Langue française

  • Convaincu de l'aptitude du septième art à refléter les évolutions de l'opinion, Michel Jacquet examine le traitement réservé à la période de l'Occupation par le cinéma français.
    Repérant les périodes charnières, il procède à des regroupements de films autour des thèmes ou des processus sociologiques et politiques ayant investi la conscience nationale depuis 1945.
    Le consensus apparent de l'immédiat après-guerre, la réconciliation franco-allemande, la grande remise en cause des années 1970 et la dénonciation de la situation faite aux Juifs sont autant de phases successivement évoquées.
    Travelling sur les années noires est un ouvrage sur la mémoire collective ainsi qu'un hommage rendu aux icônes du grand écran (Bourvil, Ventura, Delon, Depardieu.) dont les visages se superposent aux différentes figures de la France occupée.




    Michel Jacquet est né en 1955. Docteur ès Lettres, il est enseignant à Bourges. Étudiant les rapports qu'entretiennent le cinéma et l'Histoire, il a déjà publié La Grande Guerre sur grand écran (2006) et Nuit américaine sur le Viêtnam (2009) aux éditions Anovi.
    La présente édition de Travelling sur les années noires - L'Occupation dans le cinéma Français depuis 1945 est une réédition augmentée de l'ouvrage publié par Alvik Editions en 2004.

  • Je suis chaque matin l'enfant qui arrive à l'école sans ses chaussures, en pleurant, mais quelle chance. son père est venu jusqu'à l'école, en courant le long du boulevard Saint-Germain pour que sa petite fille ait ses chaussures aux pieds et s'arrête de pleurer. Et que la honte d'avoir les pieds nus, elle est dérisoire face à une blessure en sept lettres, qui commencerait par la lettre « I », et ne se terminerait jamais. J'avais cinq ans. Je me sentais désavouée dans l'indifférence du monde. » Maud Steiner, fille d'un père architecte Prix de Rome et d'une mère sculpteur, a grandi à Saint-Germain-des-Prés dans les années 60. Après le suicide de son frère Fabien, elle cherche durant quinze ans une explication. Au cours d'un travail thérapeutique, des flashs de sa petite enfance réémergent. L'amnésie s'efface.

  • Quand l'infirmière de garde appelle le docteur Heim, la jeune chef de service n'est pas surprise. Pourtant, la matinée va s'annoncer difficile. Allez donc expliquer pourquoi une jeune patiente est décédée sans cause apparente?!

    Pour affronter cette pathologie mystérieuse, le médecin Agathe Heim devra s'entourer d'une équipe inhabituelle. Un sentiment d'urgence se répand sur les réseaux sociaux. Qu'est-ce qui peut bien engager le pronostic vital de ces enfants et de ces adolescents?? Des messages alarmistes dénoncent une société déshumanisée et prophétisent la fin du monde. D'où viennent-ils et quel est le lien avec l'épidémie qui sévit??

    Ce thriller nous conduit dans les coulisses du monde hospitalier où les personnes fragilisées par la maladie sont accompagnées dans la discrétion et révèlent une part cachée de notre humanité.

  • Over j'ose

    Mari Beuscher-Pribat

    • Melibee
    • 11 Octobre 2012

    «... Ami si tu veux mon avis fonce tête baissée au chapitre premier n'autorise quiconque à dévier le trajet de ton intuition quel que soit le prétexte, refuse l'ingérence des sens... » Le ton est donné avec ces quelques phrases tirées d'un des 80 textes de l'auteure : lisez-les et faites-vous votre propre idée...

    Fragments autobiographiques et tourbillons d'émotions écrits sous la forme originale de textes courts et variés qui jalonnent à leur manière les événements les réflexions et les rencontres de la vie d'une femme, réunis par l'essentiel : l'humanité qui les inspire.
    Comme dans la vie sans ordre décidé à l'avance, malgré soi malgré eux, on passe des amours qui rendent fort aux amours qui blessent, on se prend des gifles on en donne, on vitupère encore et toujours, on se désespère, on s'emballe, on rend hommage mais surtout on n'oublie pas la chance immense d'être née « normale »...
    Dans une langue à la fois simple, sensible et subtile autant que libre, révoltée et spontanée, des textes indépendants les uns des autres mais qui se retrouvent tous dans une écriture qui bouscule parfois les conventions mais colle toujours aux émotions. Et parce qu'en chacun de nous il y a « un je-ne-sais-quoi de réciproque » chacun à sa façon on en sort bousculé...

  • Les protagonistes principaux de l'histoire sont notamment et entre autres, un couple de bobos belges homosexuels et antiquaires de Bruxelles qui décident de venir s'installer en France, dans un village du Lubéron, poussés en cela par un habile agent immobilier très charmeur, mais démoniaque, qui les escroque au passage en leur mentant en permanence sur tout grâce à internet...
    Par méconnaissance de ce lieu qu'ils idéalisent et à cause d'une supercherie, nos deux Belges achètent un immeuble avec commerce d'antiquités dans un village délaissé par les riches et les touristes. Grosse erreur de leur part ! Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'il n'y a pas plus radin que le Bas-Alpin, qui n'achète que des objets miteux dans les vide-greniers.

  • Assis sur une chaise, Antoine passe ses journées derrière la seule fenêtre de son appartement.
    Les vitres sont très sales mais au moins elles sont sincères.
    Il regarde les hypocrites, les êtres humains.
    Il voit les hommes se torturer en basculant du bonheur à l'angoisse.
    Il réfléchit sur l'école, les médecins, l'histoire, le travail, le sexe.
    Antoine exprime jugements et opinions tranchants sans respect ni retenue.
    Réflexions sans appel.
    Il partage l'appartement avec sa mère.
    Quand elle détache ses cheveux, une fois par an, c'est le jour de son anniversaire.
    Antoine n'a rien à lui souhaiter, car ce n'est pas son problème si elle vieillit.
    Sa mère lui sert un verre de lait chaud tous les jours.
    Antoine l'aime, car le lait chaud est un vrai copain fidèle.
    Entre deux gorgées, assis sur sa chaise, il regarde dehors.
    Ce matin il observe une femme.
    Elle porte des talons rouges comme son sang.
    Un jour, avec son verre de lait chaud, il l'approchera.

  • Genius

    Michel Hugues

    • Melibee
    • 6 Juin 2016

    À l'aube d'une ère nouvelle, une traque effrénée s'ouvre contre un pirate informatique aux pouvoirs inédits : Genius. Grâce à sa maîtrise combinée de la communication numérique et des techniques de transmission de pensée, il neutralise sans problème les services de sécurité censés l'arrêter. Mais parviendra-t-il à échapper aux services secrets européens et à la CIA, qui l'ont pris en chasse ?

  • L'ombre de la femme

    Pierre Delhaye

    • Melibee
    • 1 Septembre 2016

    La première femme que l'homme découvre à sa naissance, est sa propre mère, dont il est rapidement séparé dès la section du cordon ombilical.
    Freud, le père de la psychanalyse, a révélé à quel point l'inconscient engendre chez l'enfant des phénomènes de transfert vis-à-vis de ses parents, transferts qui peuvent être de nature positive ou négative. Or, au vu du milieu et des circonstances si particulières qui entourèrent la naissance de l'auteur, il était peu probable qu'il échappe à ce genre de phénomènes.

  • En 1789 la France a fait sa révolution, laquelle a produit des actes mémorables tels que ceux relatifs aux droits de l'homme et du citoyen ou à l'abolition des privilèges. Mais alors comment expliquer ce qui a suivi?: la Terreur, la guillotine...?; une conquête de l'Algérie dispendieuse en vies humaines?; l'engouement des intellectuels français pour le communisme, à l'époque du goulag et, peu après, pour les révolutions "marxisantes" en Amérique latine?; et, enfin, un fonctionnement si peu démocratique de nos institutions politiques??

    Toutes ces anomalies ont des causes, proches, depuis la Révolution, mais aussi, lointaines, depuis la fin du premier millénaire, lors de l'émergence d'une nation qui deviendra la France?; mais une France constituée de 2 pays, le "pays d'Oïl" et le "pays d'Oc", vivant avec des moeurs et des philosophies de la vie différentes. Or l'un de ces pays, le "pays d'Oïl", siège du pouvoir, a acquis une position dominante par rapport à l'autre?; en outre depuis la Révolution, ce sont les intellectuels de ce "pays", adeptes des versets du "Discours de la Méthode", qui "volens, nolens", ont imposé et imposent, encore aujourd'hui, leur manière de voir à l'ensemble des Français...

    Il serait donc utile, dans l'intérêt de tous, certes de prendre en compte les civilisations autres que celle du pays d'Oïl (l'occitane, la bretonne, etc.), mais aussi d'instaurer la démocratie et, pour cela, d'ouvrir le pouvoir à toutes les catégories socio-professionnelles.

  • Dans une lointaine galaxie, sur la planète Antasis où vit un peuple loin des progrès de la mécanisation, va se produire un extraordinaire évènement. Tout commence dans le petit village de Sadonis où Solar, dix ans, fils unique de paysan qui a sa vie toute tracée au sein de la ferme familiale, fait la rencontre d'un étranger porteur d'une incroyable nouvelle. À partir de cette fantastique rencontre, la planète connaîtra une mutation qui, malheureusement, au fil du temps, conduira les Antasiens vers un sombre destin. Leur seul espoir résidera en Solar qui, à l'âge adulte, apprendra qu'il possède un pouvoir capable de sauver son peuple et sa planète.

  • De pages en plages

    Robert Reumont

    • Melibee
    • 21 Février 2017

    En rafale, cinq appels en absence de Wyvine. Un texto sibyllin suit le dernier : « Encore égaré dans une cave?». Placide Boistôt fonce rejoindre son équipière en vacances en Bretagne. Sublime dans son mini-string, la jeune policière l'accueille alors qu'elle peaufine son bronzage face à l'océan. Sans lui laisser le loisir de s'extasier, elle lui parle d'une mystérieuse affaire qui la touche personnellement. Une information judiciaire vient d'être ouverte. Bien sûr, pas question qu'ils s'en mêlent. En principe... Très concernée, habile, délicieusement féminine, Wyvine parvient à convaincre Boistôt d'ignorer les interdictions et admonestations officielles répétées. Plus hors normes que jamais, ils mèneront leur enquête et leurs propres investigations en choisissant la plage comme quartier général.
    Mystère, inquiétudes, doutes, craintes, surprises, lectures, révélations, imprévus, séduction, découvertes, double-jeu, dégustations de vins et de fruits de mer, rencontres insolites et explosives, farniente et bronzette sur la plage offrent un cocktail policier savoureux. Suspense, gastronomie et humour se liguent avec brio dans une intrigue palpitante.

  • Dans ce premier tome de la trilogie des Dernières affaires de Mercy Conwell, les Conwell, une famille new-yorkaise vivant en banlieue, vont voir leur vie bouleversée par divers changements.
    Un inspecteur de police et son stagiaire vont devoir résoudre une affaire plutôt complexe : un être aux multiples visages sème le trouble dans New-York et dans la vie de la famille en s'en prenant à des jeunes filles sans défense, qui font resurgir en lui des souffrances passées.
    Mercy Conwell sortira-t-il indemne de cet épisode haletant ?

  • Une vie secouée

    Fleur Duvareille

    • Melibee
    • 20 Mars 2017

    « C'est l'histoire d'un jeune couple qui s'aime avec passion et qui décide de former une famille. Le 30 mars 2012, Cameron vient au monde, un petit garçon au métissage rare guadeloupéen indonésien.
    La famille idéale que j'ai toujours voulu avoir, jusqu'à ce jour du 5 novembre de la même année, où notre vie tourne au cauchemar... ».

  • Jean Yves Mercury est actuellement Professeur de philosophie au lycée Jean Renou de La Réole (Gironde). C'est en quelque sorte un retour aux sources puisqu'il a été élève de ce lycée, ainsi que professeur, durant les années quatre-vingt-dix, avant de partir enseigner à l'étranger, notamment à Lisbonne et à Riyadh.
    Il a travaillé en particulier sur la phénoménologie et plus précisément sur la pensée de Maurice Merleau-Ponty, philosophe français du vingtième siècle ; ce qui a donné lieu à la publication de trois ouvrages aux éditions l'Harmattan (Paris) : L'expressivité dans la pensée de Maurice Merleau-Ponty, du corps à la peinture (2000), Approches de Merleau-Ponty (2002) et La chair du visible (2005). Il a par ailleurs publié deux ouvrages bilingues français-portugais aux éditions du C.F.CU.L. (Lisbonne) : Promenades philosophiques (2010) et Promenades philosophiques ininterrompues (2013).
    Cet « essai », qui se veut aussi une approche philosophique et phénoménologique de la relation amoureuse, centrée sur le vécu, s'enracine donc au creux d'une expérience subjective qui se veut néanmoins résolument intersubjective, c'est-à-dire ouverte à chacun.
    C'est dire qu'il est question d'amour, d'altérité, de désirs, de fantasmes et de sexualité, parce qu'il n'y a pas d'amour sans chair, sans corps, sans peau, dont les plis sont plus profonds et mystérieux que nous le pensons. Mais il n'y a pas d'amour non plus sans pensée, sans réflexion, sans mots, autant dire sans esprit.
    C'est de cette alchimie vécue par chacun de nous que ce petit livre entend délivrer quelques questions, auxquelles il revient bien sûr à chacun d'apporter sa et ses réponses.

  • Caluche est échoué sur la grève de ses pensées, les yeux figés derrière ses petits verres carrés. Sa bonne bouille de poupon majeur, son petit nez rond et ses cheveux châtain clair frisés lui confèrent un air jovial et bon enfant. Je suppose qu'il poursuit ses rêves de la nuit car je le vois esquisser un sourire sans qu'il y ait vraiment matière à se fendre la gueule. Il émerge soudain, comme souvent, assez déroutant dans ses réactions.
    - C'est quoi l'histoire, au fait ?
    Il me fait sursauter.
    - Quelle histoire ?
    - Le truc à Etretat, c'est quoi ?
    - Ah, je n'y étais pas. Excuse-moi. C'est l'histoire d'un pêcheur qui a disparu en mer.
    - Disparu en mer ?
    - On a retrouvé son compagnon ce matin, bleu et transi de froid dans une excavation de la falaise.
    - Un trou de la falaise ? Et alors ? Qu'est-ce qu'on vient foutre là-dedans ? Tu as vu le temps ? Faut voir ça avec la gendarmerie maritime ou la gendarmerie locale et puis basta !

  • Il y a trente ans, les centenaires faisaient figures de sacrés veinards ! Devenir âgé et dépendant est aujourd'hui une malédiction. Que s'est-il passé pour que l'on en arrive là ?
    Les débats sur le financement, l'organisation, l'évaluation des dispositifs chargés de la dépendance révèlent de nombreuses contradictions. Grâce à une lecture critique des chiffres et des faits, une analyse sur les moyens engagés et le regard porté sur les seniors, son expertise de haut fonctionnaire et alimenté par de nombreux témoignages, l'auteur mène une enquête minutieuse et sans langue de bois sur ce qui va et ne va pas dans notre société occidentale.
    II est temps d'inventer une société où l'avancée dans l'âge serait un « plus », où la bientraitance serait correctement évaluée, où des nouvelles solutions de logement partagé, d'ergonomie ou de médiation seraient sérieusement expérimentées.
    L'avertissement lancé par Jean-Christophe Parisot ne peut laisser indifférent : construit-on une société vraiment humaine en réduisant le débat sur la dépendance à une préoccupation budgétaire ? Cette parole humaniste sera-t-elle entendue ?

  • Qui est cet homme prisonnier de la nacelle d'un landau, perdu dans une étendue sans limites et envahie par la grisaille ? Comment peut-il se trouver dans une situation aussi étrange qu'absurde et sortir de cette souffrance qui semble le ronger ? À travers l'histoire de cet homme qui a vécu un drame familial et qui recherche un nouvel équilibre, l'auteur tente de faire ressortir la dualité de l'homme : ses conflits, ses paradoxes et son aspiration profonde à l'unité et au bonheur. La réflexion laisse de temps à autre, le monde du rêve et de l'imaginaire s'inviter au cours de son développement.

    « L'homme au landau » va rencontrer « La femme en blanc ».

    /> L'auteur accorde, à travers cet éloge de l'amour et l'étude de ses personnages, une importance particulière à l'art et à la nature. L'aboutissement de ses réflexions l'amène à une sorte de réhabilitation de l'apport positif de la sensibilité et de l'intuition.

empty