Sophie Mousset

  • Les Kurdes sont loups et bergers. Leur sens de l'hospitalité n'a d'égal que leur caractère de montagnards trop souvent contraints par l'histoire de lutter pour leur liberté.

    Redoutable défi, donc, que ce petit livre publié à l'heure où le Kurdistan, dans l'ombre de la guerre qui ensanglante la Syrie et l'Irak, s'efforce d'offrir un destin à ce peuple éclaté entre plusieurs pays.

    Le Kurdistan est fait d'hommes et de femmes, de pierres, de poussière et de vent. Le soleil et le froid y marquent les corps et les âmes. Mais le Kurdistan n'est pas que tragédie. La danse et le goût de la fête font resurgir la sève des montagnes.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il nous raconte, avec les mots de la passion et l'exigence de la vérité, cette société qui apprend aujourd'hui à s'ouvrir. Parce qu'on ne comprend pas le peuple kurde sans l'aimer. Et sans le regarder en face.

    Récit suivi d'entretiens avec Frédéric Tissot (La religion n'est pas une composante de l'identité kurde), Nazand Begikhani (L'image de la femme kurde libre est un mythe) et Hiner Saleem (La fierté des Kurdes, c'est le refus de la soumission).

  • « La femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits. » Olympe de Gouges (1714-1792), fille naturelle d'un aristocrate et d'une roturière, est l'auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Toute sa vie elle n'aura de cesse de mener des combats qui ne trouveront leur issue que beaucoup plus tard : pour les droits des orphelins, des enfants naturels, pour le divorce, pour l'éducation des filles, contre l'esclavage, pour la démocratie et, bien sûr, pour le droit de vote les femmes, qu'elles n'obtiendront qu'en 1945.

    Belle, libre et intelligente, Olympe de Gouges apprend sous la Révolution le maniement des mots, et publie nombre de pièces de théâtre et textes revendicatifs qui la conduiront à la prison et à la guillotine en 1792.

    Sophie Mousset, écrivain et photographe, revient ici sur la vie de cette femme extraordinaire.

  • " Votre livre me rend heureux ", écrit Robert Guédiguian, dans sa préface. Merci " pour la bonne nouvelle que vous nous annoncez : l'Arménie existe, les Arméniens existent. " Depuis 1991, la plus petite des anciennes républiques de l'ex-Urss a retrouvé son indépendance. Grâce à la ténacité et la volonté de son peuple, l'Arménie renoue les fils de sa longue histoire. Dans ce livre, Sophie Mousset ne rappelle pas seulement les heures tragiques du XXe siècle. Ses voyages lui ont donné l'envie de faire connaître le passé plusieurs fois millénaire d'un pays ouvert sur le monde, et surtout son présent, l'élan de sa modernité. Donner à voir et à aimer l'Arménie actuelle, telle est l'ambition de Sophie Mousset : " Je voudrais rendre hommage à la vitalité, au courage et à l'intelligence de ce peuple ; évoquer l'ampleur de ses aspirations, sa grande générosité et donner un aperçu de la richesse de sa culture dans le but, avoué, de donner envie au lecteur d'aller en Arménie " écrit-elle. Avec cette traversée de la mémoire arménienne, des légendes, témoignages d'écrivains, paroles de poètes et de voyageurs étrangers se dessine peu à peu le portrait de l'Arménie qui se relève. Un avant-goût d'Arménie, une invitation au voyage.

  • "Les événements et les personnes dont je vais vous parler ne sont pas du domaine de la fiction. On serait tenté de le croire, tant ils semblent faire partie d'une tragédie antique que je vous conterai un peu plus loin. Dans quel noeud de douleur et d'humiliation naissent les haines ou les revanches qui produisent les guerres ? C'est une question qui me taraude depuis longtemps ; la haine est une force qui ronge et finit par enflammer, mais l'esprit de vengeance, à un tel degré de violence, et aussi tenace, me surprend. Il me semble que dans nos sociétés occidentales urbanisées, nous n'avons plus qu'une vague idée de cette violence originelle : celle qui fait se mesurer les hommes et pleurer les femmes (qui pourtant élèvent leurs garçons dans cet esprit), qui prolonge la loi du talion, cette violence que dans certaines sociétés on appelle l'honneur et que l'on associe à la noblesse. "

  • En 1776, Bougainville fut le premier grand navigateur à embarquer des " savants " à bord de sa frégate La Boudeuse et à s'aventurer autour du monde pour des raisons à la fois scientifiques et humaines. A bord de leur trois-mâts de 46 mètres, construit en Hollande il y a près d'un siècle et baptisé lui aussi La Boudeuse, Patrice Franceschi et son équipage d'une trentaine d'hommes et de femmes sillonnent les océans depuis dix ans pour faire revivre cet esprit des grandes expéditions maritimes et terrestres du " siècle des Lumières ", alliant aventure, science et découverte. Ils ont notamment accompli, de 2004 à 2007, un vaste tour du monde de trois années consacré aux " peuples de l'eau ". La Boudeuse est aujourd'hui le seul trois-mâts traditionnel au monde exclusivement dédié à des expéditions de cette nature. Ce livre est le récit de la dernière aventure de La Boudeuse - la mission Terre-Océan - effectuée entre octobre 2009 et septembre 2010, de l'océan Atlantique à la Guyane française. A travers les magnifiques photos de l'AFP et de l'équipage, suivez les marins et les scientifiques dans leur découverte de l'Amazonie française : Le Grand Bois (forêt amazonienne), comment s'y adapter et l'étudier ; La zone côtière, son relevé cartographique, l'inventaire des espèces rares ; La mission géophotographique sur l'habitat le long des grands fleuves Maroni et Oyapock ; La rencontre de chercheurs d'or illégaux et la recherche de toxicité au mercure ; La défense de la biodiversité par les missions " Harpie " avec la Légion étrangère et " Polpêche " avec la Marine nationale.

  • Des savants du monde entier réunis en congrès pour déterminer l'intelligence des animaux décidèrent d'enfermer un singe dans une pièce pendant plusieurs mois afin d'étudier les modifications de son comportement. À l'issu de cette longue épreuve, les savants envoyèrent l'un d'entre eux pour observer discrètement ce que pouvait bien faire le singe. L'homme s'approcha en catimini de la pièce où l'animal se trouvait prisonnier, se pencha vers la porte... Et que voit-il par le trou de la serrure ? L'oeil du singe qui le regardait. Retirés dans un lieu isolé de Normandie, les trois auteurs de ce livre se souviennent du regard du singe, ce regard que personne n'attend, pour penser de manière singulière l'état de leur société et le monde à venir en pleine mutation. En prenant pour grille d'analyse l'esprit d'aventure, ils démontent de manière implacable les rouages des idoles contemporaines et des fausses valeurs de notre époque pour mieux cerner ce qui doit compter dans le futur.

  • Au lendemain du dépeçage de l'Empire Ottoman (traité de Lausanne, 1923), les populations kurdes, 40 millions de personnes utilisant une langue commune, se répartissent entre la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie qui, à des degrés divers, les répriment : la question nationale kurde émerge, tardivement en Turquie et en Iran les élites kurdes n'y possédant pas de tradition étatique. Les auteurs analysent la genèse de ce nationalisme qui connaît un destin très différent selon les pays, jusqu'à aujourd'hui où les Kurdes, désormais à la tête d'une entité pleinement autonome en Irak, se retrouvent au centre de l'actualité en Syrie où ils affrontent les jihadistes de l'État islamique.
    Á l'heure où les Kurdes, sunnites à 80%, apparaissent comme une des rares forces régionales désireuses de combattre un islamisme dévoyé, les auteurs, qui ont séjourné longuement au Kurdistan d'Irak et connaissent l'ensemble des régions de l'espace kurde, questionnent l'hypothèse d'une indépendance véritable et concluent par l'affirmative, sous réserve de la création d'un outil militaire dissuasif et de l'unité nord sud de l'entité autonome.

    Gérard Chaliand, éminent spécialiste des conflits internationaux, est l'auteur d'une vingtaine d'études parmi lesquelles Voyage dans quarante ans de guérillas (Lignes de Repères, 2006), Les guerres irrégulières (Folio Actuel, 2008), Anthologie mondiale de la stratégie (Robert Laffont, réed. 2009) sans oublier de nombreux titres au Seuil. Il est également conseiller auprès du Centre d'analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères françaises depuis 1984.

    Sophie Mousset est écrivain.

empty