Livres en VO

  • Histoire du roi Chahriyâr et de son frère le roi Châhzaman - le récit qui explique comment Chahrazâd, fille de vizir, est amenée à conter à son époux, le roi Chahriyâr, des histoires captivantes, habilement interrompues au point du jour, pour échapper au sort funeste auquel elle était promise. Histoire du calife Haroun El-Rachîd et de Mohammad Alî, fils de Alî le joaillier - Une singulière histoire d'amour dans la fastueuse Bagdad abbasside. Histoire d'Abou Qîr et d'Abou Sîr - deux compagnons originaires d'Alexandrie, l'un teinturier, incarnation du Mal, l'autre barbier, incarnation du Bien, partent chercher fortune dans une cité imaginaire.

  • Achevant le récit inauguré avec le lancelot en prose et poursuivi dans la quête du saint graal, la mort du roi arthur dit la fin des aventures au royaume de logres et la mort des héros de la table ronde.
    Sombres temps que ces temps d'après graal marqués par la haine, le soupçon, la trahison. et que reste-t-il à accomplir aux chevaliers d'élite après galaad, qui a mené à bien la plus haute des aventures ? la violence se déchaîne et du coeur même de la communauté arthurienne vient le coup fatal: mordret, le fils incestueux d'arthur, se dresse contre son père à salesbières et tandis que leurs hommes s'exterminent, le père tue le fils et le fils blesse à mort le père.
    Mais la mort du roi arthur comporte aussi sa part de lumière. a travers le personnage de lancelot, elle propose l'image d'un héros capable des plus hauts dépassements, réussissant jusqu'au bout à concilier l'inconciliable : son amour pour la reine et celui qu'il porte au roi, sa mort en odeur de sainteté et une absolue fidélité à son passé de chevalier et de fin amant. l'auteur construit une intrigue sans faille dans laquelle s'enchaînent méticuleusement événements et décisions qui mènent au désastre, tout en préservant, malgré la disparition des aventures, un halo de merveilleux en totale harmonie avec cette fin d'un monde et d'un rêve.
    De la production littéraire du moyen age français, le lecteur moderne ne connaît guère que quelques noms et quelques oeuvres, la plupart justement célèbres. le pari de cette nouvelle collection est de leur donner une plus large diffusion en proposant des éditions remises à jour, assorties de traductions originales et de tout ce qui peut en faciliter la compréhension. mais il a paru tout aussi important d'associer à ces valeurs établies des oeuvres moins connues, souvent peu accessibles, capables cependant de susciter à leur tour le plaisir de la découverte.

  • Un filou, qui se dit avocat, ne gagne plus rien.
    Il lui faut de l'étoffe pour remplacer ses habits usés jusqu'à la corde. il se fait fort d'en rapporter sans rien débourser. la farce de maître pathelin, écrite au xve siècle, met en place une belle mécanique comique dont le succès depuis cinq siècles ne s'est pas démenti. le rire se déploie au rythme d'un ballet de ruses sans cesse renouvelées : flatterie éhontée, délire verbal, jeu de langage, invention de stratagèmes toujours plus ingénieux...
    Chacun cherche à tromper l'autre. qui l'emportera ? maître pathelin le beau parleur ? guillaume le marchand benêt ? le naïf thibaut l'agnelet, berger de son état ?

  • Edition bilingue, établie, traduite, présentée et annotée par Jean Dufournet, Laurence Harf-Lancner, Marie-Thérèse Medeiros et Jean Subrenat Il n'existe pas un mais des Romans de Renart, plusieurs collections, plusieurs anthologies d'histoires, de « branches » conservées par des manuscrits différents dont chacun présente son Roman de Renart. On trouvera ici le texte du manuscrit de Cangé (B), précédemment édité par Mario Roques. Ses vingt branches offrent les principales étapes de la carrière de Renart, de sa naissance (branche III, Les enfances de Renart) à son apothéose impériale (branche XX, Renart empereur). Tout se passe comme si les auteurs avaient voulu faire un bouquet flamboyant de tous les types de mésaventures agréables ou malheureuses de Renart jusqu'à ce qu'il obtienne une place de choix, probablement définitive, à la cour.
    Le plus remarquable est la cohérence littéraire et idéologique de cette oeuvre construite en plusieurs décennies par des auteurs divers, conscients de leur participation à une oeuvre collective.

  • La chanson de roland

    Anonyme

    Une traduction nouvelle et richement annotée du livre fondateur de notre littérature, d'une légende qui, autant que celle de troie, a fait le tour du monde.
    Voyageant au brésil en 1977, un français arrive " dans un village très isolé du rio grande do norte". "un paysan assez âgé, quand il a su que je venais de france, m'a demandé des nouvelles de roland. chaque soir, les paysans du nordeste chantent des complaintes : l'histoire des douze preux de charlemagne, du traître ganelon, d'amadis de gaule. le paysan se montrait soucieux. la dispute entre roland et olivier ne lui disait rien de bon.
    Il n'aurait pas misé cher sur le bonheur de la belle aude. "

  • Écrit au tournant des XIVe-XVe siècles par un auteur dont l'identité demeure incertaine, Les Quinze Joies du mariage - qui se lisent comme un seul récit ou quinze histoires courtes - forment une savoureuse satire de la guerre des sexes. À la première place : la femme. C'est elle qui mène la danse, faisant de cette comédie de moeurs un témoignage exceptionnel sur la vie de couple, le désir féminin et la société du Moyen Âge.
    Dans ce recueil de nouvelles - l'un des premiers en langue française -, la parole prime. Dialogues piquants, mots à double-entente, commentaires satiriques : l'ironie et l'ambiguïté du propos font des Quinze Joies du mariage une oeuvre singulière, dont on ne peut dégager aucune morale ni aucun sens univoque. La traduction, présentée en regard du texte original, restitue la saveur du lexique, la subtilité de la polysémie, la force de la syntaxe. Rendant vive la langue médiévale, elle permet de saisir l'incroyable modernité de ce texte jubilatoire.

  • Lire en espagnol Collection dirigée par Henri Yvinec Cette collection s'adresse à tous ceux qui désirent découvrir ou redécouvrir le plaisir de lire dans leur langue d'origine les oeuvres des plus grands auteurs contemporains.
    Notes en espagnol en regard du texte, lexique bilingue en fin de volume dispensent d'un recours fastidieux au dictionnaire.


    Cuentos selectos présentés par Josette Allavena et Josette Hervé J. L. Borges : El cautivo A. Monterroso : El eclipse J. L. González : Cangrejeros M. Delibes : El pueblo en la cara J. J. Arreola : Una reputación J. Cortázar : Continuidad de los Parques A. M. Matute : Los alambradores J. Donoso : «China» A. Roa Bastos : La flecha y la manzana A. U. Pietri : El baile de tambor H. Quiroga : El yaciyateré J. Rulfo : El día del derrumbe V. G. Calderón : La venganza del cóndor

  • Lorsque Aucassin entendit Nicolette dire qu'elle voulait s'en aller dans un autre pays, une profonde affliction envahit son âme :
    «Ma très douce amie, fait-il, vous ne partirez pas, car ce serait me tuer. Le premier qui vous verrait et qui en aurait la possibilité, vous enlèverait aussitôt et vous mettrait dans son lit, faisant de vous sa maîtresse. Et une fois que vous auriez couché dans le lit d'un autre homme que moi, n'allez pas vous imaginer que j'attendrais de trouver un couteau pour me poignarder et me tuer. (...) - Ah ! fait-elle, je ne crois pas que vous m'aimiez autant que vous le dites ; mais je vous aime plus que vous ne le faites.
    - Allons donc ! répond Aucassin, ma très douce amie, il n'est pas possible que vous m'aimiez autant que je vous aime. La femme ne peur aimer l'homme autant que l'homme aime la femme ; car l'amour de la femme réside dans son oeil et tout au bout de son sein et tout au bout de son orteil, mais l'amour de l'homme est planté au fond de son coeur d'où il ne peut s'en aller.»

  • Édition bilingue

  • Le roman d'Enéas

    Anonyme

    Sans doute composé vers 1160, le Roman d'Énéas est une « mise en roman », c'est-à-dire une traduction-adaptation de l'Énéide, parfois très fidèle et parfois remarquablement innovante. L'adaptateur, qui travaillait sans doute sur un manuscrit pourvu de gloses, peut-être pour la cour de Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre, conserve à l'oeuvre de Virgile son statut de récit de fondation, mais l'inscrit dans le monde médiéval tout en y introduisant ce qui est pour lui la quintessence du monde antique, à travers une série d'innovations : de somptueuses descriptions d'oeuvres d'art, de brefs récits mythologiques insérés, et un traitement très ovidien des amours de Didon, puis d'Énéas et de Lavine. L'amour de la science hérité des Anciens, sensible à travers une série de digressions savantes, débouche sur l'exposé d'une science de l'amour. L'auteur crée ainsi une oeuvre personnelle et originale où l'Antiquité est revue à travers le prisme du Moyen Âge, dans une volonté concertée d'adapter l'épopée virgilienne à la modernité de son temps. Le manuscrit A, qui est ici entièrement réédité et traduit, a conservé la forme la plus ancienne de cette adaptation.

  • Ces brefs récits - deux anonymes, un troisième attribué à chrétien de troyes - témoignent de la fascination exercée par les métamorphoses sur l'imaginaire médiéval.

    Chacun noue différemment le lien entre l'amour et la mort. une tragique méprise mène à un double suicide les très jeunes amoureux du conte pyrame et thisbé. du moins pourront-ils, avant de mourir sous les fruits du mûrier que leur sang teint en noir, échanger un ultime dialogue d'amour. narcisse meurt au bord de la fontaine pour n'avoir pu étreindre son reflet ; dané, l'amante repoussée, ne peut sauver le bel indifférent qui a compris trop tard que l'amour n'est pas pur désir de soi.
    Viol, mutilation, inceste, festin barbare oú le père consomme son fils : les crimes atroces qui tissent l'intrigue de philomena seraient-ils le moyen d'exorciser, en les refoulant dans un monde païen disparu, l'effroi de l'homme médiéval confronté aux perversités du désir ?.

  • Maximes des pères

    Anonyme

    Le Traité des Pères rassemble les maximes de sagesse des plus importants rabbins entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle après. Il contient en condensé l'essentiel de la morale juive sous la forme de sentences, souvent elliptiques, sujettes à de multiples interprétations qui font de ce petit traité un compagnon de lecture pour la vie tout entière. Lu tous les samedis lors de l'office du shabbat, il accompagne tous les âges de la vie juive, et est traditionnellement l'ouvrage que doit lire en priorité le jeune qui accède à la majorité religieuse. "Si je ne prends pas soin de moi, qui donc en prendra soin? et si je ne prends soin que de moi, qui suis-je?"
    />

  • Porté au rang des classiques chinois, La Dispute sur le sel et le fer retranscrit les répliques échangées en 81 avant J.-C. au cours d'un conseil impérial, dont le point de départ est la question du monopole du sel et du fer, décrété quarante ans plus tôt comme moyen de renflouer le Trésor épuisé par la guerre contre les Huns et quelques autres barbares. Il s'ensuivra une controverse générale sur la manière de gouverner, entre d'une part, des tenants de l'école des Lois, pour lesquels les questions de morale n'ont aucune part à tenir dans le domaine politique, et d'autre part, des érudits confucéens et des sages.
    Ce texte, transmis par Huan Kuan dans la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère, constitue à la fois un témoignage de première main et sans fard sur les conditions de vie concrètes et sur les moeurs politiques de cette époque lointaine, et une mine de réflexions atemporelles sur l'art de gérer une société.

  • Major engineering achievements in their time, Brittany's waterways and narrow gauge railways could not compete with an improving road system. Overlooked and neglected for decades, these ready-made arterial routes have recently been revived as "Green Ways", a major leisure resource and network of cycle paths right across Brittany, free from motor traffic.

    This guide :
    - Maps the major part of the current network of Green Way routes ;
    - Shows how Green Ways integrate with roads ;
    - Logs the facilities in place ;
    - Shows the liaisons with other leisure routes and circuits for walkers and cyclists ;
    - Provides a directory of overnight accomodation.

  • Collection dirigée par Jacques Jouanna. Collection bilingue dirigée par Jacques Jouanna, de l'Institut, professeur à l'Université de Paris-Sorbonne.
    Publiée sous le patronage de l'Association Guillaume Budé (dont le but est de défendre et promouvoir la culture classique et la culture intellectuelle en général), la Collection des Universités de France, dite "Collection Budé", comprendra tous les textes grecs et latins jusqu'à la moitié du VIe siècle, mis à jour et accompagnés de traductions françaises nouvelles, d'introductions, de notices, de notes et d'un apparat critique. Les textes font toujours l'objet de recensions nouvelles et personnelles. Ils sont établis d'après les manuscrits reconnus les plus importants et constituent de véritables éditions critiques. Ils comportent un apparat critique bref, dépourvu de considérations inutiles et servant à justifier le texte qui est donné. Grâce à lui, le lecteur peut apprécier la valeur du texte qu'il a sous les yeux et celle des variantes écartées par l'éditeur. Les traductions s'efforcent d'être à la fois exactes et littéraires. L'Association Guillaume Budé a jugé qu'une oeuvre entière ne pouvait être traduite dans le même esprit qu'une page, qu'il fallait s'efforcer avant tout de reproduire le mouvement, la couleur, le ton du texte antique et qu'il était indispensable de mettre la traduction en regard du texte. Les introductions réunissent l'ensemble des renseignements nécessaires à la compréhension générale de l'auteur et de l'oeuvre. Les notices étudient les questions de date, de composition, de sources, des différentes parties de l'oeuvre. Les notes, au bas des pages de traduction ou en fin d'ouvrage, fournissent certaines explications historiques. Plusieurs volumes récents comportent même un commentaire plus ou moins développé, selon la nature de l'oeuvre.
    Volumes brochés en édition courante, imprimés sur papier teinté de longue conservation fabriqué spécialement pour la collection.

  • Les épigrammes présentées ici ont été composées à la fin du règne des rois vandales en Afrique du Nord et rassemblées vers les années 530 dans un recueil auquel on donne le nom d'Anthologie latine. Elles sont données pour la première fois en traduction française. Certaines de ces épigrammes constituent des recueils, d'autres sont isolées ; plusieurs pièces sont anonymes, mais on peut citer parmi les poètes les noms de Symphosius, Luxorius, Felix, Coronatus ou Caton.
    Ces poèmes illustrent, tant par leurs thèmes que par leurs formes, toute la variété du genre épigrammatique, genre mineur dans la classification antique, mais manifestement prisé par les lecteurs de l'époque, sans doute pour son mélange de légèreté, d'humour parfois leste, d'érudition et de préciosité. L'ensemble forme, à côté du poète Dracontius, une part importante de la production poétique africaine tardive. Ces épigrammes donnent également une idée de la vie quotidienne à Carthage sous la domination vandale, ainsi que du milieu des grammairiens ou des lettrés romains auquel les auteurs appartenaient.

  • Composé au début du XIIIe siècle, Merlin est une oeuvre pionnière. Premier roman en prose de la littérature française, il est aussi le premier à rapprocher le héros de la figure de l'auteur et à concevoir le récit à la fois comme une entité autonome et comme le point central de cycles romanesques plus vastes consacrés au Graal. Il donne à la chevalerie bretonne une mission nouvelle, la quête de ce vase sacré, symbole de rédemption. Il innove également en proposant une lecture cohérente et signifiante du personnage de Merlin, fils du diable sauvé par Dieu, puissant devin et magicien, conseiller des princes et prophète du Graal. Parmi la cinquantaine de manuscrits conservant ce texte et attestant de son succès à l'époque médiévale, le ms. A'-BnF 24394 était resté inédit jusqu'à présent. Éditée et traduite ici pour la première fois, cette copie remarquable permet de mieux mesurer les multiples richesses recélées par ce roman fondateur.

  • Le Roman de Thèbes représente notre premier roman. C'est une oeuvre plurielle, qui tantôt suit de très près son modèle, tantôt s'en affranchit avec une extrême liberté. Comme la Thébaïde de Stace, sa source, l'auteur médiéval relate la guerre fratricide opposant les deux fils d'oedipe, à la manière des chansons de geste contemporaines. Cependant le péché de Jocaste semble bien loin, et d'autres figures féminines, comme Antigone et Ismène, prennent un relief particulier. Le monde antique apparaît sous des traits médiévaux, mais la pratique de l'anachronisme semble ici concertée. La coexistence de l'antique et du médiéval aboutit à des synthèses de caractère baroque, répondant à un goût certain de l'insolite. C'est dire que, dès son apparition, le Roman de Thèbes frappe par sa nouveauté, sa liberté de ton, son originalité.

  • Contrairement à une idée trop souvent reçue, la Chanson de Roland, la plus ancienne oeuvre littéraire de langue française, n'est pas restée figée, comme intouchable, aux yeux de la postérité. Elle s'est au contraire remarquablement adaptée au grand essor littéraire initié sous le règne de Louis VII qui atteint son épanouissement au temps de Philippe-Auguste. Tout en s'enrichissant de ce nouveau milieu historique, intellectuel et culturel et sans rien renier de son prestige, elle trouve naturellement sa place dans le vaste domaine épique qui se développe alors. Le manuscrit de Châteauroux, ici publié, est un témoin privilégié de cette belle évolution qui a incontestablement contribué au rayonnement de la Chanson de Roland.

  • Un enfant orphelin de père recueilli puis élevé par la fée Morgane en Sicile, la conquête de la fille de l'empereur byzantin par un chevalier chrétien, un amour réciproque entre deux jeunes coeurs d'égale valeur, tels sont les ingrédients essentiels du roman arthurien en vers Floriant et Florete.
    Si l'on ajoute à cela une princesse tueuse de dragon et les chevaliers de la Table Ronde surgissant devant Palerme, l'on tient quelques-unes des composantes de ce roman écrit, sans doute, pendant le dernier tiers du XIIIe siècle. Face à cette débauche de péripéties, l'on peut s'étonner que cette oeuvre, qui recycle si habilement une tradition romanesque déjà plus que centenaire, n'ait pas attiré davantage les lecteurs.
    Le présent livre fournit le texte de Floriant et Florete, accompagné de sa traduction en français moderne. Une introduction littéraire et linguistique, un glossaire et un index des noms propres, ainsi que de nombreuses notes éclairant le texte imprimé offrent tous les éléments nécessaires pour découvrir et comprendre cette oeuvre méconnue. De la production littéraire du Moyen Age français, le lecteur moderne ne connaît guère que quelques noms et quelques oeuvres, la plupart justement célèbres.
    Le pari de cette nouvelle collection est de leur donner une plus large diffusion en proposant des éditions remises à jour, assorties de traductions originales et de tout ce qui peut en faciliter la compréhension. Mais il a paru tout aussi important d'associer à ces valeurs établies des oeuvres moins connues, souvent peu accessibles, capables cependant de susciter à leur tour le plaisir de la découverte.

  • La chanson de Doon de la Roche est un témoin sensible de l'infléchissement du genre épique vers le romanesque en cette fin du XIIe siècle.

    En effet, à partir des sombres manigances d'un traître jaloux souhaitant la perte d'Olive, l'épouse vertueuse de Doon, le récit exploite à la fois la veine de l'aventure épique, le lyrisme émouvant et les renversements romanesques. En outre, il est l'occasion d'une galerie de personnages contrastés et dont l'affrontement soulève des problématiques politiques, judiciaires et sociales - dont la pertinence ne se dément pas aujourd'hui.

    La présente édition, établie à partir de l'unique manuscrit de conservation de la chanson, apporte de surcroît un éclairage linguistique sur les formes du lorrain médiéval.

empty