Pu De Grenoble

  • Le Dauphiné en tant qu'entité administrative n'existe plus depuis bien longtemps, mais la réalité historique de cette ancienne province française a marqué les territoires sur lesquels portait son emprise.
    Et aujourd'hui, les départements de la Drôme, des Hautes-Alpes et de l'Isère fourmillent de traces de l'histoire de la province disparue :
    Noms de rues, bâtiments, traditions populaires, spécialités gastro- nomiques, personnalités, événements nous rappellent ce passé commun.
    À travers 300 entrées alphabétiques illustrées d'une iconographie variée, de Mme de Sévigné à Mandrin, du mont Aiguille aux Escartons, et du saint-marcellin aux tourtons du Champsaur, l'ABCDauphiné nous convie à la redécouverte de l'histoire et du patrimoine de cet ancien territoire alpin, pour le plus grand plaisir de ses habitants comme des centaines de milliers de touristes qui le visitent chaque année.

  • La métropole de Grenoble, avec ses 49 communes, offre une diversité architecturale, paysagère et patrimoniale exceptionnelle. De l'habi- tat traditionnel chartrousin aux hôtels particuliers du centre-ville grenoblois, de la maison Champollion à Vif à la tour de Murianette, des prestigieux châteaux de Vizille ou de Sassenage aux installations papetières de Domène, elle présente une variété patrimoniale qui témoigne de l'histoire riche de la région.
    Ce petit guide du territoire métropolitain propose de découvrir l'essentiel de ce patrimoine remarquable. Très illustré, peu cher et résolument grand public, il permet de faire connaître en images l'histoire et la culture du territoire, en montre la richesse et la diver- sité, et raconte en images ce que ce territoire a de beau et de singulier.

  • - D'avril à septembre 2018, une exposition temporaire sera orga- nisée au musée de la Houille blanche sur Alfons Mucha, célèbre affichiste et peintre tchèque (1860-1939).
    - Ce beau livre illustré consacré à l'artiste, sa carrière, son oeuvre, et sa relation d'amitié avec la famille Bergès fera écho à l'exposi- tion et ira bien au-delà. Il abordera plus largement l'art singulier de Mucha et les rapports entre l'Art et le monde industriel des années 1900.
    - La priorité est donnée aux illustrations. Deux niveaux de lecture sont proposés : légende des illustrations, encarts, zooms, et texte courant : court et accessible, sans jargon.

  • Le palais de l'université : visite au coeur d'un patrimoine méconnu Nouv.

    Qu'il soit architectural, historique, littéraire ou scientifique, le patrimoine mérite un traitement à part.
    En face de la préfecture, de l'autre côté de ce qui fut la place d'Armes de la ville de Grenoble, le palais de l'Université est l'un des bâtiments phare de la place de Verdun.
    Premier bâtiment universitaire, construit à l'initiative de la ville pour accueillir ses facultés de lettres, de droit et de science, il est inauguré en 1879 par le président de la République Félix Faure.
    D'abord palais des Facultés, il devient, en 1896, palais de l'Université.
    Depuis, il n'a cessé d'accueillir les étudiants, jusqu'à aujourd'hui où il abrite encore une partie de l'IUT de Grenoble.
    Joyau de l'architecture néoclassique, il renferme des oeuvres d'artistes de renom : buste de François Truphème, sculpture de Jean Coutan, cheminée d'Urbain Basset. Ce livre lui rend hommage, et invite les Grenoblois à découvrir l'histoire de ce patrimoine largement méconnu.

  • L'Isère est un département à l'histoire riche, et au patrimoine foisonnant. Installé sur un territoire contrasté, entre plaines et sommets alpins, l'Isère garde des traces des occupations allobroges, romaines, avant d'abriter le siège du pouvoir des Dauphins. Département de Lumières, il est plus tard aux prémices de la Révolution. Souvent à l'avantgarde, il est terre d'innovations jusqu'à son histoire récente qui en fait le bassin scientifique et technologique le plus actif en dehors de la capitale.
     Situé au coeur du centre historique de Grenoble, le Musée de l'Ancien Évêché est dédié à l'histoire du territoire isérois. Il présente en son sous-sol des vestiges archéologiques majeurs, témoins de l'histoire religieuse de la cité : le baptistère daté des premiers temps chrétiens. Les étages du palais des évêques devenu musée abritent l'exposition L'Isère en histoire(s) invitant à un parcours chronologique pour découvrir un territoire, son histoire et ses hommes.
     Ce livre est ainsi à la fois un guide de découverte du musée, en même temps qu'un livre d'histoire de l'Isère très accessible et très illustré.

  • Histoire, environnement durable et pratique contemporaine au coeur des jardins du parc.
    Le parc du château de Sassenage, façonné par ses jardiniers depuis plus de 350 ans, témoigne de l'évolution de l'art des jardins en Dauphiné.
    Il est empreint de trois styles majeurs de l'histoire des jardins : le jardin à la française du XVIIe siècle, le jardin anglo-chinois de la fin du XVIIIe siècle et le parc paysager des années 1850.
    Aujourd'hui véritable poumon vert au sein de l'agglomération grenobloise, ce parc d'exception constitue un réservoir écologique de premier ordre qu'il convient de préserver et de transmettre. 160 ans après les derniers grands travaux de transformations, la Fondation de France a lancé un ambitieux programme de restauration et de valorisation du parc.
    Cet ouvrage met en lumière la place qu'occupe le parc du château de Sassenage dans le paysage plus large des jardins du Dauphiné.

  • Le 11 juillet 1768, Jean-Jacques Rousseau, plus que jamais persécuté et cherchant un refuge au bout du monde, arriva à Grenoble. Il y demeura un mois, rencontrant les notables de la ville et s'y promenant en compagnie de l'avocat au Parlement, Gaspard Bovier. Il cherchait la solitude et l'anonymat ; son hôte souhaitait le faire connaître à toute la ville. L'irritation croissante de Rousseau devait se traduire par un passage plein d'humour des Rêveries : l'avocat Bovier y apparaissait comme un « sot », suspect d'avoir laissé Rousseau s'empoisonner avec des baies sauvages. Ulcéré par l'image que les Rêveries donnaient de lui, image qu'il devait découvrir vingt ans plus tard, l'avocat mit au net le journal de la visite de Rousseau à Grenoble, ce qui nous vaut un portrait étonnamment précis, souvent naïf mais très vivant, de Jean-Jacques au quotidien. Ce minime incident éclaire en même temps d'un jour singulier un moment crucial de son existence.
    Cette édition, préparée par Catherine Coeuré et Jean Sgard, s'ouvre par une introduction qui replace l'oeuvre dans son contexte, elle est pourvue de notes sur le petit monde grenoblois découvert par Rousseau ; elle comporte une histoire du texte, qui relate les aventures du manuscrit ; elle est illustrée par des estampes du XVIIIe siècle, qui évoquent les promenades de Rousseau, depuis les balcons de Beauregard jusqu'aux contreforts du Néron.

  • Cet ouvrage très illustré revient sur les jeunes années de Stendhal, nous permettant de comprendre comment l'imaginaire de l'écrivain s'est nourri du terreau de l'enfance.
    Grandissant à Grenoble, ville à l'esprit révolutionnaire, le jeune Henri Beyle y fera ses premières expériences, qui le marqueront à jamais. Au bonheur brisé par la perte soudaine de sa mère à l'âge de sept ans, succède son antipathie pour son père et l'apprentissage auprès de son grand-père Gagnon, homme intelligent, profondément bon, qui éveille le jeune homme et l'initie à l'esprit des Lumières.
    De l'éducation à la formation, des premiers émois aux lectures interdites, des élans romantiques au ressentiment qu'il nourrira pour sa ville natale qui conserve aujourd'hui le plus grand fonds de manuscrits stendhaliens, on voit se dessiner peu à peu, sous le costume du jeune homme, celui qui deviendra l'auteur de la Chartreuse de Parme et du Rouge et le Noir.

  • Résultat d'un inventaire systématique -mais non exhaustif- conduit à la fin des années 90 par l'Atelier Tournesol, complété par les enquêtes des services patrimoniaux du CG 38, cet ouvrage permet de découvrir un patrimoine tout à fait remarquable longtemps oublié voire méprisé, celui des cadrans solaires qui constituent un « musée de plein air » absolument prodigieux.
    Leur nombre, leur répartition, les bâtiments qu'ils décorent, les façades qu'ils animent et éclairent de leurs vifs coloris, la date de leur création, le nom et la vie de leurs créateurs, ces « cadranyers » de l'ancien Régime ou des temps plus récents, les décors qui leur donnent vie, les devises qui les accompagnent, c'est tout cela et bien plus encore qui constitue la trame de ce livre. Le département de l'Isère est un de ceux qui comptent le plus grand nombre de cadrans solaires conservés, plus de 500 d'avant 1940. Du Vercors à la Chartreuse, de l'Oisans à l'Isle-Crémieu, de la vallée de Bièvre-Valloire au Valbonnais, cet ouvrage présente les cadrans les mieux conservés et les plus intéressants.
    Un chapitre particulier est consacré à deux cadrans exceptionnels conservés en Isère, trésors uniques protégés au titre des Monuments Historiques, tracés dans de superbes escaliers, l'un au début du XVIe siècle par un géomètre antonin à Saint-Antoine-l'Abbaye, l'autre en 1673 dans l'ancien collège des Jésuites de Grenoble par le père Bonfa, éminent Jésuite de la Compagnie de Jésus.
    Enfin il ne faut pas oublier que l'histoire des cadrans solaires s'inscrit dans celle, beaucoup plus vaste et mystérieuse, de la mesure du temps et de l'astronomie. Le temps, celui qui s'écoule, figure parmi les premières conquêtes de l'humanité. Et la fonction première du cadran a consisté à donner l'heure et à « attraper le temps ». La « gnomonique », art et science du tracé des cadrans, fait également l'objet d'une courte présentation accompagnée d'un rappel chronologique des grandes découvertes liées à la mesure du temps.

  • Ce guide illustré sur le musée archéologique de Grenoble-Saint-Laurent présente de façon très pédagogique et illustrée ce site majeur de l'archéologie française.
     Visité par plus de 30 000 visiteurs par an, le musée est l'un des lieux les plus fréquentés du Dauphiné.

  • Cet ouvrage nous invite à la découverte d'un monument historique, le château de Sassenage, à travers l'histoire de ses propriétaires, la famille Bérenger-Sassenage, qui s'est mobilisée au fil des siècles pour tenir son rang, préserver le domaine, le château et ses collections. Au fil des pages, on découvre comment une famille de la noblesse dauphinoise a vécu les épisodes marquants de l'histoire de France, du Moyen Âge à l'aube du XXe siècle.

  • Cet ouvrage révèle l'aventure inédite-documentée et illustrée-de Haut-Alpins, nés au XVIIIème siècle, qui, agissant en précurseurs, d'abord au Portugal, ont été ensuite, des acteurs historiques des métiers du livre, de l'édition et de la presse au Brésil, de la période coloniale à son indépendance.

  • Très illustré, à vocation pratique, ce guide du patrimoine est un véritable répertoire visuel de l'architecture française depuis l'époque gallo-romaine jusqu'à l'art nouveau.
     Écrit et dessiné par un spécialiste du patrimoine et pédagogue, il explique et montre de façon simple et claire ce qu'il faut connaître pour comprendre et apprécier le patrimoine bâti.
     Il brosse un tableau complet du répertoire des formes et des ornements mis en oeuvre dans un bâtiment, et illustre par de nombreux croquis le vocabulaire indispensable et les définitions techniques.
     Un ouvrage passionnant, permettant de comprendre plus largement comment la technique donne naissance à l'esthétique.

  • La Pierre et l'écrit est la revue d'histoire et du patrimoine en Dauphiné.
     À raison d'une parution par an, chaque numéro de la revue se divise en deux parties :
    - la première partie réunit dix articles de fond traitant de sujets très variés, ayant pour toile de fond le Dauphiné et le département de l'Isère, - la seconde partie rassemble des chroniques sur l'actualité départementale, qu'elle soit politique ou culturelle, et des comptes-rendus de lecture.

empty