John Gierach

  • La contemplation des rivières inspire à John Gierach bien plus qu'une belle description de paysages émaillée de secrets de pêche à la mouche. À sa manière sensible et personnelle, il donne vie aux moments et aux choses. Il capture l'essence d'expériences anodines avec l'esprit, le détachement et l'humour d'un sage oriental. Pour un pêcheur, l'oeuvre de Gierach est un pur régal. Pour un non-pêcheur, elle est une réflexion sur notre place dans le monde, qu'on se trouve en pleine nature sauvage ou bien installé dans son fauteuil.

  • Les récits qui composent ce «traité» parlent de pêche à la mouche, d'amitié et de tout ce qui fait une vie de pêcheur - du café de bivouac aux voitures, en passant par les cannes à mouche et autres équipements. Ni traité philosophique, ni récit d'aventures, ni manuel de pêche, ce livre combine des éléments de ces trois veines, avec en prime une bonne dose d'humour et d'esprit.

    Sous la plume faussement légère de John Gierach, l'un des plus merveilleux auteurs du nature writing d'aujourd'hui, se dissimulent de subtiles considérations sur la nature et un amour profond pour ce monde dans lequel il a choisi de s'exprimer.

  • Au bord des plus belles rivières américaines, John Gierach nous invite à un voyage au coeur de la nature sauvage, à la découverte des précieux secrets qui font d'une échappée en solitaire ou entre amis l'essence même de la vie. En dix-huit récits débordant de tendresse et d'ironie, sont évoqués tour à tour les truites, les éphémères, des copains de pêche, d'anciens amours, la spectaculaire Green River et les criques secrètes de l'Ouest. Il s'interroge avec humour et poésie sur les plus grands mystères de l'existence : le sexe, la mort et la pêche à la mouche.

  • De ces carnets de voyages, qui racontent une année d'excursions au coeur des paysages sauvages des États-Unis, émanent des notes réjouissantes qui semblent tirées de ces chansons country que l'on sifflote en pêchant à la mouche. Mais ces récits livrent aussi quelques observations douces-amères sur le monde qui nous entoure. Perché à l'arrière d'un pick-up avec un labrador, occupé à sillonner des chemins boueux en quête des étangs reculés des prairies américaines, ou bien assis dans un drift-boat sur les grandes rivières de l'Ouest, l'écrivain pèse le pour et le contre des tutoriels de pêche, s'interroge sur l'éthique du partage d'un coin secret, et, bien sûr, tord le cou au mythe de l'amoureux imperturbable du grand air.
    Ces nouvelles chroniques de John Gierach évoquent l'Amérique des grands espaces et l'importance de consacrer du temps à quelque chose d'aussi glorieusement inutile que la pêche à la mouche.

  • Dans ce nouveau recueil de chroniques halieutiques, John Gierach combine avec humour et esprit les ingrédients d'un manuel de pêche et d'un récit d'aventure pour nous offrir des réflexions profondes et ironiques non seulement sur la pêche à la mouche, mais aussi sur la beauté des rivières et sur nos propres travers. Il nous montre que la pêche à la mouche est bien plus qu'un simple sport. C'est un mode de vie dans lequel la patience est - parfois - récompensée, les rythmes du monde naturel appréciés à leur juste valeur, et où la quête de la canne ou de la rivière idéale est sans fin.

    John Gierach s'inscrit dans la lignée des Aventures de Nick Adams d'Ernest Hemingway et des récits de John D. Voelker et Norman Maclean. Avec ce déléctable Même les truites ont du vague à l'âme, il confirme qu'il est l'un des auteurs les plus perspicaces, drôles et talentueux de l'Ouest américain.

  • L'espace avec humour et légèreté. Du coin perdu de l'Illinois où le jeune John, alors âgé de cinq ans, partait pêcher des poissons-chats en cachette de ses parents, aux étangs privés sur lesquels, quelques dizaines d'années plus tard, il pêche la truite en compagnie de ses amis fortunés amateurs de beau matériel et de whisky hors d'âge, nous suivons le parcours d'un homme qui a consacré son existence à la pêche à la mouche et à l'écriture.
    L'auteur nous livre des réflexions tout à la fois profondes et spirituelles sur les truites, bien sûr, mais surtout sur nous-mêmes et le temps qui passe. Là-bas, les truites... s'inscrit dans la grande tradition américaine de ces écrivains-pêcheurs qui, d'Ernest Hemingway à John D. Voelker ou Norman Maclean, nous rappellent combien sont fragiles et précieux les paradis inexplorés du monde naturel.

  • Avec la joyeuse ironie qui est sa marque de fabrique, John Gierach raconte ses voyages en quête de bonnes rivières à pêcher et d'histoires à raconter.
    Pêche à la truite en Alaska, au saumon en Écosse et à peu près à tout au Texas. La pêche sur glace, ou de nuit, les tournois, l'art délicat d'attacher la mouche à la canne ou celui de se perdre dans la nature : autant de moments précieux partagés avec le lecteur. On y apprend aussi les meilleures techniques de chasse comme, par exemple, celle de lire un bon livre en levant les yeux de temps à autre pour voir si par hasard un cerf passerait par là.
    Toujours divertissant, souvent insolent et lumineux, le plus célèbre des écrivainspêcheurs américains invite les lecteurs à partager son mode de vie et les emporte avec lui à la découverte de nouvelles merveilles de la nature.

  • Les chroniques de ce recueil nous font sentir l'odeur du café de bivouac, entrevoir l'eau pure des grandes rivières à truites, partager les longues sorties de pêche entre amis. Formant tout à la fois manuel de pêche, récit d'aventures, traité philosophique, elles s'entremêlent dans une cartographie intime qui nous en dit autant sur les humains et leurs travers risibles que sur la pêche à la mouche. John Gierach s'inscrit ainsi dans la grande tradition des écrivains-pêcheurs qui, d'Ernest Hemingway à Jim Harrison ou John D. Voelker, ont composé certaines des plus belles pages de la littérature américaine. Truites & Cie nous présente une collection de fables délectables, autant de petits chefs-d'oeuvre qui font dire à Carl Hiaasen que "lire les textes de John Gierach sur la pêche à la mouche est la chose la plus plaisante au monde... après la pêche à la mouche".

  • Nature morte avec truite Nouv.

    Sillonnant les États-Unis d'Ouest en Est, John Gierach part à la rencontre de nouvelles aventures de pêche à la mouche et de moments d'intimité à savourer avec de vieux amis. En cours de route, il médite sur l'importance de bons guides («Vraiment, la seule chose qu'un psychiatre peut faire qu'un bon guide ne peut pas, c'est rédiger des ordonnances»), le défi que présente la pêche au saumon («Les saumons rôdent. S'ils ne sont pas là maintenant, ils pourraient être là dans une demi-heure. Ou demain. Ou le mois prochain.»), et le zen de la pêche seule («J'aime aussi où mon esprit va quand je pêche seul, qui n'est généralement nulle part en particulier et par un itinéraire prévisible.»). Sur une note plus sérieuse, il s'interroge sur les effets néfastes des catastrophes naturelles et d'origine humaine : sécheresse, incendies de forêt et politique de construction de barrages, entre autres.

empty