Anaïs Lambert

  • Un matin, un enfant enfile ses bottes et part à la découverte du monde. Là, il assiste à un combat féroce, à une course folle ; il capture des monstres piquants, enjambe des rivières, des forêts entières...
    Ces « pas de géants » qui s'invitent au jardin nous font redécouvrir la nature avec les yeux de l'enfance. Chaque élément du jardin est disproportionné par l'imaginaire enfantin. Les bogues de châtaignes deviennent des monstres piquants, la mare une rivière, les nuages des animaux sauvages... jusqu'à ce qu'un géant, plus grand encore, ne surgisse...

  • Germaine vit seule chez elle, ses oiseaux pour compagnie. Au retour de l'école, Gaspard s'arrête chez elle. Un lien se tisse entre la vieille dame et l'enfant.
    "Germaine aux oiseaux est un projet réalisé dans le cadre de mon master à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. L'histoire avait déjà germé en moi depuis quelque temps. Une histoire de vieille dame, d'oiseaux, d'envol. Lorsqu'on m'a raconté l'histoire "vraie" d'une vieille dame qui vivait au milieu de centaines d'oiseaux, volant et nichant en liberté dans sa maison, dans son jardin, j'ai reconnu Germaine" d'après Anaïs Lambert

empty