se sont associés pour délivrer dans cet ouvrage des éléments de compréhension et proposer des solutions éducatives, thérapeutiques et préventives. Le rôle de la famille, la question de la supervision parentale, la place des filles, font partie des thèmes abordés.
     L'ouvrage tient compte de toute l'évolution juridique, rend compte des données les plus récentes et présentes les dernières réponses mises en oeuvre pour faire face à la délinquance des mineurs.

  • En tant qu'être humain, conscient de notre propre finitude, nous sommes confrontés à l'angoisse permanente, mais souvent refoulée, de notre propre mort. Comment gérer au quotidien cette angoisse de mort ? Comment faire fi de l'absurdité de l'existence et se persuader chaque jour que la vie vaut la peine d'être vécue ? En un mot, comment vivre. avec la mort ? En présentant l'état des connaissances actuelles en psychologie sociale sur ce sujet, ce livre tente d'apporter des réponses à ces questions essentielles. Il débute par définir la pensée existentialiste et l'approche expérimentale. Il défend ensuite l'idée que refouler les pensées liées à la mort est une condition sine qua non pour se prémunir de l'angoisse qu'elle engendre. Il souligne les inégalités face à la gestion de l'angoisse de mort, certains individus étant mieux lotis que d'autres, et met en évidence l'enjeu pour la santé mentale et physique d'une gestion efficace de l'angoisse de mort. Il évoque le rôle des croyances religieuses dans le déni de la mort, puis étend cette analyse aux croyances sur le monde, en montrant qu'elles constituent souvent un puissant mécanisme de défense et de préservation de soi. Ce livre examine aussi les implications sociales et politiques de la manipulation du spectre de la mort. En particulier, il dépeint le cercle vicieux de la terreur dans les conflits intergroupes, qui trop souvent entraîne une escalade de la violence. Il soulève, pour finir, la question de l'universalité de la peur de la mort.

  • Ce livre est un prolongement original et appliqué du premier ouvrage paru aux PUG en 2013 sous le même titre Psychologie sociale de la connaissance concernant les fondements théoriques.
     Il s'intéresse au processus de l'influence sociale dans la construction des connaissances.
     Il montre comment diverses formes d'influence contribuent au développement des connaissances et de la compétence subjective qui l'accompagne, en insistant aussi sur les facteurs qui ont des effets délétères, en particulier lorsque les interactions sociales conflictuelles introduisent des menaces sur l'identité personnelle et l'estime de soi.

  • Sans doute vous arrive-t-il fréquemment de vouloir obtenir quelque chose d'autrui. Vous voulez que votre voisin s'occupe de votre chien pendant les vacances, que Solange vous accompagne à la Baule, que votre fils pratique votre sport favori, que votre femme réduise sa consommation de tabac, que vos employés adoptent les nouvelles consignes de sécurité, que vos amis manifestent avec vous pour ou contre telle ou telle mesure gouvernementale, que les habitants d'un quartier adoptent des conduites d'économie d'énergie, que les baigneurs respectent la propreté de la plage...
    Vous pouvez exercer votre pouvoir mais encore faut-il que vous en ayez. Vous pouvez séduire, mais ne séduit pas qui veut. Vous pouvez convaincre, mais encore faut-il que vous soyez doué pour la persuasion. Vous pouvez aussi faire appel aux techniques que décrivent les auteurs du Petit traité.
    Ces techniques, on les connaît, font l'objet, depuis plusieurs décennies, de nombreuses recherches internationales.
    On en parle peu en France, probablement par pudibonderie, à moins que ce ne soit pour mieux les réserver aux manipulateurs professionnels.
    L'ouvrage présente douze techniques de manipulation (pied-dans-la-porte, porte-au-nez, amorçage, leurre, crainte-puis-soulagement, étiquetage, etc.) abordées dans Le Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, dont l'efficacité est scientifiquement démontrée. Ces techniques permettent d'augmenter significativement nos chances de voir autrui faire librement ce qu'on souhaite qu'il fasse.
    Les auteurs ont pensé que les honnêtes gens devaient savoir, puisqu'ils sont de potentiels manipulés et de potentiels manipulateurs. Ils ont voulu que cet ouvrage aide à agir, à se défendre, à mieux comprendre.
    Cette édition limitée spéciale anniversaire offre un véritable bonus au lecteur tant sur le plan de son contenu (de 8 à 16 pages en plus) que sur le plan de sa mise en forme (bel objet, version collector).

  • Le début de ce siècle a vu la psychologie scientifique chercher à mettre au service de la justice une psychologie du témoignage oculaire.
    Elle a dû ainsi progressivement s'intéresser tout autant à celui qui témoigne des événements dont il a été l'observateur, qu'à la nature des informations que le témoin doit restituer. elle s'est également préoccupée du devenir du témoignage chez ceux qui en deviennent les dépositaires, qu'il s'agisse des policiers, des juges professionnels, ou qu'il s'agisse de ces juges d'un jour que sont les jurés d'une cour d'assises.
    C'est à une prise de contact avec les importantes données empiriques, recueillies en particulier au cours des vingt dernières années, qu'est invité le lecteur. ces données, fort mal connues du public et des autorités judiciaires francophones, sont pourtant à l'origine de réformes de procédure pénale chez nos voisins anglo-saxons. ces données ont, en effet, permis de remettre en cause quelques certitudes relatives aux témoignages d'enfants (davantage crédibles qu'on ne s'y attend), à ceux des policiers (moins sûrs qu'il n'y paraît), ou à ceux des témoins qui affichent une grande confiance en eux (ni plus ni moins exacts que ceux de témoins manquant apparemment de confiance en eux).
    En outre, les biais et erreurs que les psychologues ont relevés dans la perception sociale quotidienne ne sont pas absents des témoignages. ainsi, davantage d'erreurs peuvent être observées lorsque les témoignages portent sur des suspects de race différente de celle du témoin. des solutions sont proposées pour améliorer les témoignages, en particulier des techniques de restitutions d'informations stockées en mémoire, des plus traditionnelles, comme l'hypnose, aux plus récentes, directement issues des travaux de la psychologie cognitive.

  • Les connaissances et les croyances que nous possédons sur notre environnement social et que nous partageons avec ceux qui nous entourent, nous sont d'une grande utilité.
    Ces représentations sociales nous permettent de comprendre et d'évaluer notre environnement, en même temps qu'elles déterminent nos rapports à autrui. On connaît assez bien aujourd'hui la façon dont se construisent ces systèmes de connaissance, selon un double processus de production et de mise en commun du savoir naïf. Mais depuis une vingtaine d'années, les chercheurs se sont intéressés aux phénomènes de transformation des représentations sociales et divers facteurs d'évolution ont été étudiés.
    Cet ouvrage rassemble ces différents travaux, depuis ceux qui se penchent sur le rôle des pratiques sociales jusqu'à ceux qui envisagent l'impact des idéologies sur la dynamique des représentations. Toutes ces recherches tentent de répondre à une double question : pourquoi et comment évoluent nos visions du monde ?

  • Quatrième de couverture « Comment amène-t-on autrui à faire ce qu'on voudrait le voir faire ? La solution se trouve dans cette introduction aux techniques de la manipulation... » - LE MONDE.
    « Voici un petit ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains. Deux psychosociologues de talent y démontrent comment, dans la vie de tous les jours, nous sommes manipulés par les commerciaux ou la publicité. Idéal pour ne plus tomber dans le panneau... Mais aussi pour obtenir des autres ce que vous souhaitez... » - ENTREPRISE ET CARRIÈRES.

    « Cinquante ans de recherches scientifiques, basées sur l'administration de la preuve, permettent aujourd'hui à qui veut influencer autrui de mettre un maximum de chances de son côté et à qui en a assez de se faire "manipuler" de mieux comprendre les ressorts psychologiques au moyen desquels il se fait piéger... » - RÉPONSE À TOUT.

    « À la lecture de ces techniques, vous découvrirez sans doute que vous faites déjà de la manipulation sans le savoir et pourrez ainsi améliorer et élargir vos expériences... Et le plus fort, c'est que ça marche aussi en amour. Essayez, vous verrez... » - L'ÉCHO DES SAVANES.

    « Comprendre comment fonctionne un piège abscons, c'est déjà commencer à y échapper. » - ACTUEL.

    « Finalement, le titre est on ne peut plus exact. La manipulation est observée sous tous ses angles scientifiques, puis disséquée dans toutes ses utilisations pratiques... Tonique en tout cas. » - CHALLENGES.

    « Un livre étonnant, utile, indispensable. Que se passera-t-il quand tous ces personnages familiers qui le traversent, chefs et subordonnés, parents et enfants, agences matrimoniales et âmes seules, psychanalystes et inquiets, marchands de n'importe quoi, et vous, et moi, connaîtront sur le bout des doigts cette "technologie comportementale" qu'il faudrait d'urgence inscrire au programme des écoles primaires, peut-être même avant le code de la route... » - ANNALES DES MINES.

  • Qu'y a-t-il de commun entre les " ouvriers ", les " femmes " ou les " travailleurs immigrés " ? Qu'est-ce qui les distingue des " patrons ", des " hommes " ou des " travailleurs autochtones " ? L'idée centrale de cet ouvrage est que les représentations quotidiennes propagent deux conceptions distinctes du groupe.
    Le groupe homogène et indifférencié, l'agrégat, réunirait par-dessus tout des individus de faible statut social. Vers les sommets de la hiérarchie sociale, un autre type de groupe, la collection, associerait des individus qui soulignent leur unicité au point d'occulter parfois toute référence à une appartenance commune. L'auteur développe une interrogation systématique et critique sur l'origine, l'usage et les fonctions sociales de ces images d'un groupe dominé homogène et d'un groupe dominant plus morcelé.
    Il présente de nombreuses illustrations de ces groupes puisées aussi bien dans les médias que dans les sciences sociales, et propose une théorie des mécanismes psychologiques qui sont au fondement de leur prégnance dans les représentations quotidiennes.

empty