Nelly Kaplan

  • À sept ans, en voyant filer une rame du métro de Buenos Aires, Nelly Kaplan a eu comme une illumination : elle allait partir. Quelques années plus tard, une longue et belle adolescente débarquait seule à Paris, parlant à peine français. Nelly Kaplan a toujours cru à la destinée, et les plus belles rencontres de sa jeunesse ont de quoi confirmer cette foi. Abel Gance à la Cinémathèque, Philippe Soupault dans une exposition, André Breton au Musée des arts décoratifs, André Pieyre de Mandiargues.
    Mais ce n'est sans doute pas un hasard si le réalisateur de Napoléon et les écrivains surréalistes ont distingué cette « fleur exorbitante », comme dira Soupault, au milieu de la foule parisienne.
    En 54, elle allait devenir l'assistante d'Abel Gance et vivre avec le grand cinéaste « une relation passionnelle d'une rare frénésie », en 55, elle rencontre Philippe Soupault, puis en 56, André Breton : le début d' »une éblouissante amitié amoureuse ». EN 61, Nelly Kaplan réalise son premier court -métrage sur le peintre Gustave Moreau, elle rencontre André Pieyre de Mandiargues et sous le pseudonyme de Belen, elle écrit plusieurs textes surréalistes. EN 69, sort la Fiancée du pirate, son premier long métrage avec Bernadette Lafont dans le rôle principal et lui offre l'un de ses meilleurs rôles : celui d'une femme libérée sexuellement qui n'a pas peur de s'opposer à la violence des hommes.

  • Les échanges épistolaires entre le grand cinéaste français et la journaliste ravivent le souvenir de la collaboration artistique de l'amour passionnel qui liaient "ce vieux lion et sa jeune panthère indomptable". Il fait écho au roman de Nelly Kaplan publié conjointement.

  • La vie sourit à John Harold Finger, jeune diplômé d'Oxford dans l'attente d'un poste diplomatique. Son séjour dans la paradisiaque île d'Anatha comme précepteur d'une très jeune fille, donnera de l'épaisseur à son maigre portefeuille tout en lui assurant de superbes vacances. Oui, la vie sourit à Johnny au domaine des Orchidées sauvages, car trois femmes ravissantes semblent l'y attendre de toute éternité. Trois femmes d'âges différents, avec, en commun dénominateur, un charme fou. Il les séduit l'une après l'autre, chacune à l'insu des autres... Mais quel rôle joue au juste, au milieu de ces passe-temps voluptueux, l'énigmatique docteur Cornélius ? Que cachent les statues baroques construites inlassablement par Raphaël, le jardinier fou ? Pourquoi l'élève de Finger tarde-t-elle à arriver ? Aux Orchidées sauvages, chats et souris paraissent s'adonner à des jeux ambigus où les règles se modifient à chaque quartier de lune...

  • Publié en 1974 sous le titre Mémoires d'une liseuse de draps par Jean-Jacques Pauvert, ce roman, signé Belen, fut aussitôt interdit par la censure et privé de diffusion. Était-ce l'inceste, la zoophilie ou le vent libertaire gonflant les voiles du Sperma sur lequel vogue l'héroïne, qui dérangea les censeurs ? Nous ne le saurons jamais. Un quart de siècle plus tard, légèrement revisité par son auteur, voici donc ce roman qui n'a rien perdu de sa drôlerie et de sa joyeuse provocation envers les âmes bien pensantes.

  • Une nuit d'orage, dans une ruelle sombre d'un quartier mal famé, Nelly Kaplan rencontre Belen, l'énigmatique auteur du Réservoir des Sens. Elles ne se quitteront plus. Certaines mauvaises langues prétendent même qu'il s'agit d'une seule et même personne. Il y a en tout cas un incontestable parfum belenien dans le personnage d'Ashby, l'héroïne du Collier de Ptyx, "ciné-roman" que Nelly Kaplan compte bien porter à l'écran dans un proche avenir. Pendant ce temps, sa complice Belen fera aussi apparaître son nouveau roman, Un Manteau de Fou Rire (chez Jean-Jacques Pauvert) à mettre entre toutes les mains - à leurs risques et périls.

  • Dora et Jean ont chacun tragiquement perdu l'être aimé.
    Lorsqu'ils se rencontrent par hasard, ils constatent, stupéfaits, qu'ils sont les presque sosies des disparus. Après bien des résistances, ils vont s'aimer. Mais le peut-on vraiment quand l'esprit des absents prend possession du corps des vivants ? Dans cette étrange promenade avec l'amour et la mort où quatre esprits habitent deux corps, un chat, grand spécialiste de la physique quantique, apportera sa science et son humour pour aider au dénouement des mystères ! Car il s'agit de savoir si, quand on meurt, c'est pour la vie...

  • Les cuisses de grenouilles font la renommée de Tellier, un village entouré de mares. Sur leurs bords, Do, No et Jo, trois Parques batraciennes et sensibles aux charmes de la débauche commentent les agissements des humains. Parmi les hommes, il y a Théo et Claire. Ils sont frère et soeur, mais une violente rivalité les oppose.
    Théo, du côté du pouvoir et de l'argent, est maire du village et s'octroie tous les droits. Quant à Claire, elle ne possède que son talent de cuisinière. Bientôt, un décret municipal interdisant la pêche aux grenouilles menace la prospérité du restaurant de Claire spécialisé dans les fameuses cuisses. Mais, soutenue par des amis fidèles, l'idée lui vient d'importer des cuisses de grenouilles congelées. Très vite, les assiettes débordent de nouveau, à cette exception près qu'une étrange propriété aphrodisiaque saisie tous les clients.
    « A la cuisse joyeuse » ne désemplit pas, tandis que le restaurant de son frère se vide. Théo, ivre de rage, ne se contrôle plus et l'on doit l'interner. Le bonheur et la paix semblent régner dans le village de Tellier.
    Cependant, une secte vouée au culte du Grand Maître Batrakhos s'implante dans la communauté. Le joyeux baisodrome dopé aux cuisses de grenouilles se voit bientôt terrorisé, alors que l'énigmatique gourou impose chaque jour un peu plus son pouvoir. Lorsqu'il parvient à se faire élire maire, Claire et ses amis se voient contraint de fuir pour éviter la mort. C'est alors qu'ils partent en Afrique à la recherche du secret des grenouilles aphrodisiaques...
    Fable poétique et cocasse, Cuisses de grenouilles évoque avec humour l'éternel enlacement d'Éros et de Thanatos, pointant au passage nombre des sordides égarements de notre époque. Par l'auteur de La fiancée du Pirate, un roman aux appétits de vie délicieusement immoraux sur fond d'érotisme folâtre.

  • 1961 : la cinéaste Nelly Kaplan adresse au poète André Pieyre de Mandiargues une invitation pour la projection de son film Gustave Moreau. Il y vint et fut séduit. Cela marqua le début d'une éblouissante amitié amoureuse où deux êtres libres déclinèrent à tous les temps les diverses facettes de l'érotisme, de l'insolence, de l'humour et de l'admiration réciproque. En témoigne cette correspondance joyeusement échangée pendant trois décennies, à travers laquelle ils n'ont eu de cesse de rire d'eux-mêmes et d'autrui, notamment quand les intrigues de ce que l'on appelle la République des Lettres inspiraient leurs commentaires. Ils parvinrent même à démasquer un « corbeau » à l'écriture aigrie et pitoyable, qui s'est avéré être un écrivain célèbre et respecté...

  • "Dans l'histoire du cinéma, certaines oeuvres sont indissociablement liées à l'invention du langage filmique. Il en est ainsi du Napoléon d'Abel Gance. Cette superproduction à la ferveur contagieuse, animé de mouvements de caméra inédits, est restée fameuse pour son triptyque final au lyrisme inégalé : l'image s'élargit et couvre trois écrans juxtaposés. À dessein de mieux saisir le génie créatif d'Abel Gance, la réalisatrice Nelly Kaplan - qui fut la collaboratrice du maître - a extrait du massif de ses archives sonores quelques pépites oubliées ou inédites. Elle les confie aujourd'hui à Frémeaux & Associés. À travers des entretiens, des lectures de textes ou des essais de tournages, l'auditeur se familiarisera avec le parcours biographique du réalisateur, avec ses audaces techniques et sa « poésie machinique ». Un opus testimonial et didactique habité par la voix souveraine d'un grand homme du cinéma mondial."
    Claude COLOMBINI & Christophe LOINTIER

empty